† N'ayez pas foi en eux †
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dangerous Liaisons [JUAN&LORENZA]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

«
»
A. Lorenza De Médicis

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Dragon & Tumblr.
  CÉLÉBRITÉ : Nina Dobrev.
  PARCHEMINS : 151
  ARRIVÉ(E) À ROME : 15/01/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Dangerous Liaisons [JUAN&LORENZA]   Dim 29 Avr - 19:57


DANGEROUS LIAISONS
with Juan Borgia

« In nomine patri et filii et spiritus sancti ». Les dernières paroles de la jeune fille avaient résonné dans l'archibasilique Saint-Jean-De-Latran, prestigieux édifice où Lorenza venait se recueillir lorsque son mari était absent. Loin d'être une fervente chrétienne, celle-ci avait quelque part trouvé réconfort dans cet endroit où elle semblait être à l'abri de l'impulsivité de Lucian. Un dernier regard sur le Christ, le signe de la croix mimé sur son visage et la voilà déjà parti, suivit de près par sa suivante. Profitant de sa liberté apparente, Lorenza ne reprit pas directement le chemin de sa résidence mais s'aventura plutôt en direction du Château Saint-Ange, décidée à rendre une visite à sa chère amie Lucrezia avec qui elle avait de nombreuses affinités. C'est en quelques minutes qu'elle arriva aux portes des lieux. En tant que Médicis, la jeune fille avait pu voir de nombreuses merveilles de construction mais elle devait avouer que ce dernier faisait parti de ses préférés, sans trop savoir pourquoi réellement. Lorsque les portes s'ouvrirent en grand à son arrivée, la belle congédia sa suivante, tout à fait capable de se débrouiller au sein de ce lieu angélique qu'elle avait déjà visité. Le soleil pointait haut dans le ciel à cette heure de la journée et le temps était agréable à souhait si bien qu'elle était simplement vêtue d'une magnifique robe bleu clair seyant à merveille ses courbes idylliques, en particulier sa taille et sa poitrine mise en avant. Sa longue chevelure bouclée au ton châtain tombait en cascade le long de son dos ainsi que sur ses épaules. Pas étonnant que Lucian jouait les possessifs à son encontre. Âgée de 16 ans seulement, elle n'avait rien à envier aux princesses et aux reines de son époque. Mais cette beauté naturelle – dont elle ne semblait pas vraiment avoir conscience – avait le don d'attirer les avances de nombreux hommes bien que jusqu'à lors Lorenza les avait toujours repoussées. D'une part parce qu'elle essayait de croire à l'amour qui pouvait émaner de son union avec ce Sforza et d'autre parce qu'elle craignait terriblement pour sa vie si jamais ce dernier venait à l'apprendre. Qui sait ce dont il aurait été capable de lui faire. Le soucis était que parmi ces prétendants il y en avait un qui avait réussi à attirer son attention. Et le plus drôle dans cette histoire c'est qu'il s'agissait d'un des fils de sa Sainteté le Pape : Juan Borgia. A peine était-elle arrivée à Rome que déjà elle avait entendu parler de lui par les femmes de la Noblesse romaine. Semblait-il que ses qualités de Casanova n'étaient plus à démontrer. C'est sans doute pour cette raison d'ailleurs que la Duchesse se méfiait au plus au point du Duc de Gandie et pourtant quelque part elle était secrètement attiré par lui. Sa douceur, ses attentions portées à son encontre brisaient un peu plus chaque jour les barrières que Lorenza avait su forger avec les hommes en général.
Longeant le hall d'entrée et les divers couloirs que contenaient le Château Saint-Ange, la demoiselle chercher à retrouver son amie sans qu'aucune tentation ne vienne la troubler. Mais pour combien de temps encore ?





Dernière édition par A. Lorenza De Médicis le Mar 1 Mai - 9:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Dangerous Liaisons [JUAN&LORENZA]   Dim 29 Avr - 22:43

Dans les prisons ont entendu crier, des cris de douleur. C'était évident que quelqu'un était en train de se torturer, enfin, ils étaient deux à se faire torturer, deux hommes qui avaient projeté de défier le pape et de mettre fin à son règne. Une très bonne raison pour que Juan ordonne les tortures. Il assistait à tout cela, ses hommes s'occupaient de les torturer sous la surveillance de Juan qui souriait à voir cela. Entre chaque pause, il posait toujours la même question. « Qui d'autres sont impliqués dans ce complot visant à faire tomber sa Sainteté, le pape ? » Évidemment les réponses étaient toujours la même. « Personne ! » Et à ce moment, Juan ordonnait de nouveau la torture, le fouet, les pinces et tout ce qui peut faire mal. Il commençait tout de même à s'ennuyer après deux heures et ses crient qui lui casse les oreilles. Borgia décide de leur mettre un bâillonnement et d'en frapper un pour qu'il se taise. Il fait signe aux gardes de continuer jusqu'à la mort s'ensuivent. Juan va s'essuyer la main qui avait du sang dessus, car le visage de la victime en était couvert. Il jette la serviette au sol avant de quitter la pièce, le sang était encore là, du moins, une fine trace. Un bon bain fera partir le tout ou même se laver tout simplement les deux mains. Il remonte en haut, là où est calme et silencieux. Tout ce qu'on pouvait entendre, c'était le claquement de porte derrière lui, car la porte était assez lourde et le bruit de ses bottes qui faisaient un drôle de bruit qui résonne dans le couloir. Juan essaye de faire partir la tache sur ses doigts en soupirant légèrement, il relâche son bras et continue de marcher afin de quitter les lieux et de retourner à ses appartements pour se laver. Cependant, il remarqua au loin, une femme, une jeune femme avec une très belle robe, ce n'était sûrement pas une servante. Il sourit en coin et décide de s'approcher un peu plus vite. Il ne pouvait pas vraiment être discret avec le son que font ses bottes, mais tant pis. Borgia s'avança, remarqua la belle chevelure de la fille. « On s'est perdu ? » Lança-t-il en souriant légèrement. La jeune femme en question semblait s'être arrêté. Juan s'approche doucement avant de se mettre de côté et de tourner sa tête vers ce joli visage. Il sourit soudainement en voyant Lorenza, une magnifique jeune femme qui appréciait grandement, intelligente et noble. Il prend doucement la main de la belle pour donner un baiser sur cette délicate peau. « Ma très belle dame. » Il la regarde dans les yeux. Ravissante, comme toujours. Il a de la misère à ne pas succomber à ce charme et à ne pas l'avoir avec lui, le rend fou.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
A. Lorenza De Médicis

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Dragon & Tumblr.
  CÉLÉBRITÉ : Nina Dobrev.
  PARCHEMINS : 151
  ARRIVÉ(E) À ROME : 15/01/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Dangerous Liaisons [JUAN&LORENZA]   Dim 29 Avr - 23:28


DANGEROUS LIAISONS
with Juan Borgia

La pire crainte ou le souhait le plus inassouvi de Lorenza venait de se réaliser lorsqu'elle entendit des bruits de pas en sa provenance et qu'elle reconnut la voix si familière de son tentateur. Immobile, la jeune fille fut comme pétrifiée par son approche, ne sachant plus comment réagir face à la présence de Juan. Elle apprécia d'autant plus la réaction de ce dernier quand il eut, semble-t-il, le plaisir de la reconnaître. « Ma très belle dame. » , lui dit-il tout en lui baisant la main. Ce simple geste eut le dont d'intimider la demoiselle qui baissa l'espace d'un instant les yeux vers le sol avant de plonger son regard dans le sien. Elle se sentait toujours en proie à ses envies avec lui, comme si le Diable lui-même l'avait envoyé pour commettre ce pêcher. Malheureusement pour le fils Borgia, la Médicis n'avait eu de cesse de lutter au fur et à mesure de leur rencontre. Cependant, pour la première fois depuis leur rencontre, Lorenza était seule avec lui alors qu'habituellement une foule d'invités les côtoyaient. Son cœur s'emballa alors aussitôt mais ayant appris avec son mari à cacher ses véritables sentiments, la Duchesse s'abaissa légèrement en guise de respect – puisqu'il s'agissait après tout d'un des enfants de sa Sainteté le Pape – et lui répondit avec un petit sourire ampli de malice : « Mon Seigneur.». Nombreux étaient les individus qui avaient une dent contre cette famille, considérés comme des traites, Juan, Cesare ainsi que Lucrezia apparaissaient tout simplement tels les bâtards de sa Papauté. Personnellement elle n'avait que faire de ce genre de ragots, tentant d'apprécier les gens à leur juste valeur bien que de part sa famille et son mariage elle était naturellement liée à eux, qu'elle le veuille ou non.

C'est en considérant un instant le Duc de Gandie qu'elle remarqua quelques tâches rougeâtres de ci et là, en particulier sur ses mains. Sans trop sans rendre compte, Lorenza les attrapa dans les siennes, un air inquiet sur le visage. « Mais que vous est-il arrivé ?! Etes-vous blessé ? ». La jeune noble n'avait pas anticipé sa réaction et semblait finalement quelque peu gênée d'avoir osé un tel geste à l'encontre de Juan dont elle s'abstenait usuellement pour éviter tout rapprochement avec lui.



Revenir en haut Aller en bas

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Dangerous Liaisons [JUAN&LORENZA]   Lun 30 Avr - 0:01

Juan était au château Saint-Ange depuis l'avant-midi, il avait commencé par ramener les deux traitres avant de faire commencer la torture sous ses yeux, c'était aussi un ordre du pape, car après tout, on élimine tous ceux qui nuit à la famille Borgia, pas d'exception et eux, ils en étaient certainement pas. Deux abominables crétins qui avaient essayé de s'en prendre au pape, un crime odieux, surtout qu'il ne s'agit pas de n'importe qui. Il a donc pris en charge cette tâche et à ce moment même, ils sont sûrement en train de mourir, du moins, il ira vérifier ce soir, si c'est le cas, sinon tant pis, il les achèverait lui-même en leur tranchant la gorge. En sortant de là, il tomba sur une jeune et belle demoiselle, Lorenza de Médicis. Quelle ravissante beauté, il ne tardait pas à l'embrasser sur la main en la regardant. Lorsque soudainement en se redressant légèrement, elle a pris ses mains dans les siennes. Juan sourit un peu au contact de leur main et leva baissa le regard vers la dame. « Je.. » Il résista à ne pas lui caresser les mains. « Non, ne vous en faites pas. Ce n'est pas mon sang. » Dit-il en souriant un peu en serrant doucement ses mains. Ce n'était pas le sien et heureusement ou malheureusement, il aurait pu profiter de la situation, mais pourquoi mentir, il n'y a aucune blessure sur ses mains ou même sur son corps. Borgia s'approche mieux d'elle. « Que venez-vous faire ici ? » Sa présence le trouble peut-être, mais il en était pas moins curieux de savoir ce qu'elle fait ici. Il retire doucement ses mains et se place à ses côtés puis ils commencent à marcher doucement vers un banc qui n'était pas loin dans le couloir. Juan lui montre la place pour s'asseoir avant de se mettre à ses côtés et de la regarder attentivement. Il semblerait que son mari ne soit pas là et c'est tant mieux, car lui, il est là et ça l'enchante.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
A. Lorenza De Médicis

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Dragon & Tumblr.
  CÉLÉBRITÉ : Nina Dobrev.
  PARCHEMINS : 151
  ARRIVÉ(E) À ROME : 15/01/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Dangerous Liaisons [JUAN&LORENZA]   Lun 30 Avr - 7:59


DANGEROUS LIAISONS
with Juan Borgia

Elle avait pris ses mains dans les siennes sans trop réfléchir aux conséquences qui allaient suivre. Elle l'avait fait d'instinct, comme si elle avait vraiment eu peur pour lui. C'était tout à fait indécent de sa part. Une femme de son rang – et qui plus est mariée – n'aurait jamais dû engendré un tel geste à l'encontre du Borgia. Le protocole et les règles de bienveillance qu'on lui avait inculqué au cours de sa vie ne mentionnaient en aucune manière ce genre d'attitude. Et pourtant, au fond d'elle, elle n'en avait que faire. La jeune fille avait agit ainsi parce qu'elle l'avait voulu, c'était aussi simple bien qu'à présent elle se sentait terriblement gênée. Mais au moins son inquiétude s'éclipsa très vite lorsque Juan la rassura à son sujet. Ce n'était pas sang lui avait-il avoué. Une chance pour lui mais sûrement un très grand malheur pour la ou les personnes qui avaient croisé son chemin dans ce cas. Depuis son arrivée à Rome, Lorenza avait doucement appris à connaître le Duc de Gandie ; que cela soit par une preuve visuelle ou par des rumeurs à son sujet. Tantôt le Seigneur pouvait être un véritable gentleman, tantôt une bête qui sommeillait en lui se réveillait brutalement pour défendre ses êtres chers et/ou ce en quoi il croyait. Beaucoup auraient eu peur de ce visage scindé en deux mais il faut croire qu'avec Lucian la demoiselle n'en avait que trop l'habitude. Au lieu d'être apeurée donc, elle était en quelque sorte fascinée par cet esprit torturé. Et dans ce genre de cas elle savait pertinemment qu'il était inutile d'en savoir davantage. Serrant tendrement ses mains, Lorenza laissa Juan approcher un peu plus. Elle aurait voulu lui dire d'arrêter tout de suite, hélas son coeur n'en avait que faire. « Que venez-vous faire ici ? » , lui demanda-t-il alors qu'il l'invitait à venir s'assoir sur un banc dans le couloir. En proie à ses tourments, la Médicis accéda toutefois à sa requête en venant le rejoindre. Une fois posée à côté de lui, tentant vainement de garder une distance dite de sécurité, la Duchesse afficha son plus beau masque d'illusion. « Eh bien j'avais dans l'espoir de croiser votre chère sœur Lucrezia, mais après une recherche infructueuse, semblerait-il que celle-ci se soit absentée..». Ses mains sur ses jambes, Lorenza peinait à garder fière allure, observant Juan à tâtons mais toujours avec ce petit sourire en toute circonstance. Puis soudain, comme si elle était bien trop effrayée à l'idée de ne plus pouvoir se contrôler suffisamment, la noble préféra s'éclipser. Se relevant, elle regarda à peine le fils du Pape avant de rajouter : « Je passerais une prochaine fois dans ce cas, loin de moi l'idée de vous déranger davantage Mon Seigneur ». Elle se baissa légèrement de nouveau et inclina la tête en guise de respect. Lorenza était prête à partir. Elle le devait, mais qu'en serait-il s'il la retenait ?


Revenir en haut Aller en bas

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Dangerous Liaisons [JUAN&LORENZA]   Lun 30 Avr - 15:52

Ce genre de gestes n'est pas souvent la bienvenue envers les Borgia ou envers la noblesse, mais comme il savait que c'était Lorenza, il n'allait pas non plus la balancer par la fenêtre pour lui avoir touché les mains. Ce n'est pas non plus un monstre, enfin cela dépend vraiment avec qui et il doit y avoir une raison ou pas. Quoi qu'il en soit, le jeune homme l'avait invité à s'asseoir sur un banc afin de discuter et de savoir pourquoi elle était présente ici dans le château Saint-Ange. Et donc, sa présence l'intrigue et ne tardait pas à lui poser. Elle semblait être ici pour voir sa soeur, Lucrezia. Il ne peut s'empêcher de lever légèrement les yeux de façon assez discrète de se redresser le dos en regardant légèrement devant lui. « Comme vous pouvez l'avoir constaté, elle n'est pas présente. » En soupirant légèrement, évidemment qu'elle n'était là que pour sa soeur, sinon pourquoi d'autres, sauf si elle lui a menti et qu'elle était là pour autre chose, quelque chose qu'elle ne veut pas dire. Ça l'énerve vraiment de ne pas être dans la tête des autres afin de savoir ce qui en est vraiment. Il se contente de ne rien dire pour l'instant en l'observant dans le calme. Juan se mit à froncer les sourcils en la voyant se lever. Pourquoi partait-il aussi rapidement? Il n'avait encore rien tenté ou encore il n'a rien dit de déplacer. Il se lève à son tour, toujours surpris par cela, mais très vite, il lui attrape la main, pas de façon brute, mais assez rapide pour ne pas la laisser partir. « Je doute que vous devez partir et vous ne me dérangez point, sinon, je serai déjà parti. » À vrai dire, il oubliait presque les traces de sang qu'il avait sur la main, mais tant pis, il les retira plus tard, un coup rendu chez lui. Pour l'instant, il n'est pas pressé. Juan la ramène vers lui soudainement en venant tenir les deux mains en souriant. « Restez donc un peu. » Il caresse un peu ses mains de nouveau en souriant un peu. Il fait poser les mains de la belle sur le haut de son torse en les tenant encore un peu puis les relâches doucement. « Après tout, vous n'êtes pas venu ici pour rien. » Juan la regardent dans les yeux, elle ne devait être pas si pressée et puis elle s'était apparemment déplacé pour rien.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
A. Lorenza De Médicis

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Dragon & Tumblr.
  CÉLÉBRITÉ : Nina Dobrev.
  PARCHEMINS : 151
  ARRIVÉ(E) À ROME : 15/01/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Dangerous Liaisons [JUAN&LORENZA]   Lun 30 Avr - 18:46


DANGEROUS LIAISONS
with Juan Borgia

Mieux valait pour elle de s'éclipser avant que Juan ne tente quoique ce soit à son encontre car elle n'était pas sûr de résister à ses charmes une nouvelle fois. Elle se devait de fuir, c'était beaucoup plus sage pour son avenir. En effet bien que Lucian s'était éloigné de Rome pour quelques jours, la Cité Éternelle était loin d'être hermétique aux pires secrets des habitants. Elle n'osait imaginer ce que son mari était capable de lui faire s'il venait à apprendre un quelconque rapprochement avec l'un des fils Borgia, ou tout autre homme d'ailleurs. Son coeur raisonnant dans sa poitrine, ses battements redoublèrent d'effort lorsque le jeune homme attrapa sa main pour la retenir alors que celle-ci était sur le point de s'enfuir loin de lui. « Je doute que vous devez partir et vous ne me dérangez point, sinon, je serai déjà parti. » , lui dit-il pendant qu'il la ramenait vers lui, son regard plongeant dans le sien désormais. Ce rapprochement impulsif eu le don de tétaniser littéralement la Duchesse, comme si son corps tout entier avait été envouté par les yeux du Borgia. Puis Juan pris ses mains et lui sourit tendrement. Ce même sourire qui avait le don de la fasciner, de la tenter au point de commettre un pécher de grande importance : l'adultère. L'idée ne lui traversait pas réellement l'esprit à cet instant, elle se laissait juste porter par ce flot de passion qui la transperçait de part en part mais les conséquences au final resteraient les mêmes. Voilà ce qu'elle craignait. Tant de gentillesse, d'attention et d'amabilité à son encontre faisaient que la demoiselle ne pouvait s'empêcher de se méfier du Duc de Gandie, sans pour autant continuer à avancer droit vers l'irréparable. Afin de parfaire dans son illusion, Lorenza lui rendit un sourire de bienséance comme on lui avait toujours appris. Néanmoins bien sûr, il sonnait faux, terriblement faux et elle était persuadée que Juan pouvait de plus en plus facilement lire en elle. « Restez donc un peu. » . Et sans plus attendre l'enfant du Pape fit poser les mains de la belle sur son torse. Malgré ses vêtements, elle pouvait parfaitement sentir ô combien il en imposait. « Après tout, vous n'êtes pas venu ici pour rien. » . Cette seule sensation anima derechef l'organe vital de la brunette à un point tel qu'elle ne prêta même pas attention au fait que le Duc avait retiré ses propres mains tandis que les siennes, elles, trônaient encore sur son buste. Gênée, elle les retira aussitôt. Comment Diable pouvait-elle se permettre un tel comportement de part son rang ? Si quelqu'un les voyait ainsi. « Hélas je ne vois pas en quoi, Mon Seigneur, ma compagnie pourrait vous être des plus agréables, vous avez sans doute mieux à faire.». Lorenza inspira un instant, comme pour se donner la force de continuer. Son regard peinait à soutenir celui du jeune homme. « Nombreuses hautes dames de Rome vous satisferaient davantage... », termina-t-elle d'un petit sourire en coin comme pour le tester. Car ici en effet elle ne faisait pas simplement mention d'une vulgaire discussion ou promenade à travers le Château Saint-Ange ; plutôt de ses nombreuses conquêtes que tout le monde lui attribuait. Elle était certainement troublée par sa seule présence, mais n'en gardait pas moins son esprit vif qui semblait séduire le Borgia. Et peut-être quelque part avait-elle besoin de se voir désirer et non gagner aussi facilement.


Revenir en haut Aller en bas

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Dangerous Liaisons [JUAN&LORENZA]   Lun 30 Avr - 22:55

Avoir su qu'elle était aussi pressée de partir, il aurait passé devant elle comme rien n'était après tout, cela ne lui aurait sûrement pas fait grand-chose puisqu'elle veut partir. Enfin, elle a peut-être peur quelqu'un passe par là et lance une rumeur comme quoi la petite de Médicis couche avec l'un des fils du pape, le capitaine de l'armée pontifical, mais qui oserait faire cela? Sachant que les conséquences seront graves si Juan découvre qui a lancé cette rumeur, car même si le mari de Lorenza venait à le savoir, il n'aura pas intérêt à toucher à Juan, non seulement parce qu'il ne se laissera pas faire, mais que Rodrigo risque de ne pas être très amical avec lui. De plus, s'il s'avère que son mari la frappe vraiment et que ses rumeurs sont donc vraies, Juan ferait en sorte qu'il disparaisse. Quoi qu'il en soit, il pense que cela est vrai, car il avait déjà remarqué des traces, mais comme elle ne semblait pas très voyante, Borgia s'est dit qu'elle s'était peut-être blessé. « Votre présence m'apaise beaucoup. » Juan la regarde en baissant légèrement la tête, comme s'il était triste, il ne l'est pas, mais à quelque part c'est vrai que la présence de Lorenza l'apaise, après tout, il vient de torturer, du moins, il a frappé l'un d'eux, ce n'était pas le même homme qu'en ce moment. « Elles ne sont pas vous. Elles ne me font pas le même effet, vous êtes intelligente et sembler avoir une joie de vivre. » Il hausse un peu en la regardant, l'air déçu en se reculant de quelques pas. Il se demande si elle va le retenir comme il l'a fait ou le laisser partir. Si vraiment, elle le laisse partir, alors tant pis, car à l'avenir, il n'y aura probablement plus de sourire ou de bonjour. Juan se souviendra de cela. Certes, c'est une fille comme une autre, mais il avoue tout de même qu'il aime bien sa présence et entendre son rire ou voir son joli sourire. Quoi qu'il en soit. Juan se tourne un peu sur le côté. « Mais si vraiment ma présence vous déplaît, alors, tant pis. Je pensais que vous aimez me voir, mais apparemment, il vaut mieux que je vous laisse alors. Je me suis trompé sur vous, car je pensais que ma présence vous plaisait, mais il semble que non. Au revoir dans ce cas. » Borgia la regarde à peine avant de commencer à faire quelques pas, voulant voir ce qu'elle allait faire, sinon, pourquoi perdre son temps encore, si elle s'en fiche de lui. Elle semble peut-être inaccessible, car déjà elle est mariée, mais Juan n'a jamais vraiment fait attention à ce genre de détail, mais aussi elle ne semble pas très enthousiaste de rester auprès de lui.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
A. Lorenza De Médicis

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Dragon & Tumblr.
  CÉLÉBRITÉ : Nina Dobrev.
  PARCHEMINS : 151
  ARRIVÉ(E) À ROME : 15/01/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Dangerous Liaisons [JUAN&LORENZA]   Mar 1 Mai - 9:43


DANGEROUS LIAISONS
with Juan Borgia

C'est étrange de voir ô combien le chef de l'armée Pontificale avait le don de la charmer. Et ses paroles qui suivirent ne dérogèrent pas à la règle. Voilà ce qu'elle voulait entendre. Elle avait besoin quelque part de se sentir plus ou moins unique à ses yeux et non pas devenir un nouveau trophée qu'il pourrait revendiquer par la suite. Pas ça non, elle souffrait déjà bien trop de part l'imprévisibilité de son mari, si c'était en plus pour se faire humilier par le Duc de Gandie, mieux valait arrêter tout de suite alors. Semblait-il que sa seule présence suffisait à apaiser l'homme. Et au vu du sang sur ses mains, il devait sans doute en avoir besoin. Souriant à ce compliment qu'elle apprécia grandement, Lorenza rayonna d'autant plus lorsque ce dernier poursuivi. « Elles ne sont pas vous. Elles ne me font pas le même effet, vous êtes intelligente et sembler avoir une joie de vivre. » . Intelligente sûrement car son esprit toujours à l'affut, son sens de la répartie et son intérêt pour la société en général avait fait d'elle une jeune femme redoutable lorsqu'il s'agissait d'animer des joutes verbales. Mais pour ce qui était de sa joie de vivre, il fallait croire que la demoiselle savait parfaitement cacher ses véritables sentiments alors. En effet, cherchant à toujours passer outre les difficultés de la vie – et de son mariage récent notamment – Lorenza peinait parfois à tenir son masque de mensonges. Encore moins en présence du fils Borgia. La preuve puisque lorsque celui-ci se recula, l'incompréhension et l'inquiétude de la belle redoublèrent d'effort comme si, après qu'il l'ait retenu, elle voulait réellement rester à présent. Un flot d'émotions contraire jaillissait de toute part dans son esprit déjà bien torturé. « Mais si vraiment ma présence vous déplaît, alors, tant pis. Je pensais que vous aimez me voir, mais apparemment, il vaut mieux que je vous laisse alors. Je me suis trompé sur vous, car je pensais que ma présence vous plaisait, mais il semble que non. Au revoir dans ce cas. » . Ce discours heurta directement la Duchesse qui sentit la peur, l'angoisse de le voir s'éclipser filtrer dans ses veines sans que plus jamais Juan ne lui porte une quelconque attention. Que devait-elle faire à présent ? Agir ou profiter de l'occasion pour mettre fin définitivement au charme de l'enfant du Pape ? Et alors qu'il tournait les talons pour disparaître à son tour, Lorenza, prit d'un élan soudain et incontrôlable, retint Juan par l'épaule et le retourna face à elle pour venir l'embrasser dans une tendresse fougueuse. Au moment où ses lèvres rencontrèrent celles du soldat, la Médicis ressentit une flamme jaillir de ses entrailles. Le bien et le mal se combattaient en elle. Puis, dans le même élan qu'elle avait commencé, la brunette stoppa ce pécher dans un dernier souffle avant d'afficher un sourire à la fois timide et malicieux. « Est-ce que cela efface-t-il vos doutes Mon Seigneur ? ». En agissant ainsi Lorenza elle-même ne se reconnaissait plus. Ce n'est pas comme si elle avait un problème avec les hommes, loin de là car nombreux avaient été ses prétendants, cependant jamais elle ne se serait permise de commettre un geste pareil, qui plus est avec l'un des garçons de sa Sainteté le Pape.

Revenir en haut Aller en bas

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Dangerous Liaisons [JUAN&LORENZA]   Mar 1 Mai - 15:08

Il semblerait que Juan n'avait plus à y rien, autant retourner à ses préoccupations, avant de s'arrêter s'était d'aller se nettoyer les mains davantage, car le sang de la victime n'était pas totalement disparu puis par la même occasion, changer de vêtement. Lorsqu'il aurait fait cela, Borgia aurait été soit à l'entraînement en entendant ou encore à attendre avec impatience le soir même pour retourner dans les cachots pour voir si ce qu'il a dit aux gardes auraient été fait, sinon Juan aurait fini le travail le lui-même, pas question de libération. De toute façon, dans l'état que les deux hommes étaient quand il est parti, n'était pas très beau à voir, autant achever leur souffrance comme diront-on pour un animal qui souffre. C'est ce qu'il va aller voir, voyant que la duchesse ne semble pas vouloir de sa présence. Alors, qu'il était prêt à partir, s'était retourné pour partir. Juan senti une main le toucher l'épaule, mais il n'eut même pas le temps de se retourner lui-même puisque la belle l'avait déjà fait entre-temps, c'était suivi d'un baiser. Il fut surpris, mais n'allait pas non plus la repousser, non, d'ailleurs, Juan prolongeant davantage le baiser en la fessant coller à lui. Le baiser se termina puis Juan se mit à la regarder en souriant légèrement en coin. Lorenza venait de l'empêcher de partir et c'est ce qu'il souhaitait d'ailleurs, car à vrai dire, ça l'aurait peut-être vexé si jamais elle aurait osé le laisser filer, enfin il ne lui aurait plus vraiment parlé de la même façon. Elle en était peut-être conscience. « Peut-être. » C'était plus ou moins sarcastique, car c'était surtout pour qu'elle revienne embrasser de nouveau Juan. D'ailleurs, cette ouverture, ne le priva pas de recommencer. Borgia a pris soudainement la taille de Lorenza pour la faire rapprocher de lui avant d'y voler un autre baiser des plus passionnés. Il espérait tout de même de ne pas se faire repousser, surtout qu'elle lui laisse cette ouverture et le fait qu'elle l'embrasse aussi en premier, c'est qu'elle le veut à quelque part. Quoi qu'il en soit, il décolle doucement ses lèvres des siennes, mais ne lui lâche pas la taille. Juan lui murmure doucement. « J'attendais ce moment depuis longtemps. » Il approche sa main de son visage et caresse doucement sa joue. Depuis qu'il l'a vu et qu'il s'est mis à s'intéresser à elle.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
A. Lorenza De Médicis

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Dragon & Tumblr.
  CÉLÉBRITÉ : Nina Dobrev.
  PARCHEMINS : 151
  ARRIVÉ(E) À ROME : 15/01/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Dangerous Liaisons [JUAN&LORENZA]   Mar 1 Mai - 21:17


DANGEROUS LIAISONS
with Juan Borgia

Ça y est. Lorenza avait finalement cédé à cette envie irrésistible de l'embrasser. Il faut dire que le jeune homme n'avait pas lésiné sur les tentatives pour la charmer. Entre belles paroles, attentions à son encontre et caresses subtiles mais délicates, la jeune fille n'avait eu de cesse de lutter pour enfin s'abandonner à la tentation. Et quel fruit défendu ! Le contact de ses lèvres sur les siennes avait provoqué une explosion de sensations dans chaque fibre de son corps. Et au vu du sourire coquin et de la réponse ironique du Duc de Gandie, Lorenza se sentait d'autant plus rassurer quant à ses pensées en ce qui le concernait. Lui souriant à son tour, elle fut agréablement surprise par son initiative si indécente entre le fils d'un Pape et une femme mariée. Juan rapprocha en effet le corps de la belle contre le sien alors que la Médicis laissait son regard noisette plonger dans celui de cet homme sur le point d'être considéré comme son amant. Puis, sans vraiment prévenir, le chef de l'armée pontificale l'embrassa de nouveau avec une passion certaine. Son cœur battait la chamade et pour rien au monde elle n'aurait voulu revenir en arrière, même si la perspective de la découverte de la vérité par son mari la faisait littéralement trembler. Prise par la folie du moment, Lorenza laissa ses mains venir se perdre doucement dans la chevelure du soldat avant que celui-ci ne vienne stopper cet échange si excitant. Elle laissa alors retomber ses bras sur son torse qu'elle gratifia de douces caresses. « J'attendais ce moment depuis longtemps. » lui dit-il en murmurant ces belles paroles. Il n'était pas le seul à vrai dire. La Duchesse n'avait que trop longtemps retenu son envie à son encontre. Elle le désirait tellement que ça en était devenu maladif. Posant une main sur sa joue, Lorenza frissonna à ce simple toucher qui signifiait tant pour elle. Il était rare qu'elle connaisse une telle affection de la part d'un homme. Si ce n'est son frère bien sûr mais le lien était différent. « Il semblerait que nous étions dans ce cas », dit-elle à son tour alors qu'elle se complaisait dans cette position. Sauf que d'un seul coup elle se rappela où elle se trouvait : dans un des couloirs du Château Saint-Ange, soit à découvert des regards indiscrets. Si elle devait aller plus loin avec lui elle devrait se cacher. C'était une évidence. Et au vu de la chaleur qui émanait des battements de son cœur, Lorenza pencha la tête vers Juan pour lui murmurer à son tour dans le creux de son oreille : « Mais pas ici Monseigneur... ». Elle marqua une pause de quelques secondes pour rajouter : « Vos appartements conviendraient bien mieux ». Était-elle allée trop loin ? Sûrement. Néanmoins elle ne souhaitait plus faire machine arrière.

Revenir en haut Aller en bas

«»
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Dangerous Liaisons [JUAN&LORENZA]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dangerous Liaisons [JUAN&LORENZA]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» DANGEROUS LIAISONS.
» Dangerous liaisons [Emily]
» Pourquoi a-t-on enlevé la photo de Juan bosch.
» Juan Carlos
» Liaisons dangereuses ~ Pv

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Borgia ::  :: Rome :: L'Entrée & couloirs-