† N'ayez pas foi en eux †
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Ici pour te servir. » → Juan Borgia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Ici pour te servir. » → Juan Borgia   Lun 7 Mai - 2:46

Il n'avait pas encore fait ce pas avec Luigi. Tout ce qu'il y avait, c'était du sexe pour l'instant, rien de plus, lorsque l'acte était parti, chacun partait de leur côté. Là, c'était encore différent, Juan n'avait aucune raison de partir puisqu'il est dans ses appartements et puis, il est vrai que Diego pourrait autant partir, mais étant donné que son haut est déchiré. Les gens risquent de se poser de drôle de question, qui l'a mis dans cet état, qu'est-ce qu'il lui est arrivé et tout le bla bla du bas peuple et des nobles. De toute façon, il lui donnera une chemise pour lorsqu'il partira de ses appartements, ce n'est pas cela qui manque dans les vêtements du Borgia. Il y en a des tonnes. Quoi qu'il en soit, il continua de se détendre dans le bain et des questions lui viennent en tête, sans les garder en lui, il les posa tout simplement sans gêne à son ami qui semble ne pas avoir de problème de ce côté, contrairement à Juan, il faut dire qu'ils n'ont pas vraiment le même rôle dans la vie sociale et mode de vie. En tout cas, il avait envie de le connaître davantage, plus qu'il ne le connaissait avant l'acte. Il espère toujours qu'il n'osera pas aller en parler, si vraiment il tient à l'amitié du Borgia. Le jeune homme continua de passer ses mains sur les jambes de son page, en caressant et en gardant les yeux légèrement fermés pour se détendre et ce, dans le calme. Il n'y avait que le bruit des vagues de l'eau du bain et la voix de Diego.

Il parlait de la beauté des hommes. Certes, différente des femmes. Borgia ne répondit rien à cela, car il n'y avait pas grand-chose à répondre. Il préférait l'entendre parler pour l'instant. Juan pourrait se poser la question. Qu'est-ce qui l'attire chez les hommes? Lorsqu'il embrasse, le corps nu contre l'autre ne donne pas tellement la même sensation ou encore il peut se permettre d'être encore plus sauvage. C'est quelques petits plus, mais qui ne vont pas lui faire oublier les femmes pour autant. Pour l'instant, il se retire la pensée des femmes et essaye de comprendre ce qui lui arrive, pourquoi est-il attiré par les hommes, du moins, deux en particulier. Il se tourna un peu la tête en ouvrant les yeux vers lui lorsqu'il se mit à rire. « Ne va pas croire que tous les hommes d'Église sont des saints. » Il sourit légèrement. Quant à lui, il n'y connaissait pas grand-chose en cette matière, il préfère éviter le sujet.

Il fronça légèrement les sourcils durant quelques secondes. Qu'est-ce qui lui faire croire cela? Il ne sait pas qu'il fréquente un de ses soldats. Borgia tourne la tête en soupirant un peu. « Je ne vois pas pourquoi tu dis cela. C'est évident, tu es mon premier. » Il essaye de mentir, encore une fois, la peur que tout sois dévoilés l'envahi soudainement et reste le regard vide durant quelques secondes comme s'il pensait ou était dans la lune puis secoue la tête. « Les hommes sont sauvages comme les taureaux, ils ne sont pas comme les femmes, elles sont délicates, comme un vase que l'on fait tomber » Il se tourna vers lui et se mit à genoux en le fixant avant de venir l'embrasser dans le cou en souriant légèrement, si cela pouvait l'éviter de parler de sa première expérience avec les hommes. Il riait sûrement de lui et il le prendrait pour un idiot si ce n'est pas déjà le cas. Il lui chuchote. « N'as-tu pas autre chose à me faire apprendre? » Borgia recommence ses baisées en le caressant avant d'attraper une éponge pour la passer sur le corps de son ami.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
Diego C. Colomb

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Fire&Blood, Aryak
  CÉLÉBRITÉ : Shiloh Fernandez
  PARCHEMINS : 151
  ARRIVÉ(E) À ROME : 29/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Ici pour te servir. » → Juan Borgia   Lun 7 Mai - 22:54

    Diego se mit à rire face à la remarque de Juan au sujet des hommes d’Eglise. Il se doutait bien qu’ils ne devaient pas faire preuve de vertus. Cela donna une idée soudaine à Diego…et s’il se faisait un homme d’église ? Cela pouvait être distrayant, il était persuadé d’arriver à faire dire à l’un d’entre eux dans un ébat amoureux : « oh mon Dieu Seigneur. » . Il eut un sourire amusé à cette pensée. Colomb reprit son sérieux pour reprendre la conversation et lui demander ce qu’il en était de ses relations avec les hommes. Juan décida de jouer la carte du mensonge en le flattant d’être le premier. Diego n’était pas dupe, il savait qu’une première fois ne pouvait pas être si géniale, il y avait toujours des maladresses et de l’intimidation. Borgia savait s’y prendre avec les hommes. Le page soupira et au tac au tac répliqua :

    « Oui et moi je suis vierge. »


    Il leva les yeux au ciel. Il était déçu que Juan ne lui en fasse pas part. A quoi jouait-il ? Que craignait-il de lui dire ? Diego pensait être proche de son ami mais, ce ne devait être que dans un sens. Il tacha de cacher sa déception passagère. Il n’écouta qu’à moitié le ressentit de Borgia sur les hommes. D’ailleurs en passant, le gonfalonier descredita ses paroles précédentes en exprimant ce qu’il ressentait avec un homme. Comment pouvait-il savoir cela en une coucherie ? Il ne releva pas. Son maître se tourna et se mit à genoux. Diego boudait, y comprit quand il ressentit le baiser dans son cou. Il n’aimait pas être acheté. De plus, Juan lui demanda s’il pouvait lui apprendre autre chose. Il l’aurait bien fait s’il n’avait pas perdu son envie. Néanmoins, il décida de jouer le jeu.

    « Fermes les yeux. »


    Il attendit que ce dernier exécute sa demande et il s’empara de ses lèvres pour un baiser langoureux, sa main quant à elle caressa l’entrejambe de son ami de façon active. Il s’arrêta lorsqu’il eu besoin de reprendre son souffle pour le baiser. Il enleva également sa main de son intimité.

    « Ne bouges pas je reviens, restes les yeux fermés. »


    Diego sortit du bain et attrapa la première serviette venu. Il se dirigea ensuite dans la chambre de Juan et prit ses affaires. Le page ne comptait pas revenir, Juan pouvait l’attendre longtemps. Il commença à s’habiller le plus rapidement possible.


Revenir en haut Aller en bas

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Ici pour te servir. » → Juan Borgia   Lun 7 Mai - 23:21

Les hommes d'Église ne sont pas aussi saints que cela, beaucoup de gens, surtout ceux du peuple pensent qu'ils ne le sont pas, car il voit en eux quelque chose de bien et de pure. Et pourtant, il n'y a pas mal d'exemple qui pourrait montrer le contraire. Il doute donc que le très Saint-Père l'envoie au bucher, car lui-même il en est pas un et son père, il ne l'est pas non plus tout comme les autres. Juan préférait de ne pas s'étaler à ce sujet, il n'est pas l'expert dans la matière, mais peut affirmer que ce genre d'homme n'est pas ce qu'ils veulent faire croire. Après tout, il cohabite avec un pape qui a une maîtresse et quatre enfants. Après, tout le monde à ses propres croyances, ses valeurs et sa propre idée. Juan ne croit pas tellement en ces choses, seulement en lui-même. Ce qui est déjà assez. C'est comme les miracles, il ne croit pas à cela, lorsqu'il était gamin, il avait fait un voeu dans l'une de ses fontaines et jamais son voeu s'est réalisé. Il aurait fallu un miracle, mais ça n'existe pas. Alors, il vaut mieux croire ce que l'on voit. Borgia ne dit rien contre ses croyances, il croit en qui il veut, il est libre de ses choix. Quant à Juan, il veut bien montrer qu'il est chrétien, mais ça passe assez mal au final. Il rit légèrement à sa remarque, c'était vachement sarcastique son truc, un peu trop même.

Borgia soupira légèrement. Il n'avait certainement pas envie de parler de ce qu'il avait fait avec Luigi et de ses soirées passées avec lui. Il ne l'assumait pas tant que cela, seulement durant l'acte, il oubliait tout cela. Il n'a pas du temps envie d'en parler, il n'en parle déjà pas à Luigi de ce qu'il se passe entre eux, Juan ne se voit donc pas en parler à Diego, même si oui, ils sont amis et après ce qu'ils ont fait, mais cela ne change rien. Il préfère mentir sur ses propos. Il s'était mis légèrement à genoux en se penchant pour l'embrasser dans le cou en lui demandant de lui apprendre. Borgia se recula la tête en le regardant. Pourquoi devait-il fermer les yeux ? Il se recula légèrement avant de les fermer avec hésitation. Il prolongea le baiser lorsqu'il vient lui déposer un baiser et commença doucement à s'exciter avec la main de son ami sur son entrejambe et il gigota légèrement. Juan un peu encore lorsqu'il retire ses lèvres et sa main en voulant ouvrir les yeux, mais les garda encore, apparemment il allait revenir. Comme un idiot, Borgia continuait de l'attendre, encore, encore quelques minutes et il finit par ouvrir les yeux et surprise, il n'était plus présent dans la pièce. Il donna un coup sur le bain, se lava le corps rapidement avant de sortir du bain, attraper une serviette et s'essuyer. Comment pouvait-il oser lui faire ce coup, tu parles d'un ami, on ne peut même pas dire cela. Il passe la serviette alentour de sa taille puis se rend dans la pièce où se trouve son lit. Il entre donc dans la chambre et l'aperçoit qui s'apprêtait à sortir. Juan s'approche rapidement en l'attrapant et le pousse au mur en le tenant. « Tu te joues de moi, sale traître ! » Il place sa main sur sa gorge en le fixant de façon énervée et serre légèrement sans le quitter des yeux. « La reine Isabelle sera ravie de te revoir dès demain ou ce soir même ! » Il se dit ami, oui, mon oeil, il se fout vraiment de sa gueule tout depuis le début. Borgia croyait qu'il était son ami, apparemment non. On ne peut plus faire confiance à personne de nos jours.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
Diego C. Colomb

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Fire&Blood, Aryak
  CÉLÉBRITÉ : Shiloh Fernandez
  PARCHEMINS : 151
  ARRIVÉ(E) À ROME : 29/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Ici pour te servir. » → Juan Borgia   Mar 8 Mai - 0:13


    Diego avait voulu quitter ce moment d’intimité parce qu’il n’aimait pas qu’on le prenne pour un idiot. Il n’était pas stupide et il n’était pas une conquête a qui on disait n’importe quoi. Blessé dans son ego et rien de plus car il n’était pas jaloux que Juan puisse voir d’autres personnes puisqu’ils n’étaient qu’amis, Colomb lui proposa de fermer les yeux afin de lui apprendre autre chose. Le page allait lui apprendre a ne pas le prendre pour un imbécile ! Alors qu’il quitta la pièce pour rentrer dans la chambre, le jeune homme chercha ses affaires, il commença a s’habiller. Sa chemise était déchiré laissant voir son torse. Tant pis, il ferait avec, il remit également ses bottes quand soudain…Juan Borgia entra dans la pièce. Diego était prêt à courir le plus rapidement possible pour s’enfuir mais, trop tard le gonfalonier le placarda contre le mur en le traitant de traite et de se jouer de lui. Diego lui jeta un regard noir, malgré sa main posé sur son cou, il se permit de montrer son mécontentement :

    « C’est l’hôpital qui se fout de la charité ! »

    Il sentit la main de Borgia se resserrer contre son cou, il grimaça et fit une tête de six pieds de long en entendant qu’il allait le renvoyer à la Reine de Castille. Bien évidemment, si c’était le cas ce ne serait pas dans l’immédiat, il n’arriverait pas à destination d’ici quelques jours et semaines. Le gonfalonier le voyait-il comme un ennemi ? N’avait-il pas fait ses preuves depuis qu’il était à son service ? Diego ne l’avait en rien trahit et quand vient même il serait sortie de cette pièce, il n’aurait rien dit. Il avait qu’une seule et unique parole.

    « Renvoies-moi là bas, j’emporterais ton secret avec moi. »

    Diego lui faisait comprendre qu’il ne comptait rien dire même s’il n’appréciait pas la décision de son maître Mais soit, c’était son choix. Il lui resterait loyale. Colomb craignait seulement le gourou de son père en apprenant une telle nouvelle. Il regarda Juan dans les yeux, le fait qu’il continuait de l’appuyait sur son cou lui faisait mal.


Revenir en haut Aller en bas

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Ici pour te servir. » → Juan Borgia   Mar 8 Mai - 0:28

Il venait carrément de se faire baiser en beauté. Son prétendu ami venait de le laisser en plan dans le bain. Borgia lui avait apparemment donné trop de confiance à ce cher Portugais. Il se croyait pouvoir s'en sortir aussi facilement? Quel naïf. Il ne se souvient déjà plus pour qui il travaille, pour un Borgia qu'on ne doit jamais trahir, car il s'en souviendra toute sa vie. Il avait fait l'erreur et en plus, il avait commencé à le faire exciter. Luigi avait fait ce coup et Borgia ne l'avait pas très bien pris, ils ont tout de même fini par faire l'acte, mais n'empêche, c'est un coup à le rendre fou. Juan l'attrapa de justesse, car celui-ci allait pour partir en douce, sans aucun mot, sans aucune parole, rien du tout. En tout cas, il ne pensait pas que c'était le fait d'y avoir menti à propos de sa première fois, après tout, c'est sa vie, il en fait ce qu'il veut, mais Borgia pense plutôt au fait que Diego va tout aller dire au pape et à tout le monde ses petites aventures très secrètes. C'est inimaginable tout ce qui pourrait arriver par la suite, tout lui tomberait dessus et il n'a pas envie que cela lui arrive. Le fils du pape l'attrapa donc afin de le plaquer contre le mur en le tenant bien et posa sa main sur son cou en serrant un peu. Oui voilà, un traître, voilà ce que Diego était devenu et la reine Isabelle sera sûrement ravie de le revoir, en tout cas, lui aussi il a fait des confessions sur la reine. Il ferait en sorte aussi d'inventer une histoire auprès de son père et de Christophe Colomb comme quoi son page est incompétent et arrogant. Il fronça les sourcils en l'entendant. Borgia continuait de serrer tranquillement, mais tout de même.

« Tu crois que je vais te croire? Tu t'en allais le dire à mon père, c'est ça? Tu t'es bien amusé et maintenant, tu veux pourrir ma vie. Je ne t'ai rien fait, tu n'as donc aucune raison d'agir ainsi. Je te pensais mon ami et je pensais avoir confiance. » Borgia avait envie d'y aller plus fort, il le pourrait, il pourrait l'étrangler tout de suite, mais qu'est-ce que cela donnerait qu'il fasse cela, si ce n'est que pour assurer que son secret ne soit jamais dévoilé. Il le regarda dans les yeux. « Pourquoi m'as-tu fait cela? Dis-moi. » Il serre de nouveau son cou en le lâchant soudainement, mais se place devant la porte de sa chambre, pas question qu'il part sans expliquer son cou. Qu'a-il fait de mal? Il n'était pas assez bon au lit. Ou tout simplement pour rire de lui. Borgia ne le quitte pas des yeux.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
Diego C. Colomb

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Fire&Blood, Aryak
  CÉLÉBRITÉ : Shiloh Fernandez
  PARCHEMINS : 151
  ARRIVÉ(E) À ROME : 29/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Ici pour te servir. » → Juan Borgia   Mar 8 Mai - 1:00

    Diego en sortant d’ici comptait retourner dans sa boutique ou bien rentré dans sa villa. Il ne comptait rien faire d’autre. Trop tard, Borgia avait coupé ses projets en le plaquant contre le mur et lui serrant le cou. Colomb ne cherchait pas à se débattre si ce n’est pour avoir un peu d’air. À être trop énervé, il finirait par le tuer. Et voilà que Juan tomba dans de la paranoïa. Il le regarda avec stupeur. Jamais, il ne ferait une telle chose. Il n’en voyait pas l’ intérêt et ne comptait pas mettre les Borgias ou bien son père dans des situations désastreuses. Le capitaine serra de nouveau fort, il allait mourir, c’était sur…en tout cas c’est ce qu’il eut cru jusqu’à ce qu’il le lâche. Il se courba pour reprendre sa respiration, de l’air dans ses poumons. Il passa également sa main sur son cou. Diego se redressa et remarqua Juan lui barrant la route. Il attendait des réponses de sa part.

    « T’es vraiment cinglé Borgia ! » Colomb croisa les bras et soupira : « Tu me déçois. Je pensais t’avoir déjà montré ma loyauté, ma sincérité et mon amitié. Tu crois qu’en allant en parler à ton père j’aurais aidé le mien à obtenir l’amitié de Sa Sainteté ? Je n’aurais fais que détruire tout les rêves qu’il a construit de ses propres mains. J’aurais été renié. » Diego lança un regard noir : « Les gens ont raison sur ton compte, tu n’es qu’un être sans scrupule ! »

    Le page s’approcha de son maître dans l’espoir qu’il le laisse passer. Chose impossible car il n’avait pas encore expliqué pourquoi il avait voulu partir. Borgia n’avait rien vu. Il le regarda droit dans les yeux :

    « L’amitié ne doit pas être à sens unique. Tu m’as pris pour un imbécile en disant que j’étais ton premier amant. Je sais que c’est faux, un débutant aurait été maladroit, timide et gêné. Hors je n’ai rien vu de tout cela dans tes bras. »


    Il laissa un petit silence et reprit :

    « J’ai répondu à tes questions le plus sincèrement possible, je me suis ouvert à toi et je n’ai qu’en échange de beaux mensonges. » Il observa la réaction de Juan : « Maintenant laisses moi partir, vires-moi, renvoies moi où tu veux je m’en fiche et tu sais pourquoi ? Parce que tu auras perdu un véritable ami. Je n’ai rien perdu au final. »




Revenir en haut Aller en bas

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Ici pour te servir. » → Juan Borgia   Mar 8 Mai - 1:29

Avec toutes ses histories de couchage avec un homme commence légèrement à le faire devenir paranoïaque. Borgia pense absolument que tout le monde va être au courant, il n'a pas l'esprit tranquille et ça va finir par le rendre complètement toute cette histoire. Il a quasiment envie d'arrêter et pourquoi pas, après tout, il n'est pas engagé à cela. Juan peut arrêter soudainement ces aventures qui le font devenir parano. Il devient perdu à croire que son page va tout aller raconter, pourtant, durant l'acte, il l'oublia ses pensées qui le rongent de l'intérieur. C'est plus fort que lui de croire que son terrible secret sera dévoilé du jour au lendemain. C'était la raison pour laquelle, il ne voulait pas laisser fuir Diego, car en faisant cela, la crainte de Juan était revenue en lui et pensait clairement qu'il s'en allait le crier à tous ce que Borgia fait avec les hommes. Il s'était mis à lui serrer le cou. Il était agacé et énervé, mais il l'avait déjà été plus que cela, seulement il ne peut pas le laisser faire. Il avait fini par le lâcher en voulant entendre ce qu'il avait à dire pour sa défense, si cela tenait debout ou pas. Il continue de lui bloquer le chemin puis le regarde. Voilà, il était cinglé maintenant.

Borgia l'observant, ça continuait de l'énerver, ça pouvait se voir dans son regard, car lui aussi il avait le regard noir. « Tu n'as aucun droit de me parler ainsi ! » Il n'aurait jamais dû le lâcher, il aurait continué jusqu'à ce que la mort s'ensuive. Juan fit un pas lorsqu'il osa dire que c'était un être sans scrupule. « Tu as examiné mes moindres gestes, c'est ça ? Je ne vois pas pourquoi je te dirais cela. Je ne suis pas obligé de tout te dire. » Borgia soupira légèrement en se mettant mieux devant la porte afin de toujours le bloquer. Il n'avait pas vraiment envie de le perdre que ça soit en tant que page ou ami. Il finit par lui mettre une claque à ses dernières paroles, mais elle valait aussi pour ce qu'il disait. « Je ne veux pas te voir partir. » Juan approche vers lui en l'attrapant pas le pantalon et lui déchire sa chemise de nouveau, mais cette fois-ci, il n'est plus vraiment utilisable. Quoi qu'il en soit, Juan le tien correctement et le fait pencher contre le mur en le tenant bien afin qu'il ne puisse pas vraiment se tirer. « Maintenant, tu pourras le dire que je suis un être sans scrupule. » Il défait son pantalon en le baissant puis retire sa serviette avant de commencer à le pénétrer soudainement. Il serre légèrement sa hanche en continuant ses coups. Après tout, il l'avait déjà excité, même si tout cela, l'avait un peu retiré son envie.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
Diego C. Colomb

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Fire&Blood, Aryak
  CÉLÉBRITÉ : Shiloh Fernandez
  PARCHEMINS : 151
  ARRIVÉ(E) À ROME : 29/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Ici pour te servir. » → Juan Borgia   Mar 8 Mai - 2:07

    Le jeune homme faisait son rebelle auprès de son maître. Il avait profité de ce temps de parole pour exprimer ce qu’il ressentait. Ces paroles furent dures, cela le soulageait. Au moins on ne lui reprocherait pas son manque de sincérité. Borgia ne semblait pas apprécier cette rébellion et le lui fit savoir avec un regard noir remplit de menaces. Pourtant, rien n’arrêtait Diego dans ses paroles :

    « Oh que si Borgia ! Je ne suis plus à ton service ! »

    Si le page avait toujours été respectueux envers lui quand il n’était pas renvoyé, à présent il se permettait de dire ses quatre vérités. Il risquait énormément mais, les nerfs avaient l’avait envahit. Déjà qu’il était lorsqu’il avait envisagé de quitter les lieux, Juan lui tapait sur le système. Colomb allait répliquer par une phrase assassine quand soudain il reçu une gifle en plein visage. Une gifle forte qui remettait les idées en place. Diego eut pour réflexe de poser sa main sur sa joue afin de réaliser ce qu’il lui avait fait. C’était la goutte d’eau qui avait fait débordée le vase, le page comptait répliquer à cet affront. Mais, là encore Borgia le surprit en lui disant qu’il ne voulait pas qu’il parte. A quoi jouait-il ? Ce n’était pas lui qui disait qu’il le renverrait auprès d’ Isabelle ? S’il le voyait comme un traite, Colomb n’allait pas faire long feu. Diego avait entendu un tas d’histoire sur cette famille, cette fois il en avait la preuve. Juan montrait toute sa noirceur. Il était flippant. Le fils du découvreur fit quelques pas en arrière, il fallait qu’il sorte d’ici avant de subir le coup fatal. Cependant, le seul coup auquel il ne s’y attendait pas c’était celui du viol. Borgia l’attrapa au bon endroit et lui arracha sa chemise avant de le plaquer contre le mur. Diego tenta de se débattre mais, le gonfalonier l’avait maîtrisé. Ce dernier le prévenu qu’il allait pouvoir le considérer comme un être sans scrupule. Pris de panique, le jeune homme lacha :

    « Lâches-moi enfoiré ! »

    Il avait beau se débattre, rien n’y faisait et Juan était beaucoup plus habile et rapide. Il se retrouva nu devant lui, il n’eut pas le temps de réaliser que le gonfalonier était passé à l’acte. Diego poussa un long gémissement face à la brutalité du fils du pape. Si au début, il n’appréciait pas se sentait abusé, il finit par y prendre goût. Lorsqu’ils étaient dans le bain, Diego avait voulu remettre cela avec lui s’il ne lui avait pas mentit. La respiration du page était saccadé face aux coups de bassins violent de son ami. Pour aller Avec cette agressivité, Colomb s’empara de ses lèvres pour l’embrasser bestialement et lui mordre la lèvre inférieure.


Revenir en haut Aller en bas

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Ici pour te servir. » → Juan Borgia   Mar 8 Mai - 2:26

Juan n'avait pas apprécié la façon dont son page lui avait parlé. Il l'avait giflé par réflexe, sa main était partie toute seule sur le visage de son ami, si l'on peut dire cela encore. On ne peut pas dire qu'il était en train d'arranger les choses, même qu'il était en train de les empirer en mettant Diego contre le mur afin de lui apprendre à se taire la prochaine fois. La façon n'était pas la plus charmante, mais tout de même. Borgia n'y va pas de main forte en donnant des coups de bassin. En plus de lui avoir laissé une marque dans le cou, il était en train de le prendre par la force. Il ne contrôle plus tellement ces faits et gestes. Comment va-t-il lui pardonner par la suite, jamais il ne le fera, c'est triste, mais il ne peut pas s'arrêter et montrer qu'il est faible, non Borgia continue dans son élan en serrant toujours un peu plus la hanche de son page. Il essaye d'y prendre plaisir, mais pense à ce que son partenaire ressent à ce moment. Juan n'a pas été très tendre, quoi que Diego n'a pas non plus tellement arrangé les choses. En tout cas, plus question de reculer, c'était trop tard pour cela.

« Non. » Lâcha-t-il entre deux gémissements. Il n'était pas question de le lâcher, il avait l'intention de finir ce qu'il avait commencé. Juan le tenait assez bien pour qu'il ne puisse pas quitter la chambre. Il continuait ses coups sans tendresse et ni aucune douceur, les coups étaient forts et violents. Borgia commença finalement à y prendre plaisir, le temps que l'excitation monte en lui. Il fut surpris par un baiser des plus bestiales par son ami, il avait finalement cédé, il prolongea sauvagement le baiser, mais se recula légèrement la tête quand il fut mordu. Il grogna légèrement en venant poser sa main sous son menton, cette fois-ci sans serrer, il ne veut pas non plus le tuer. Juan le regarda dans les yeux en continua de passer à l'acte et vient le mordre dans l'épaule en montant vers le cou. Il lâcha des soupirs plutôt fort près de ses oreilles. « As-tu toujours envie de partir? De me laisser seul? » Il claque ses fesses en souriant toujours avec un regard un peu sombre. Borgia l'avait soudainement surpris en le poussant contre le mur en commençant un viol, mais une nouvelle fois, la tournure des événements en décida autrement. Et pour être honnête, tant mieux, s'il peut y prendre autant de plaisirs que le gonfalonier. ça évitera peut-être un nouveau drame, Juan le violeur d'homme, il ne se voyait pas du tout ainsi. Borgia lâche de nombreux soupirs en accélérant très vite.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
Diego C. Colomb

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Fire&Blood, Aryak
  CÉLÉBRITÉ : Shiloh Fernandez
  PARCHEMINS : 151
  ARRIVÉ(E) À ROME : 29/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Ici pour te servir. » → Juan Borgia   Mar 8 Mai - 3:15

    Juan s’était montré violent et autoritaire avec lui. Jamais, il ne l’avait vu ainsi. Cette image effrayait le page, il n’avait pas voulu être son ennemi mais, son ami. Tout semblait tourner en sa défaveur. Le gonfalonier bloquait chacun de ses mouvements et pour cause, il souhaitait dominer son page. Diego ne pouvait pas se laisser faire, il se débattait mais, ses efforts étaient en vain, Borgia avait déjà entreprit son œuvre. Dans un premier temps le jeune homme souffrait, aucun geste n’était affectueux comme leur première fois ensemble. Juan se montrait bestiale et inhumain. À ce moment là, il repensa à ses mots dit dans le bain : « Les hommes sont des sauvages comme les taureaux ». Oui, Borgia était un taureau comme le blason de sa famille, il ne faisait qu’une bouchée de lui. Le gonfalonier ne désirait pas le laisser partir, il souhaitait continuer jusqu’au bout. Il avait du dégoût pour son ami, il le maudissait plus que tout au monde à ce moment là. Tout comme il se sentait faible et salit. Comment pourrait-il se regarder en face après cela ? Comment pourrait-il regarder Juan Borgia ? Diego ne comptait pas détourner le regard, il ne le laisserait pas gagné. Il avait affecté son corps mais, pas son ame. Il souhaitait observer et ne pas oublier son agresseur. Il lui jeta un regard froid. Colomb gémissait, ces gémissements étaient un mélange de souffrance et de plaisir inavoué. Il se demandait ce qui était le pire se faire tuer par son agresseur ou se faire abuser de la pire des façons ? Il aurait aimé une mort rapide, il pouvait ressentir de là les flammes de l’enfer. En effet, dans un second temps, le page commença à ressentir cette envie. L’envie de ne formait qu’un le temps de l’acte. Peut-être parce que finalement dans la noirceur de Borgia il y avait ce truc attirant. Ce gout pour la mort et la décadence. Juan était le mal en personne mais, c’Est-ce qui faisait ressortir son charme tel un vampire. D’un seul coup il s’empara de ses lèvres et l’embrassa violemment tout comme l’étaient les coups de bassins de ce dernier. Il le mordit également ce qui le fit pousser un bruit bestiale. Le gonfalonier avait le total contrôle sur lui, il le laissa mordre son épaule et son cou, cela lui procurait du bien. Il soupira de plaisir à plusieurs reprises. Borgia lui demanda s’il avait toujours l’envie de partir. La réponse était mitigée. Il avait peur de Juan, de cette personnalité et pourtant, il était admiratif. Il plongea son regard dans le sien :

    « Non mon maître… »

    Diego était essoufflé par une telle endurance, il adressa finalement un petit sourire Juan. Colomb devait être maso de lui trouvait encore un peu de sympathie.


Revenir en haut Aller en bas

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Ici pour te servir. » → Juan Borgia   Mar 8 Mai - 4:46

Les choses se passaient si très vite en une fraction de seconde, il l'avait osé le gifler pour son insolence, il était encore son supérieur, car Juan n'avait pas écrit une lettre comme quoi il le renvoyait. Il n'avait aucune raison de partir ainsi, qu'est-ce qu'il dirait au pape et à son père ? Que Borgia n'a pas voulu lui dire qu'il n'est pas son premier amant? Ça c'est foutre carrément dans la merde Juan et probablement dans la même occasion lui-même. C'était un secret et cela allait le rester. Les mouvements de Juan étaient rapides et violents, il ne donnait aucun répit à tout cela. Il était de plus, exciter par la situation, prendre le dessus et montrer qui est le maître de tout ça. Borgia se mordilla la lèvre pour sentir s'il l'avait coupé, heureusement que non, il aurait sûrement senti que cela chauffe, mais rien, un simple engourdissement, mais il l'oublia très vite avec tout ça. Il claqua quelquefois ses fesses en serrant légèrement en venant mordre son dos ou même ses épaules. Il y prenait plaisir à ses sauvageries. Le Borgia pouvait sentir la peur de sa très chère victime, il pouvait entendre sa douleur et pourtant, cela ne l'arrêtait guère, non il empirait les coups et les morsures qu'il lui infligeait. Rien ne l'arrêtait et ce, sans remords pour l'instant. Juan était dans le feu de l'action plus excité que jamais. Il en fonça son intimité au plus profond de Diego, comme il le pouvait et il était toujours aussi infatigable. Borgia avait de l'endurance et n'allait donc pas arrêter par fatigue, il en fallait plus. Il observe son page qui finit par lui adresser un sourire et lui sourit à son tour, mais de façon assez sadique et pervers, satisfait de la réponse de celui-ci. Il lui attrapa l'un de ses bras qu'il fait placer derrière le dos en tenant bien. Il le dominait, il n'y avait pas à dire, il prenait possession de lui durant ce moment.

Juan lâcha un certain de cri, de jouissance, mais surtout de rage en y allant davantage vite. Il approche de son oreille en souriant plutôt de manière provocante. « Ça t'apprendra à me désobéir. » Il lâche un rire avant de prendre ses lèvres contre les siennes en l'embrassent sauvagement, il y avait un minimum de passion, mais le baiser était surtout sauvage. Il lâcha son bras après plusieurs longues minutes avant de faire de même avec l'autre bras. À cet instant, Juan ne pensa plus à ce que son ami pouvait ressentir, il ne pensait qu'à ce qu'il faisait, le plaisir de tous ses gestes. Il plongea à nouveau son regard dans le sien sans le lâcher du regard. Il était pris au piège tel un agneau dans la gueule du loup. Un taureau féroce qui ne lâche plus l'individu qui l'a offensé.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
Diego C. Colomb

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Fire&Blood, Aryak
  CÉLÉBRITÉ : Shiloh Fernandez
  PARCHEMINS : 151
  ARRIVÉ(E) À ROME : 29/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Ici pour te servir. » → Juan Borgia   Mar 8 Mai - 11:41

    Diego était pris au piège comme une souris devant un chat. Il ne pouvait plus bouger, seulement se laisser aller aux gestes du gonfalonier. Le jeune homme ne se débattait plus pour tenter de s’enfuir de sa prise de pouvoir. Il se contenta de subir, ces gémissements étaient en accord avec ce qu’il ressentait. Il ne savait pas s’il devait apprécier ou au contraire être dégoûté. Il n’osait également pas envisager la suite des évènements. Comment Juan se comporterait-il avec lui les autres jours ? Allait-il lui faire preuve de sauvagerie quand il lui prendra l’envie ? Devait-il toujours le considérer comme un ami ? Il aurait sans doute des réponses plus tard, il n’était pas en position de lui demander et ce n’était pas le moment. Le page pouvait sentir son maître au plus profond de lui, il ne pu s’empêcher de lâcher un grand soupire toujours mêlé au plaisir et à la douleur. Finalement, Colomb se laissa aller, il commençait à prendre goût à sa prise de domination. Une pensée lui traversa l’esprit. Il repensa au moment où il lui avait demandé d’assumer et d’être un homme. À présent il était servit. Borgia lui adressa un sourire entre deux coups de reins bien profonds. Juan lui en adressa un aussi tout plein de perversion et sadisme. Néanmoins, il semblait hors de question pour le gonfalonier pour que Diego prenne le dessus puisqu’il lui plaqua une de ses mains derrière le dos. Il l’écouta parler, Borgia lui avait donner une leçon et pas n’importe laquelle, il s’en souviendrait. Avec audace , le peu qu’il lui restait de ce moment, il répondit alors mais, de façon provocatrice :

    « Si c’est le châtiment pour t’avoir désobéit, je recommencerais bien volontiers. »

    Le jeune homme devait être maso pour aimer la souffrance et la domination de son maître. Il faut dire que c’était une sensation nouvelle, il aimait être troublé par plusieurs sentiments. C’était la première fois qu’une telle chose lui arrivait. Diego prolongea le baiser jouant avec sa langue. Borgia le lâcha finalement comme s’il était sure que Colomb ne tenterait rien. Pourtant, Juan n’aurait pas du. Le page profita de cet instant pour lui bousculer afin de le faire tomber au sol. Il se retrouva sur lui, le jeune homme pouvait se dégager et partir. Certes, il serait nu mais, il était prêt à tout pour fuir le diable. Diego resta, il profita de cette prise de position pour satisfaire son maître. Il l’embrassa une nouvelle fois de façon violente avant de passer ses mains sur les poignets de Juan et de les lui bloquer contre sa tête pour l’empêcher de le toucher. Le page pouvait reprendre un peu le dessus même s’il était toujours soumis. Il mordilla l’oreille de son ami avant de faire la même chose dans son cou et surtout sur sa poitrine masculine. Il prit un malin plaisir à lui faire mal de la sorte tout en lui procurant du plaisir à sa façon. Leur ébat était des plus violents.


Revenir en haut Aller en bas

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Ici pour te servir. » → Juan Borgia   Mar 8 Mai - 16:18

Tout cela était par impulsion au départ, il n'avait pas apprécié tout ce qui s'était produit et comment Diego s'était soudainement lâché, mais finalement tout cela n'est qu'excitation et bestiale. Il y prend plaisir au final et ne regrette pas son geste pour l'instant, de toute façon, il n'a pas le temps de se demander s'il a fait le bon geste ou s'il est en train de culpabilisée avec ce qu'il fait subir à son page. Tout cela ne vient pas à son esprit, mise à part l'envie d'y aller plus profond et d'y prendre grandement plaisir. C'était la première fois qu'il faisait cela, il n'avait jamais violé quelqu'un auparavant, en tout cas, pas dans ses souvenirs et là, il le faisait avec son ami, il est censé l'être, mais tout va si vite qu'on ne peut plus vraiment savoir ce qu'il en est de leur amitié. Il y a une partie de lui qu'il veut garder son amitié et son agréable compagnie, mais de l'autre côté, il y a celle qui a envie de le voir partir et de ne plus jamais voir sa tête. Finalement, il a opté pour la souffrance, en le gardant, mais en lui faisant payer ces paroles et son geste de l'avoir laissé en plan, qui en plus voulait partir. Qu'est-ce qu'il aurait, s'il était revenu le lendemain pour travailler? Borgia n'aurait probablement pas laissé passer ce geste. Il en vaut peu pour être énervé et il devait bien s'en douter. Juan serra son bras en continuant ses nombreux mouvements sauvages. Il fronça légèrement les sourcils en l'entendant parler, suivi d'un petit sourire. Il y prenait plaisir maintenant ou c'était de la pure provocation. Il continue davantage à se faire aller en lui, lâchant son bras finalement. Borgia continua d'y prendre plaisir, mais fut piégé dans son propre jeu, puisqu'il se retrouva très vite au sol.

Borgia lui afficha un regard noir en se débattant un peu au début pour essayer de le tenir, mais ses bras étaient bloqués par.. par sa victime. C'était étrange, mais Juan prolongea tout de même le baiser avant de lui mordre la joue. « Va s'y, viole-moi ! » Borgia frissonna lorsqu'il s'était mis à le mordre à l'oreille, au cou et sur son torse. Juan grognant tout de même à ne rien pouvoir faire. Il essaya de pousser des poignets pour tenter de se déprendre. Il avait envie de le toucher, de le griffer ou le serrer, mais il était bloqué. Il profita tout de même pour reprendre ses gémissements et décide même de mettre ses jambes alentour de la taille de Diego en souriant un peu malin. Il serra légèrement son bassin en continuant de prendre autant de plaisir.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
Diego C. Colomb

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Fire&Blood, Aryak
  CÉLÉBRITÉ : Shiloh Fernandez
  PARCHEMINS : 151
  ARRIVÉ(E) À ROME : 29/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Ici pour te servir. » → Juan Borgia   Sam 12 Mai - 0:10

    Diego avait profité de ce relâchement de pression pour pouvoir se défendre ou du moins prendre les devants. Il fit tomber dans leur étreinte Juan au sol et lui bloqua les mains en serrant ses poignets. Le page continuait à prendre plaisir en sentant son amant en lui. Il frissonna et s’amusa à le mordre sans pour autant lui laisser des morsures. Borgia lui demanda de le violer. Enfin, Diego ne savait pas s’il le désirait ou si c’était de la provocation suite à sa prise de position. Peu importe, monsieur allait être servit Colomb allait lui faire regretter à sa façon son comportement. Bien sur, rien de bien méchant juste une drôle de manière de prendre plaisir tout les deux. Le gonfalonier lui mordilla la joue et passa ses jambes autour de son bassin. Les mouvements s’accélérèrent, Diego sentait qu’il allait suffoquer tellement il prenait son pied, il avait horriblement chaud et brûlait d’excitation. Finalement, le jeune homme décida d’échanger la cadence, il se dégagea du mieux qu’il pu et d’un geste fit, il fit retourner Juan. Il voulait qu’il le viole et bien il allait le faire. Colomb prit possession de ses mains et les fit plaquer dans son dos, il était assis sur ces fesses. Mais, avant de débuter. Diego décida de le préparer à l’aide de ses doigts habiles. Le page ne le fit pas avec douceur mais, avec brutalité avant de les retirer pour commencer avec un coup de bassin a le posséder. Une de ses mains tenaient toujours les poignets de Borgia, tandis que l’autre s’amusait à donner des tapes sur les fesses de son maître Colomb poussa le vice en accélérant ses mouvements, il voulait se montrer aussi brute que Juan l’avait été avec lui. Il allait au plus profond et gémissait de plaisir. En allant travailler aujourd’hui, le jeune hymne n’avait pas pensé à cette tournure des évènements. Il pensait retrouver Juan et passer sa journée à travailler mais, ce genre de travail était tout autre et plaisant. Après quelques endurance, Diego finit par se reculer sentant être arrivé au bout, il se laissa aller en s’allongeant dos contre le sol de la chambre de son maître Il eut un petit sourire aux lèvres.


Revenir en haut Aller en bas

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Ici pour te servir. » → Juan Borgia   Sam 12 Mai - 0:38

Juan ne réfléchissait pas à ses actes, aux pensées de Diego, il était trop occupé à lui faire subir à sa façon. Il l'avait giflé tout juste avant, c'était par simple réflexe après avoir entendu les propos de son page qui ne lui plaisait guère. Les choses se déroulaient plutôt bien au final, il pensait que Diego aurait continué à se débattre, à vouloir le frapper ou à crier à l'aide, mais non, il avait fini par céder à ses envies. En même temps, il ne lui laissait pas vraiment de choix, il lui avait bloqué la route, les bras et le forçait quasiment et à se soumettre à lui, à ses moindres désirs. Il avait commencé par le prendre debout, avant de se retrouver au sol, fort surpris de la tournure des événements. Il était quasiment soumis à son page, oui, ça l'énervait d'être dans cette position, alors que ça aurait dû être encore lui qui domine et non l'inverse, fort heureusement que son ami n'a pas tenté de quitter les appartements. Il lui cria un "viol-moi''. Qu'allait-il faire de lui, maintenant que les rôles étaient échangés. Juan était pris au piège, ne pouvant plus bouger ses bras, mais ses jambes oui, il l'avait placé alentour de son bassin en le regardant dans les yeux. Durant quelques instants, ils restèrent dans cette position, jusqu'au moment où Diego décide de faire tourner la situation à son avantage, oui, vraiment à son avantage, Juan ne pouvait pas vraiment fuir où se débattre, mais le voulait-il vraiment aussi. Il trouvait la situation excitante et quelque peu embarrassante d'être soumis à son page. Bien que dans cette situation, cela est moins embêtant que tout à l'heure, mais il préférait éviter de penser à cela. Borgia avait de nouveau les mains bloquées, il resta même surpris que Diego ose prendre le dessus et que même, il se mit à donner quelques tapes sur les fesses de Juan. Il gigota légèrement par moment, lâchant de nombreux gémissements et quelques cris de plaisir, surtout vers la fin, ils étaient assez nombreux. Borgia reprit son souffle lorsque Diego arrivait vers la fin puis le regarde s'allonger. Il s'approche vers lui en se mettant sur lui avant de descendre pour finir le travail, il lui doit bien cela après tout, c'était un peu la première fois qu'il faisait cela, quoi qu'il en soit, lorsqu'il termina. Juan vient s'allonger à ses côtés en se collant un peu et jetant un coup d'oeil au plafond avant de lui sourire un peu à son tour. « Je .. » Il leva légèrement les yeux en l'air, les excuses ce n'est pas du tout son domaine. « Je suis désolé.. » Désolé pourquoi. Est-ce que son ami va lui en dire des excuses, il en doute, mais tant pis, ça lui prend déjà du courage à faire ce genre déclaration. « Il faut dire que tu n'as pas fait en sorte que je sois aimable avec toi. » Il passe sa main sur son torse avant de s'asseoir et de soupirer un peu.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
Diego C. Colomb

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Fire&Blood, Aryak
  CÉLÉBRITÉ : Shiloh Fernandez
  PARCHEMINS : 151
  ARRIVÉ(E) À ROME : 29/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Ici pour te servir. » → Juan Borgia   Dim 13 Mai - 0:22

    Diego avait finalement prit la place de dominant. Son maître lui demanda de le violer. Le jeune homme ne se fit pas prier, il était fiévreux et fou de Juan, fou de vouloir le posséder le temps d’une journée. Il le retourna et commença à le préparer avant d’entrer en lui. Ces mouvements fut rapide et violent, il y mit tout les moyens. A entendre les cris de son maître, ce dernier prenait plaisir et il était un bon coup. Il se mordilla la lèvre inférieure et continua son endurance, entendre Juan l’excitait. Quand il arriva à bout, le jeune homme se laissa tomber sur le côté pour reprendre sa respiration qui était saccadé. Il avait prit son pied. Pourtant, c’était bien loin d’être terminé. En effet, Borgia se mit sur lui et descendit. De nouveaux frissons parcourut son corps. Il laissa son ami faire tandis que ses mains caressèrent et s’agrippèrent aux cheveux de son amant. Colomb se mit à gémir, il se débrouillait pas trop mal. La chaleur était au maximum. Juan revint s’allonger à ses côtés sur le sol. Alors que le silence régnait dans la pièce, le gonfalonier tenta de prendre la parole. Diego posa son regard sur lui. Il fut surprit d’entendre de sa bouche des paroles. C’était bien connu, Juan Borgia ne s’excusait jamais. Pourtant, exceptionnellement il le faisait. Il s’excusa de ce viol avant de lui reprocher de ne pas avoir été sympa avec lui. Colomb ne dit rien sur le coup, il n’allait pas lancer les hostilités et il était perplexe. Il ne savait pas quoi penser de ce viol qui avait terminé par ne plus en être un. Il ne préférait ne plus y penser, où du moins les premières douleurs. Il préférait voir cette relation de façon positive puisque finalement tout s’était arrangé entre les deux hommes. Pour rompre son silence il prit la parole :

    « Ce n’était pas mon intention premier….je voulais juste que tu me fasses confiance. Nous sommes amis Juan, je ne te trahirais jamais et je te le prouverais. »

    Diego était sérieux et c’était sa façon de lui faire comprendre que lui aussi s’excusait pour être partit du bain comme un voleur. Si Juan souhaitait que ce dernier travaille à son service, il devrait lui apprendre à lui faire confiance. Il lui adressa un sourire sincère avant de s’emparer de ses lèvres et jouer avec sa langue qu’il s’amusa à caresser avec la sienne.


Revenir en haut Aller en bas

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Ici pour te servir. » → Juan Borgia   Dim 13 Mai - 1:54

Après l'acte, Juan décida de finir le plaisir de son ami, c'était un peu l'acte pour se pardonner de la tournure des choses, même s'il faut avouer que Diego l'avait un peu cherché. Si Borgia n'avait pas découvert le plaisir d'homme, il ne s'imagine pas comment cela aurait pu tourner, aurait-il préféré être battu? Juan n'avait pas tellement envie non plus d'en arriver là, il l'avait giflé, peut-être que cela aurait été la seule chose qui aurait fait, enfin peut-être, quoi qu'il en soit, c'était déjà beaucoup de sa part de lui dire ses mots. Après tout, son page reste son ami malgré tout. Ensuite, il s'allongea, ayant du mal à prononcer ses fameux mots, rien que de le dire, lui donnent des frissons, jamais il ose dire ses mots, ils ne font pas partie de son vocabulaire. Il fit donc une exception afin de garder l'amitié de Diego, en tout cas, il espérait que cela n'allait pas vraiment changer leur amitié, c'était tout de même un demi-viol au départ, quelque chose qu'on ne pardonne pas aussi facilement. Juan ne pouvait pas non plus rien faire de plus que cela. C'était déjà un grand effort et il devait s'en douter. Les mots étaient plutôt sincères, pour une fois. Il se tourne vers son ami en le regardant parler. Faire confiance oui, c'est si facile à dire, mais à faire. Devait-il vraiment lui dire qu'il n'était que le deuxième, alors qu'il s'en doutait déjà. Il préféra ne rien dire pour l'instant. En espérant, que ses paroles sont vraies et que jamais il ne le trahira. Le jeune homme s'approche à son tour de lui en prolongeant bien le baiser, mélangeant sa langue à la sienne, caressant ses hanches qu'il serra doucement pour ensuite venir serrer cette fois-ci, les fesses de son partenaire. Borgia continue encore quelques instants le baiser avant de doucement se décoller.

« Je sais, mais je ne suis pas aussi à l'aise que toi et je dois déjà par commencer à me faire à cette idée. » Il caresse le visage de son ami en frottant légèrement sur la marque où il l'avait giflé tout juste avant l'acte. Juan embrasse sa joue avant de finir par se lever. Juan passe par-dessus Diego en souriant légèrement. Cette fois-ci, Juan décide d'aller se rafraîchir le corps et revient servir deux verres puis en pose un sur le coin de la table pour son ami et boit cul sec le sien.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
Diego C. Colomb

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Fire&Blood, Aryak
  CÉLÉBRITÉ : Shiloh Fernandez
  PARCHEMINS : 151
  ARRIVÉ(E) À ROME : 29/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Ici pour te servir. » → Juan Borgia   Dim 13 Mai - 3:28


    Diego savait que les mots de Juan n’était pas des paroles en l’air. Il les accepta volontiers et fut touché par sa réaction. Son ami aurait pu être sans scrupule, il ne l’avait pas fait. Bien évidemment, le jeune homme gardait à la fois un bon et mauvais souvenir de leur relation. Il préféra opter pour l’idée « d’expérience » plutôt que de « viol », il ne voulait pas réalisé que Juan avait pu faire ça. L’avait-il déjà fais à quelque un d’autre ? Il ne voulait pas savoir. Colomb l’embrassa langoureusement, il sentit le gonfalonier se rapprocher et lui serrer les fesses, le baiser était des plus enflammé. Lorsqu’ils le rompirent, le page en profita pour exprimer son ressentit. Ce à quoi Juan répondit qu’il savait et qu’il devait se faire à l’idée.

    « C’est la meilleure des solutions. »

    Il lui adressa un sourire et se laissa caresser la joue. Diego repensa à la gifle, il en avait mal rien que d’y penser mais le baiser de Juan dessus effaça cet incident. Le jeune homme voyait bien que son ami cherchait à se faire pardonner, il trouva cela touchant et adorable de sa part. Il le regarda ensuite se lever. Colomb resta quelques minutes sur le sol a observer le plafond, toujours perturbé de ce qu’ils avaient fait. Il se releva ensuite, Borgia était revenu dans la pièce et lui servit une coupe. Le page remit son pantalon, il n’avait plus de chemise vu l’état de l’autre, il grimaça et s’approcha de son maître pour récupérer la coupe. Il la porta à ses lèvres et la bu d’une gorgée. Pour détendre l’atmosphère, il décida de parler alcool :

    « As-tu déjà gouté au Porto provenant du Portugal ? Ou encore du Rhum venant tout droit des Antilles ? Je t’en apporterais à l’occasion, je suis persuadé que leur breuvage vont te plaire. »

    Il sourit amusé et se permit de mater du regard Juan en silence. Il avait envie de retrouver leur complicité d’avant ou du moins avant qu’ils ne sortent tout les deux du bain. Il n’avait d’ailleurs pas osé demandé à Juan de lui prêter une chemise pour rentrer lorsqu’il devra partir.



Revenir en haut Aller en bas

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Ici pour te servir. » → Juan Borgia   Dim 13 Mai - 4:20

Tout n'était pas aussi facile que cela, Juan ne pourrait jamais dévoiler ce genre de secret, il mourra avec cela et personne ne le saura. C'est mieux ainsi d'ailleurs et il doit encore digérer le fait qu'il couche avec un homme, maintenant deux hommes. En tout cas, il ne sait pas s'ils vont remettre cela, quant au fils du pape, il ne dira pas non pour que cela recommence une nouvelle fois. De plus, s'il venait à vouloir coucher, il ne demandera pas à son partenaire s'il veut coucher en mot, il le fera tout simplement comprendre par des gestes et non des paroles. Comme il avait fait, il l'avait embrassé pour ensuite finir au lit. Juan a passé une agréable journée, qui commençait déjà à faire noir, la journée avait passé plutôt vite, mais elle fut formidable, malgré le léger froid qui a eu à un moment. Après les quelques caresses sur le corps Diego, le Borgia s'était finalement levé du sol. Il s'était dirigé vers la salle de bain pour aller se rafraichir le corps, s'essuyant, toujours nu il allait servir deux verres pour apaisant leur soif, du moins, Juan avait soif après tout ce qu'il venait de se passer. Il avait la gorge plutôt sèche et d'ailleurs, un petit creux. Il but rapidement son verre et se frotte légèrement le ventre. Juan lui sourit en tirant le pantalon de son ami vers lui pour le faire rapprocher. « Non, je n'ai jamais goûté, mais ça sera avec plaisir que j'y tremperai mes lèvres. » Il lève la tête vers lui en venant lui voler un baiser puis décide d'aller enfiler un pantalon de couleur noire, comme à son habitude. Il repense au début, il avait déchiré la chemise Diego, comment allait-il rentrer chez lui, avec rien sur le dos. Il ne laisserait pas non plus son ami ainsi, de plus, se promener sans rien, ça serait assez risqué le soir, on ne sait jamais sur quel fou que l'on va tomber. Borgia sort deux chemises puis pose une des deux sur le lit.

« Ne te sens pas obligé de l'enfiler tout de suite, j'aime assez te voir ainsi. Tu devrais travailler plus souvent comme ça. » suivi d'un léger rire pour plaisanter, quoi que la vue est fort agréable. Il ne se plaint pas, seuls les autres domestiques trouveraient cela étrange. « Dis, n'as-tu pas faim ? Tout cela m'a donné une envie de manger. » Il tourne un peu la tête, rien ne se trouvait dans sa chambre, mais après ce n'est pas non plus une cuisine. Quoi qu'il en soit, il s'assoit sur le bord du lit en regardant son ami, ayant toujours quelques remords. Il n'a pas envie que leur amitié s'arrête et que tout ce qui vient de se passer change quoi que ce soit. Juan se sent un peu plus proche de loin après avoir couché ensemble, c'est en même temps normal, ils ont partagé quelques choses d'intimes et il n'aurait jamais fait cela avec n'importe qui. « Mais ne te sens pas obligé de rester. Si tu veux partir, va s'y, la porte est là. » Il avait envie d'ajouter, que cette fois-ci il ne l'empêchera pas de quitter, mais cela aurait été sûrement de trop. Borgia baisse légèrement la tête quelques instants en passant sa main dans ses cheveux puis la relève vers Diego avec un petit sourire en coin.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
Diego C. Colomb

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Fire&Blood, Aryak
  CÉLÉBRITÉ : Shiloh Fernandez
  PARCHEMINS : 151
  ARRIVÉ(E) À ROME : 29/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Ici pour te servir. » → Juan Borgia   Dim 13 Mai - 23:40

    Juan l’attira contre lui par le pantalon et répondit à sa question, il n’avait jamais goûté à ces boissons. Diego lui en apporterait la prochaine fois, il risquait sûrement d’aimer. Le porto était du vin cuit quand au rhum il était sucré grâce à la canne à sucre trouvé aux Antilles. Il lui sourit et prolongea le baiser. Ensuite les deux hommes se reculèrent. Colomb termina sa coupe et Juan lui sortit une chemise. Il lui adressa un sourire en signe de remerciement. Ce dernier lui avoua qu’il préférait le voir torse nu qu’en chemise. Le page se mit à rire à sa remarque :

    « Si cela plait à Monsieur dans ce cas. » Il lui adressa un sourire en coin. « Cela veut dire que s’il fait trop chaud, tu m’autoriseras à me dévêtir ? »

    Dit-il en plaisantant. Quoiqu’il se voyait bien en train d’enlever sa chemise pour prétextait qu’il faisait trop chaud et qu’il préférait travailler ainsi. Il laissa donc la chemise de côté, la prenant plus tard. Le gonfalonier lui proposa de manger car il avait faim.

    « ça tombe bien que tu demandes, je mangerais bien un éléphant ! »


    Il sourit amusé. Juan lui proposa également de partir s’il ne souhaitait pas rester ici. Diego n’avait pas envie de partir, son maître n’était pas un monstre, il n’en avait pas peur. Certes, il avait paniqué lors de leur ébat car Borgia avait débuté contre sa volonté mais, tout ceci était terminé. Il se rapprocha de ce dernier. Il se demandait s’il culpabilisait toujours, ce qu’il n’espérait pas. Il se mordilla la lèvre et vient l’embrasser pour le remercier de son hospitalité. Ensuite, il se recula et lui prit la main pour qu’il se leve. Diego se demandait où ils allaient manger. Directement dans la cuisine ou ici ? De plus son ami avait congédier ses servantes.


Revenir en haut Aller en bas

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Ici pour te servir. » → Juan Borgia   Lun 14 Mai - 0:12

Juan avait sorti deux chemises, dont une qu'il enfila et la deuxième, il l'avait posé sur le lit pour son ami puisqu'il n'avait plus de chemise. Borgia l'avait déchiré à deux reprises et elle est donc bonne qu'à jeter dans les ordures. Il n'allait pas non plus le laisser partir sans rien sur le dos, il n'est pas si sans coeur que ça. Juan voulait détendre un peu l'atmosphère, en lui lançant une petite phrase pour plaisanter, quoi qu'il ne dira pas non pour qu'il reste ainsi, sans chemise. Par la suite, il s'était assis sur le bord de son lit, proposant de rester auprès de lui et de manger quelques choses. Il n'était pas obligé, car après tout ce qu'il venait d'arriver, peut-être qu'il n'aurait pas envie de rester auprès de Juan, ce qui est assez compréhensif. Bien qu'il sera sûrement déçu de le voir partir. Il a envie que leur relation soit encore plus solide plus qu'elle l'était déjà. Il sourit en voyant que Diego n'allait finalement pas mettre la chemise. « Tu n'as pas besoin de mon autorisation pour te mettre nu, d'ailleurs, je devrais t'obliger à travailler ainsi. » Il se met légèrement à rire, ça serait vachement plus agréable et il resterait dans ses appartements tout le temps que son ami soit là, s'il pouvait aussi.

Il sourit légèrement en le regardant, il allait rester à ses côtés. Borgia en était content de le voir rester. Il essayait d'oublier ce qui s'était passé et de rendre les choses plus heureuses. Il lève la tête vers lui pour venir prolonger le baiser puis l'observe dans le silence, le laissant prendre sa main qu'il serra doucement pour ne pas la laisser tomber. Il vient se coller derrière en passant ses bras alentour de lui. « Je vais demander à ce qu'on livre la nourriture directe dans mes appartements, ça serait dommage de se séparer, assis chacun sur une chaise sans pouvoir se toucher. » Borgia sourit puis il finit par se décoller en sortant de sa chambre pour aller prévenir une servante d'apporter de la nourriture, fruits, viandes, carafe d'eau, de vins brefs. de quoi a faire remplir leur ventre. Il revient par la suite dans les appartements, les servants n'ont pas mis dedans à déposer deux chariots devant la porte, un ou deux frappements à la porte pour avertir que tout est là puis les domestiques quittent. Juan approche de la porte, l'ouvre puis fait entrer rapidement les deux chariots avant de refermer la porte, en la barrant. Il sourit par la suite à son ami puis les approchent près de la table.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
Diego C. Colomb

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Fire&Blood, Aryak
  CÉLÉBRITÉ : Shiloh Fernandez
  PARCHEMINS : 151
  ARRIVÉ(E) À ROME : 29/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Ici pour te servir. » → Juan Borgia   Lun 14 Mai - 0:59

    Diego se mit à rire à sa remarque. Hum…il n’avait pas besoin de demander l’autorisation et il pouvait l’obliger à le faire, c’était intéressant. Il eut un sourire en coin et répliqua :

    « Hum…dans ce cas ne t’étonnes pas si un jour je viens te réveiller nu… »


    Le jeune homme le provoqua et s’amusa à lui faire comprendre qu’il en était capable. Il le lui ferait lorsqu’il s’y attendra le moins et qu’il n’y aurait personne dans les parages. Quoique généralement quand le gonfalonier dormait, personne n’osait le dérangeait. Diego voulait rester pour lui l’incident était clos. Puis, il n’avait jamais été aussi proche de Juan, il était ravi et voulait en profiter comme tout bon ami qui se respecte. Colomb s’était approché de lui afin de l’embrasser pour le rassurer et lui tendre la main pour se lever. Ce dernier l’accepta et se colla à lui. Un frisson parcourut son corps notamment en sentant ses mains autours de sa taille. Celui-ci lui expliqua qu’il devait aller prévenir les serviteurs pour leur faire apporter à manger. Il préférait procéder comme ça plutôt que d’être séparé de lui. Le jeune homme eu un sourire avant hocher de la tête pour accepter. Juan sortit de la chambre, Diego décida d’attendre en s’allongeant sur le lit. Quand son ami revient, il se redressa. C’est alors que les serviteurs frappèrent la porte pour prévenir du repas. Diego resta en retrait afin de ne pas se faire remarquer. Lorsque Borgia rentra tout, il s’approcha en lui donnant une tape aux fesses et attrapa un grain de raisin qu’il mangea. Il s’installa ensuite sur une chaise et fit signe à Juan de venir s’installer sur ses genoux. Son amant n’avait pas souhaité manger dans la cuisine pour ne pas rompre leur rapprochement alors autant en profiter. Avant que le gonfalonier s’installe, il avait servit de nouveaux verres afin de s’hydrater. Le jeune homme avait une idée derrière la tête avec toute cette nourriture. Il en ferait part à Borgia un peu plus tard afin de savoir si Juan souhaitait pimenter sa soirée.


Revenir en haut Aller en bas

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Ici pour te servir. » → Juan Borgia   Lun 14 Mai - 1:59

Borgia sourit à sa remarque. Il serait sûrement surpris de le voir nu en se réveillant, mais il sera très bien accueilli comme il se doit. Il en avait déjà presque hâte même. Quelques minutes plus tard, deux chariots de nourritures étaient devant eux, ils pouvaient enfin se remplir le ventre. C'était fort mérité après tout. Il sourit en voyant Diego en le voyant faire en gigotant légèrement puis s'approche de lui en venant s'installer sur ses genoux comme il lui faisait signer. Il regarde un instant le torse de son ami qu'il vient légèrement caresser, ça le déconcentrait, mais ça ne le dérangeait pas du tout puisqu'il avait fait la suggestion plutôt de ne pas remettre sa chemise. Borgia attrape à son tour un grain de raisin qu'il approche des lèvres de Diego, qu'il fait pose sur ses lèvres puis vient l'attraper doucement avec sa bouche pour le ramener dans la sienne en lui volant un léger baiser. Il recule un peu la tête en mangeant le grain puis attrape son verre qu'il commence à boire en serrant légèrement l'autre cuisse de son page. Entre temps, il repose son verre sur le bord de la table.

« Alors, dis-moi quand ton père partira découvrir de nouvelles îles, tu partiras aussi? » Il se prend un morceau de poulet qu'il commence à manger en attendant une réponse. Allait-il repartir d'ici quelques jours, quelques semaines, quelques mois. Il espérait tout de même que le jeune homme allait rester au Vatican, continua de le servir, mais surtout, gardant son amitié au chaud ici. « Ta présence me manquera, si tu pars. » Dit-il de façon sincère. Ils sont amis, ils sont très proches et il n'a pas vraiment peur de se confier à lui, malgré le fait, qu'il ne lui a pas dit que c'était son deuxième amant, mais c'est surtout parce qu'il n'est pas vraiment amitié, bien qu'il semble à l'aise et se laisse aller dans cette drôle d'aventure amusante. Juan se colle mieux à lui en le regardant. Il s'essuie un peu les mains avant de venir caresser le visage de son page, comme s'il en était hypnotisé. Juan lui sourit un peu, rares étaient les fois qu'il se montrait aussi affectueux, mais ça lui arrivait, comme en ce moment. Il le fait avec les gens en qui il a confiance et ils sont très rares. Diego en fait partie.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
Diego C. Colomb

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Fire&Blood, Aryak
  CÉLÉBRITÉ : Shiloh Fernandez
  PARCHEMINS : 151
  ARRIVÉ(E) À ROME : 29/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Ici pour te servir. » → Juan Borgia   Jeu 17 Mai - 1:41

    Juan Borgia était assit sur ses genoux. Ils profitaient d’un repas ensemble. Ils pourraient se toucher sans aucune pudeur mais surtout sans se faire surprendre. D’ailleurs, son maître en profita pour lui caresser le torse, il lui adressa un sourire en coin. Il en aurait presque oublié ce qui s’était passé juste avant. Le gonfalonier décida de se la jouer sensuel, il prit un grain de raisin et le fit glisser entre les lèvres de Diego afin de l’embrasser et de récupérer le fruit. Borgia était très tactile avec son ami, il lui serra sa jambe ce qui plaisait au page. A y repenser, ils n’avaient jamais été aussi proche si ce n’est depuis aujourd’hui. Colomb attrapa un petit gâteau, il était plutôt sucreries que salé même s’il appréciait tout ce qui était épicés. C’est alors que Juan Borgia rompit le silence pour lui poser une question. Il souhaitait savoir quand est-ce que son père comptait repartir et s’il irait le rejoindre. Le jeune homme n’y répondit pas immédiatement, il fallait qu’il réfléchisse. Son ami renchérit en lui disant qu’il allait le manquait s’il devait partir. Ces mots touchèrent le page qui prit de spontanéité s’était mit à embrasser langoureusement Borgia avant de se reculer légèrement et attraper une autre pâtisserie. Juan s’essuya les mains et lui caressa la joue tout en le contemplant. Diego le dévorait du regard quoique quand même pensif, il n’avait toujours pas répondu à sa question. Au fond, il n’avait pas envie de quitter ses nouveaux proches comme Juan, Belloza ou Paolo. De l’autre, il avait envie de repartir à l’aventure car il s’agissait d’une expérience unique. Colomb décida de se confier à son ami :

    « Je ne sais pas…je ne sais pas quand il va repartir, il a encore des affaires à régler en Europe. Je ne sais pas si je repartirais avec lui…ce n’est pourtant pas l’envie qui m’en manque…mais, maintenant que j’ai fais des rencontres incroyable ici, comme toi Juan Borgia j’hésite à partir…tu me manquerais aussi si j’y retournais. » Il laissa un petit silence et reprit : « Je pense que mon père souhaiterait que je termine à apprendre l’art d’être un noble en tant que page avant de retenter l’expérience. Je crois que mon père souhaite me protéger en m’assurant un avenir. Tu sais les conditions de vie dans les caravelles sont peu appropriés pour des humains, beaucoup n’y survivent pas. Sans compter le danger qui guette là bas, c’est tellement vaste et méconnu de nous. »

    Le jeune homme était toujours pensif, il essaya de changer de se changer les idées en attrapant la coupole de fraises et en prit une avec sa main et la croqua de façon sensuel devant Juan. Quand il l’eu finit, il eut un grand sourire, il avait des idées en tête.

    « J’ai envie de te faire découvrir d’autres sensations….peux tu aller t’allonger sur le lit ?. »


Revenir en haut Aller en bas

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Ici pour te servir. » → Juan Borgia   Jeu 17 Mai - 2:12

Le ventre vide, le corps chaud, Juan avait envie de manger et de s'hydrater. Il n'était pas seul et donc, n'était pas vraiment égoïste sur ce coup, il proposa à son ami de rester et de se faire une bouffe, qui accepta avec plaisir. Il était sorti avertir ses domestiques de ramener de la nourriture, deux chariots en étaient remplis, hum, ils vont sûrement ce régaler avec les diverses couvertures et nourritures qui étaient proposées sur ses beaux petits plats. Étant maintenant assis sur les jambes de Diego, il dégusta son morceau de poulet après lui avoir demandé ce qu'il ferait si son père partirait à la découverte de nouvelles îles, s'il partirait avec lui ou non. En tout cas, il lui avoua que sa présence lui manquerait. C'était fortement sincère comme parole, il lui manquera, sa présence, sa douceur, sa voix et le reste. Ça le rendrait triste d'une certaine manière, mais il est vrai qu'on n'a pas toutes l'occasion d'aller découvrir le monde. Si Juan n'avait pas autant de responsabilité, peut-être que lui-même, il aurait bien fait ce genre d'expérience. Le passage du prince Djem avait amélioré sa culture, s'habillant de la sorte durant un temps avant de revenir aux habits simples et à l'armure. Il avait pris plaisir à se vêtir de la même façon, à goûter à de la nouvelle nourriture avant d'avoir eu l'ordre d'assassiner le pauvre prince.

C'est un souvenir qui oubliait, mais qui le hantait chaque fois qu'il y repensait. Depuis la présence de Diego dans ses appartements, quelques trucs ont changé, il a placé quelques objets de la boutique de Colomb, il a expérimenté de nouvelles choses aussi, tels les massages. Disons qu'il le faisait faire par des femmes, non par des hommes et que l'huile était différente. Borgia prolongea le baiser lorsqu'il l'embrassa soudainement en tenant un peu son menton durant le baiser puis lui sourit légèrement, il ne voulait peut-être pas répondre, mais il finit par briser ce silence. Borgia se contentait de faire signe de la tête en le caressant un peu. « Oui, je comprends. Ça doit être tout de même amusant de vivre de nouvelles expériences. Si je pouvais.. Je ne pourrais jamais. » Borgia baisse légèrement la tête avant de prendre quelques gorgées de son verre. Il ne renoncera jamais à ses titres, à ses devoirs et encore moins à son père. Il soupira discrètement avant de lui sourire à son partenaire qui semblait ce régaler avec cette délicieuse fraise. Juan vient attraper son entre-jambes exprès puis se lève doucement. « Que vas-tu faire cette fois-ci ? » Il se penche pour l'embrasser et va donc s'allonger sur le lit, en étant fortement intrigué. Qu'a-t-il derrière la tête? En espérant, que cette fois-ci, il n'allait pas vouloir s'enfuir. Ils semblaient être bien tous les deux, en tout cas, c'est le cas du Borgia.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas

«»
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: « Ici pour te servir. » → Juan Borgia   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Ici pour te servir. » → Juan Borgia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Dark',pour vous servir...
» Nero D. Squadra pour vous servir ! (15%)
» Ulysse, pour vous servir
» Kimiko, pour vous servir
» Liryam Varez, pour vous servir.[Eclaireur]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Borgia ::  :: Rome :: Les Appartements :: Appartements de Juan Borgia-