† N'ayez pas foi en eux †
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Confidences d'un cardinal » - Paolo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

«Dark Prince ▬ Trust me, my name is Borgia»
Cesare Borgia

  CRÉDITS : Mach
  CÉLÉBRITÉ : François Arnaud
  PARCHEMINS : 1453
  ARRIVÉ(E) À ROME : 18/02/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: « Confidences d'un cardinal » - Paolo   Lun 7 Mai - 21:55

    Le cardinal était rentré de Venise depuis deux jours. Cette ville l’avait envoûtée, les rumeurs disaient vrais : Venise était la cité de l’amour. Borgia était aux anges même s’il ne laissait rien paraître. Il pensait beaucoup à Aliénor et il devait admettre que lorsqu’elle n’était pas auprès de lui, elle lui manquait. Borgia avait déjà connu ces sentiments là auparavant…Il avait peur de ses sentiments, peur de trop s’attacher pour encore souffrir, peur d’être trop possessif à la désirer tellement mais, surtout peur qu’ils lui fassent perdre la raison. Eve avait tenté Adam, Aliénor était-elle cette pécheresse ? Elle lui avait donné le fruit originel et y avait prit goût. Durant ces deux jours, Cesare n’avait pas fait grand-chose, il reprenait des forces car le voyage avait été éprouvant. Il voyait aussi sa sœur et Giovanni, parfois son père et Juan. Quant à Aliénor…il tentait de la voir dès qu’il en avait l’occasion sans trop la visiter pour ne pas montrer son attachement excessif. Borgia s’était levé tard, il devait être entre midi et une heure, il n’avait donc pas pu prendre le repas avec des membres de sa famille. Il s’était revêtu en civile et se dirigea dans la cuisine pour grignoter. Lorsqu’il entra dans la salle, les cuisinières s’empressèrent de le saluer par des : « Éminence ». A en voir le regard de certaines, il ne les rendait pas insensible. Il leur adressa un sourire et aperçu Paolo assit à la table en train de manger. Cesare s’approcha de lui et attrapa une pomme avant de montrer la place en face :

    « Je peux m’asseoir ? »

    Le cardinal était d’humeur joyeuse, il était souriant. S’il demandait à Paolo s’il pouvait s’asseoir c’était tout simplement parce qu’il savait qu’il s’agissait de la pause de ce dernier et il ne voulait pas être un mauvais employeur. Il respecterait son refus. Borgia joua avec sa pomme qu’il faisait passer d’une main à l’autre. Même si les deux hommes ne s’étaient pratiquement pas vu depuis son retour, Borgia devait admettre que la compagnie de son beau frère lui avait manqué. Paolo était une personne simple et serviable. Un ami sur qui compter comme Micheletto. Le clerc n’avait pas d’autres amis, il se méfier de tout le monde, y comprit de son frère.



Rodrigo: « Ne laisses pas l'envie diriger ton cœur. »
Cesare : « Donc je suis le gardien de mon frère ? »
Rodrigo : « Oui, il a besoin de toi. Comme conseiller, comme soutien, comme cardinal. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
Paolo

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Tiny
  CÉLÉBRITÉ : Luke Pasqualino
  PARCHEMINS : 417
  ARRIVÉ(E) À ROME : 18/03/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Confidences d'un cardinal » - Paolo   Lun 7 Mai - 22:29


L'heure de la pause de midi était arrivée pour Paolo. Il travaillait dur depuis l'aube si bien qu'il avait accueilli ce moment avec joie. Les filles de cuisine l'accueillaient toujours très bien. Cela faisait plusieurs mois qu'il partageait ses repas avec elles à présent si bien qu'il avait appris à apprécier leur compagnie. Terriblement bavardes, les joyeuses commères débattaient de tout et de rien pendant qu'ils finissaient les restes de leurs maîtres. Aucun d'entre eux ne se plaignait de son sort car les cuisiniers avaient tendance à servir des quantités astronomiques de nourriture. L'adolescent, qui avait d'avantage été habitué au pain et à l'eau qu'à la viande, devait même avoir pris quelques kilos depuis qu'il était entré au service de l'ainé des Borgia.

Il terminait une assiette garnie de morceaux de mouton et d'une purée onctueuse quand le maître des lieux était entré. Ses visites étaient rares si bien que les demoiselles, soudainement devenues bien timides, s'étaient toutes empressées de le saluer en rougissant. Respectueux, il n'avait pas tardé à les imiter à lui répondre :

- Bien sûr votre Éminence.

Même s'ils avaient eu l'occasion de se rapprocher au cours des dernières semaines, le palefrenier n'osait pas appeler son interlocuteur Cesare, même en continuant à le vouvoyer. Et ce n'était pas là, devant un public aussi attentif, qu'il allait commencer...

- Je devine, à votre sourire, que votre voyage fut agréable.


Il était assez rare de voir l’ecclésiastique dévoiler ses sentiments et afficher autre chose que son masque de froideur mais le sourire lui allait bien. Après l'avoir connu dévasté par la déclaration de son cadet et furibond à maintes reprises, Paolo était heureux de découvrir une nouvelle facette de sa personnalité complexe.

Fille de cuisine : Souhaitez vous que je vous serve quelque chose votre Éminence ?

Le paysan avait profité de l'intervention de la servante pour se désaltérer. Quitte à s'entretenir avec un supérieur, autant le faire avec les dents propres !




On peut, à force de faire confiance, mettre quelqu'un dans l'impossibilité de nous tromper
Revenir en haut Aller en bas
avatar

«Dark Prince ▬ Trust me, my name is Borgia»
Cesare Borgia

  CRÉDITS : Mach
  CÉLÉBRITÉ : François Arnaud
  PARCHEMINS : 1453
  ARRIVÉ(E) À ROME : 18/02/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Confidences d'un cardinal » - Paolo   Lun 7 Mai - 23:45

    Cesare était rentré dans la cuisine, les servantes et Paolo étaient présents. Le cardinal leur adressa un sourire en signe de bonjour avant d’attraper une pomme car il avait faim. Bien évidemment, tout le monde pouvait finir son repas, il n’allait pas les déranger durant leur temps libre. Cesare demanda à son palefrenier s’il pouvait s’asseoir en face de lui, ce dernier accepta. Borgia s’installa et commença à croquer dans sa pomme. Le clerc avait un visage radieux, aucune ombre mais de la joie. Paolo sembla remarquer ce changement et lui en fit la remarque. Il allait répliquer quand une des servantes lui demanda s’il souhaitait quelle le serve.

    « ça ira merci. Faites comme si je n’étais pas là c’est votre pause après tout. »


    Dit-il en lui adressant un sourire chaleureux. Le cardinal regarda ensuite Paolo pour répondre à sa question.

    « Il le fut en effet. Venise est une cité magnifique. »

    Cesare s’interrompit en voyant l’ intérêt que portait les femmes à leur conversation. La plupart d’entres elles n’étaient jamais aller aussi loin de Rome. Alors les récits de voyages étaient généralement les bienvenues, ils fascinaient. Mettant il mit fin au suspense qu’il offrait à ces dames et à Paolo pour continuer son récit :

    « Savez-vous que l’on y accède par l’eau ? Les gondoles permettent de circuler, les villas défilent sous vos yeux et je ne vous parle même pas des beaux édifices présents. Les vénitiens sont festifs et accueillants, nous avons pu y voir leur carnaval. »


    Une fille interrompit le cardinal pour participer à la conversation : « on dit que c’est la cité de l’amour, vous y croyez monseigneur ? »

    Borgia se mit à sourire amusé. Il aurait aimé répondre très volontiers un grand oui mais, sa condition l’interdisait d’aimer, il n’allait pas tacher sa réputation pour s’abandonner aux plaisirs de le crier sur les toits. Il jeta un regard sur les femmes, certaines avaient les yeux remplit de lueur comme si elles croyaient au prince charmant. Il croqua dans sa pomme de nouveau pour continuer ce suspense. Il prenait le soin de trouver ses mots :

    « Il est vrai mesdames. Je n’ai pratiquement pas vu de femmes seules. Des hommes et des femmes se tenaient la main. »

    Les filles étaient partit dans leur rêverie. Jusqu’à ce qu’une réalise qu’il était temps de reprendre leurs activités. Elle les fit se lever tout en s’excusant auprès du cardinal de ne pas pouvoir entendre davantage sur ce beau voyage. Elles quittèrent petit à petit la salle. Cesare jeta un œil à Paolo.



Rodrigo: « Ne laisses pas l'envie diriger ton cœur. »
Cesare : « Donc je suis le gardien de mon frère ? »
Rodrigo : « Oui, il a besoin de toi. Comme conseiller, comme soutien, comme cardinal. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
Paolo

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Tiny
  CÉLÉBRITÉ : Luke Pasqualino
  PARCHEMINS : 417
  ARRIVÉ(E) À ROME : 18/03/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Confidences d'un cardinal » - Paolo   Mar 8 Mai - 11:42


Le maître des lieux n'avait pas exigé que ses serviteurs interrompent leur pause pour lui. Au lieu de cela, il avait partagé ses souvenirs de voyage avec eux, ce qui leur avait tous permit de s'évader de Rome durant quelques minutes. Paolo n'avait jamais mis les pieds à Venise mais grâce au récit de Cesare, il avait pu imaginer cette ville, qui semblait grandiose. Il avait appris à nager durant son enfance, en barbotant avec des petits camarades, mais il n'avait jamais eu l'occasion de mettre les pieds dans une gondole. Quel effet cela faisait-il de sentir le sol tanguer sous ses pieds ?

La description de la cité des Doges avait littéralement envoûté les demoiselles, qui s'imaginaient sans doute au bras d'un homme qui leur ferait découvrir ce que la plupart ne connaissaient pas encore : l'amour. Pour les nobles, se marier était souvent un acte qui leur permettait de lier leur famille à une autre en vue d'obtenir quelque chose. Eux, paysans, privilégiaient les sentiments lorsqu'ils en avaient l'occasion, même si certains des plus démunis rêvaient de s'unir à une personne fortunée pour sortir de la rue.

Paolo, qui avait toujours aimé écouter des histoires, buvait les paroles du Cardinal. Lui aussi avait entendu dire que la cité était un lieu privilégié pour les amoureux mais l'entendre confirmer que personne ou presque n'y connaissait le célibat l'avait étonné. Il devait faire bon vivre dans un lieu emplit d'amour, ce qui expliquait la bonne humeur de son employeur...

Les filles de cuisine n'avaient pas tardé à revenir à la réalité. Si elles ne se hâtaient pas de faire la vaisselle et d'attaquer la préparation du repas du soir, il ne serait jamais prêt à temps, ce qui leur vaudrait les foudres de la famille. L'adolescent leur avait souhaité bonne chance, comme à son habitude, avant de les regarder quitter la pièce.

- C'est une bien belle histoire que vous nous avez conté là. Je suis certain que j'en entendrai parler pendant longtemps.

Il s'était interrompu pour regarder son interlocuteur dans les yeux, ce qu'il n'avait jamais vraiment fait jusqu'à présent.

- Comment expliquer que Venise regorge à ce point d'amoureux ?


Les lois y étaient-elles plus flexibles qu'ailleurs ? La vie plus facile ? Ou étais-ce simplement du au cadre idyllique qui baignait la cité dans une ambiance toute particulière ?







On peut, à force de faire confiance, mettre quelqu'un dans l'impossibilité de nous tromper
Revenir en haut Aller en bas
avatar

«Dark Prince ▬ Trust me, my name is Borgia»
Cesare Borgia

  CRÉDITS : Mach
  CÉLÉBRITÉ : François Arnaud
  PARCHEMINS : 1453
  ARRIVÉ(E) À ROME : 18/02/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Confidences d'un cardinal » - Paolo   Mar 8 Mai - 12:26

    Cesare avait exagéré son voyage à Venise, il n’avait pas pu s’empêcher de jouer la comédie devant les oreilles avisées de ces dames. Si cela pouvait leur apporter quelques minutes de rêveries et bonheur pourquoi pas. Venise ressemblait à toutes autres villes d’Italie dans sa mentalité et décadence, une réplique de Rome sans le Pape. Les femmes partirent au travail. Borgia était toujours dans la cuisine en face de son palefrenier. Ce dernier semblait lui aussi ravit d’avoir écouté son expédition. Il lui en fit part et lui expliqua qu’il en entendrait encore parler. Le cardinal se mit à rire face à sa remarque, il imaginait très bien les demoiselles lui parler de leur envie de visiter la ville amoureuse. Paolo le regarda dans les yeux avec assurance, Borgia le fixa sans ciller du regard. Le palefrenier prenait ses aises tout simplement parce qu’il l’avait incité a plusieurs reprises. S’il n’avait pas voulu obtenir de la familiarité avec l’adolescent, il n’aurait jamais eu de sympathie. Son ami semblait curieux, il sourit légèrement et posa sa pomme à moitié entamée sur la table.

    « C’est bien là le mystère Paolo, tout réside dans la magie de la cité. »

    Borgia gardait toujours de sa bonne humeur, il avait laissé planer le mystère sur cette ville. Le cardinal avait choisit la destination pour ces rumeurs, il avait espéré séduire la princesse danoise à travers la beauté de Venise et ses folies. Il avait souhaité l’avoir proche de lui. Il avait espéré néanmoins garder la main mise sur ses sentiments, garde de la distance mais, il s’était fait avoir à son propre jeu. Le cardinal se pencha et attrapa la carafe d’eau et une coupe afin de se servir de l’eau. Il en resservit également à Paolo qui avait bu quelques minutes auparavant. Cesare cherchait ses mots, il voulait pour la première fois se confier à quelque un au sujet de l’amour. Borgia n’était pas du genre à ce confier mais, là c’était différent. Paolo subissait la même chose que lui, il le comprenait. Pour emmener sur le sujet, le clerc décida de prendre des nouvelles de son palefrenier et de sa sœur :

    « Tout c’est bien passé durant mon absence ? Pas de Juan à l’horizon ni même d’autres soucis ? Tu as pu revoir ma sœur et Giovanni ? »



Rodrigo: « Ne laisses pas l'envie diriger ton cœur. »
Cesare : « Donc je suis le gardien de mon frère ? »
Rodrigo : « Oui, il a besoin de toi. Comme conseiller, comme soutien, comme cardinal. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
Paolo

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Tiny
  CÉLÉBRITÉ : Luke Pasqualino
  PARCHEMINS : 417
  ARRIVÉ(E) À ROME : 18/03/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Confidences d'un cardinal » - Paolo   Mar 8 Mai - 13:02


Paolo n'était pas particulièrement superstitieux et pourtant, il s'était discrètement intéressé aux phénomènes inexpliqués lorsqu'il en avait eu l'occasion par le passé. Ce midi là, Venise et son mystère avaient piqué sa curiosité. Peut-être qu'un jour, il aurait l'occasion de comprendre ce qui faisait la particularité de cette cité mais en attendant, il devrait se contenter de faire des suppositions.

Il avait remercié son maître lorsqu'il lui avait resservi de l'eau avant de l'écouter prendre de ses nouvelles.

- Tout s'est bien passé oui, merci mon seigneur. Je n'ai fais qu’apercevoir votre frère et votre mère a une fois de plus mis sa maison à notre disposition. C'est une femme admirable...


Il s'était interrompu avant de reprendre, un sourire attendri dessiné sur les lèvres :

- Giovanni change énormément ces derniers temps. J'ai l'impression de me retrouver face à un nouveau bébé à chaque fois que je le vois.


Le garçonnet gagnait en force et en beauté à mesure qu'il grandissait. Le palefrenier était fier d'avoir engendré un si bel enfant, même s'il ne s'en vantait point. Quant à Lucrézia... la belle restait fidèle à elle même. Tendre, distinguée, délicieuse...Il l'aimait un peu plus à chaque fois qu'il avait l'occasion de la serrer dans ses bras.

- Et vous ? Avez vous eu l'occasion de les voir depuis votre retour ? Je crois que vous leur avez manqué.

Il n'était pas jaloux de son employeur si bien que partager les deux êtres qu'il chérissait le plus avec lui ne le dérangeait guère...




On peut, à force de faire confiance, mettre quelqu'un dans l'impossibilité de nous tromper
Revenir en haut Aller en bas
avatar

«Dark Prince ▬ Trust me, my name is Borgia»
Cesare Borgia

  CRÉDITS : Mach
  CÉLÉBRITÉ : François Arnaud
  PARCHEMINS : 1453
  ARRIVÉ(E) À ROME : 18/02/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Confidences d'un cardinal » - Paolo   Mar 8 Mai - 20:18

    Paolo prit la parole tout s’était convenablement déroulé durant son absence. Juan ne s’était pas vengé et Vanozza leur avait fait plaisir. Cesare était satisfait de sa réponse, notamment en l’entendant dire que sa mère était une femme admirable.

    « Oui elle l’est. »

    Il eut un sourire en pensant à sa mère. Vanozza était une femme de valeur. Elle avait toujours été là pour ses enfants et il savait qu’elle serait là pour ses petits enfants et les proches de ses enfants. Paolo reprit en lui parlant de Giovanni. Borgia était ravi de l’entendre parler comme ça, il n’était plus pessimiste comme lorsqu’il avait évoqué le bout de chou. Paolo lui fit part de sa sensation de voir plusieurs bébés à chaque fois. Il se mit à rire à sa remarque. Son ami demanda si le cardinal les avait vu. Il acquiesça d’un hochement de tête.

    « Ils m’ont manqué également, je n’aime pas me savoir loin d’eux. J’ai ramené de mon voyage un collier de perles pour Lucrezia et à Giovanni une poupée. »

    Sa sœur et son neveu avaient apprécié. Il avait promis à Lucrezia de l’y emmener un jour avec Giovanni. Sa sœur souhaitait voyager. Le silence retomba. Borgia attrapa son verre et bu quelques gorgées. Il voulait demander quelques choses à Paolo. Devait-il y aller franc jeu ou qu’il continue dans la subtilité ? Cesare fixait toujours le palefrenier et reposa son verre.

    « Tu te souviens de ce que nous avions parlé après notre mésaventure avec mon frère ? »

    Cesare faisait référence à la conversation sur Lucrezia et Giovanni. Ainsi que profiter de la vie. Le jeune homme était songeur. Il avait goûté au fruit défendu et en redemandait encore. Il s’était épris d’une princesse et ne savait pas où cela le mènerait



Rodrigo: « Ne laisses pas l'envie diriger ton cœur. »
Cesare : « Donc je suis le gardien de mon frère ? »
Rodrigo : « Oui, il a besoin de toi. Comme conseiller, comme soutien, comme cardinal. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
Paolo

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Tiny
  CÉLÉBRITÉ : Luke Pasqualino
  PARCHEMINS : 417
  ARRIVÉ(E) À ROME : 18/03/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Confidences d'un cardinal » - Paolo   Mar 8 Mai - 20:52


Cesare offrait régulièrement des cadeaux à sa sœur et à son neveu. Paolo ne disposait pas des mêmes moyens que lui mais à présent qu'il avait un salaire décent, il serait en mesure de l'imiter. Les bijoux et autres objets de valeur resteraient hors de sa portée mais il imaginait qu'un petit geste pouvait également faire plaisir, surtout à un enfant. S'il avait été fortuné, Lucrézia aurait été la femme la plus gâtée de Rome. C'était bien simple, il n'aurait rien su lui refuser. En s'éprenant du paysan qu'il était, elle s'était privée du confort matériel qu'un duc aurait pu lui offrir mais pour l'heure, l'amour qu'il lui témoignait sembler lui suffire. Et il espérait que ce serait le cas encore longtemps...

Lorsque le silence s'était installé dans la pièce, l'adolescent avait compris que son employeur souhaitait lui parler de quelque chose d'important. Quand il lui avait demandé s'il se souvenait de la conversation qu'ils avaient eu le jour où Juan avait découvert que ses chevaux avaient disparu, il avait hoché la tête. Quelques semaines plus tôt, il aurait juré que son interlocuteur allait lui annoncer que le temps était venu d'abandonner Lucrézia et de quitter Rome. A présent, il savait que le Cardinal ne serait pas venu lui annoncer une telle nouvelle avec le sourire.

- ... Des amours interdits mon seigneur ?

Puisqu'il était un homme d’Église, l'aîné des Borgia n'avait pas le droit de tomber amoureux. Étais-ce arrivé malgré tout ? Après s'être assuré que les filles de cuisine étaient bien occupées ailleurs, il l'avait questionné à son tour :

- C'est de cela dont vous êtes venu me parler aujourd'hui encore, n'est-ce pas ?


Même s'il n'était qu'un palefrenier, il sentait que quelque chose tracassait son maître. Il était certainement le mieux placé pour le comprendre s'il lui apprenait qu'au cours de son voyage, il s'était épris d'une demoiselle mais il ne voulait pas le pousser à parler contre son gré. Il ne savait que trop bien à quel point il était difficile de parler de ses sentiments les plus intimes, surtout lorsqu'ils étaient " condamnables "...







On peut, à force de faire confiance, mettre quelqu'un dans l'impossibilité de nous tromper
Revenir en haut Aller en bas
avatar

«Dark Prince ▬ Trust me, my name is Borgia»
Cesare Borgia

  CRÉDITS : Mach
  CÉLÉBRITÉ : François Arnaud
  PARCHEMINS : 1453
  ARRIVÉ(E) À ROME : 18/02/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Confidences d'un cardinal » - Paolo   Ven 11 Mai - 23:38


    Cesare hocha de la tête face à la bonne réponse de son ami. Il avait besoin de parler et Paolo était la meilleure personne pour l’écouter et répondre à ce qu’il comptait parler. Borgia resta silencieux face à sa question. Oui…il était venu parler des amours impossibles…mais, ce n’était pas évident pour lui. Il n’avait jamais parlé de ses sentiments outre à Lucrezia et Vanozza. Paolo le jugerait-il s’il se confesse ? Après tout un religieux devait faire preuve de chasteté et de célibat…De toute manière, son palefrenier avait déjà remarqué qu’il n’était pas un modèle de vertu. Il regarda toujours son ami et finalement décida de prendre la parole :

    « Peut-être…. »
    Il soupira : « Me jugeras-tu ? »

    Le cardinal se doutait bien que non mais, il avait besoin d’être rassuré. Il avait confiance en Paolo, de toute façon ce dernier ne pouvait rien faire contre lui sous peine de souffrir mille tourments. Il n’avait donc rien à gagner pour tenter d’usurper son maître. Cesare savait qu’il ne tenterait rien. Il finit par lâcher le morceau :

    « Je crois comprendre ta situation. »

    Avant que Paolo lui demande quoique ce soit d’autre sur cette histoire, il préféra enchaîner :

    « Cupidon touche également les ecclésiastiques… »

    Borgia blasphémait en parlant d’entité mais, ce n’était pas là le plus important. Le plus important était que Cesare utilise ce mythe pour évoquer l’amour. Cupidon blessait les Hommes de sa flèches et ne se préoccupait guère des situations dans lesquels ils les mets. Le jeune homme regarda autour pour ne pas être prit en flagrant délit de confession. Il reprit :

    « j’aurais aimé m’éprendre d’une courtisane car le risque est moins grand. Mais, je me suis épris d’une princesse Paolo. »




Rodrigo: « Ne laisses pas l'envie diriger ton cœur. »
Cesare : « Donc je suis le gardien de mon frère ? »
Rodrigo : « Oui, il a besoin de toi. Comme conseiller, comme soutien, comme cardinal. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
Paolo

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Tiny
  CÉLÉBRITÉ : Luke Pasqualino
  PARCHEMINS : 417
  ARRIVÉ(E) À ROME : 18/03/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Confidences d'un cardinal » - Paolo   Dim 13 Mai - 18:55

Paolo n'avait pas pour habitude de juger les gens qui se confiaient à lui. Le rôle d'un ami, car il espérait que c'était ainsi que que Cesare le voyait à présent qu'il avait appris à le connaître et à l'estimer, était de soutenir son interlocuteur lorsque la situation l'exigeait, pas d'émettre obligatoirement un quelconque avis sur sa façon de se comporter, du moins, tant qu'elle ne le mettait pas en danger. Et puis, comment aurait-il pu reprocher à cet homme, qui avait été si bon et si compréhensif avec lui, d'être tombé amoureux à son tour ?

- Parlez sans craintes mon seigneur.

L'adolescent l'avait écouté sans jamais l'interrompre, heureux qu'il lui fasse confiance au point de lui faire part de ses préoccupations les plus intimes. Et la fin de son récit l'avait fortement attristé.

- Tout serait tellement plus simple si l'argent et les titres ne régentaient pas le monde...

Pourquoi les Hommes n'étaient-ils pas libres de s'aimer sans faire de distinctions ? Pourquoi une femme ne pouvait-elle pas simplement être une femme, sans s’encombrer d'obligations ridicules, et offrir son cœur à qui elle le désirait ?

- J'imagine parfaitement ce que vous pouvez ressentir. Vous n'avez jamais été aussi heureux qu'en sa présence mais son absence vous inflige la plus terrible des douleurs que vous ayez jamais du endurer...

Peu désireux de miner le moral de son maître, le palefrenier avait préféré le pousser à se concentrer sur celle dont il s'était épris plutôt que sur l'interdiction qui pesait sur leur couple.

- ... Mais parlez moi de votre princesse : comment est-elle ?


En plus d'être riche et gracieuse, elle devait être belle et avoir un petit quelque chose qui la rendait unique aux yeux de Cesare...




On peut, à force de faire confiance, mettre quelqu'un dans l'impossibilité de nous tromper
Revenir en haut Aller en bas
avatar

«Dark Prince ▬ Trust me, my name is Borgia»
Cesare Borgia

  CRÉDITS : Mach
  CÉLÉBRITÉ : François Arnaud
  PARCHEMINS : 1453
  ARRIVÉ(E) À ROME : 18/02/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Confidences d'un cardinal » - Paolo   Dim 13 Mai - 21:14

    Paolo le rassura en lui disant de parler sans crainte. Le jeune homme était soulagé d’avoir un ami sur qui compter. Le palefrenier avait fait preuve de loyauté en son égard et leur relation était réciproque. Borgia lui fit donc part qu’il était tombé amoureux d’une princesse et qu’il ressentait les mêmes choses que Paolo ressentait avec Lucrezia. Son palefrenier reprit la parole à la fin de sa confession. Il mit en avant les méfaits des titres et de cette société. Si le cardinal était un noble, il était forcé de constater qu’il n’avait pas tort. Tout serait beaucoup plus simple. Borgia, ne put néanmoins s’empêcher de lâcher un léger rire :

    « Je ne peux que te rejoindre sur cette idée. Malheureusement, nous ne pouvons pas refaire le monde. »


    S’ils pouvaient refaire le monde, Cesare ne serait pas cardinal. Il aurait tout fait pour être un bon seigneur ou entrer dans l’armée. Il aurait eu une vie différente de la sienne. Mais, là n’était pas la question, ils ne parlaient pas de vie professionnelle mais d’amour. Cesare tout comme Paolo ne pouvaient pas aimer la femme qu’ils aiment. Le palefrenier expliqua le ressentit des deux hommes. Il n’avait pas tort, Cesare ressentait cela. Il eut des frissons, de la tristesse…l’absence…justement, c’était bien ça qui lui faisait peur…Il n’allait plus la revoir…Il ferma quelques secondes les yeux avant de les rouvrir.

    « Dans ce cas je vivrais milles tourments Paolo….elle repart pour le Danemark…sais-tu où se situe le Danemark ? »

    Le Danemark n’était pas la porte d’à côté sans compter que la princesse était fiancée et qu’elle aurait très prochainement une vie d’épouse. Cesare ne voyait pas l’avenir d’un très bon œil. Devait-il l’oublier ? Ce ne serait pas si simple, il sentait son cœur saigner. Il ne pouvait pas se permettre de monter sur un âne et aller au Danemark pour la reconquérir. Paolo qui semblait voir son maître broyer du noir, lui demanda comment était la princesse. Il était songeur.

    « Tu as du l’apercevoir Paolo. Il s’agit de son Altesse Aliénor du Danemark. Je ne saurais décrire le pourquoi je l’aime. Elle est belle, intelligente. Ce qui m’a plu la première fois que je l’ai vu c’est son arrogance…elle me méprisait…et pourtant… »

    Il prit sa coupe pour boire quelques gorgées et observa toujours Paolo. Sa parole lui était précieuse.



Rodrigo: « Ne laisses pas l'envie diriger ton cœur. »
Cesare : « Donc je suis le gardien de mon frère ? »
Rodrigo : « Oui, il a besoin de toi. Comme conseiller, comme soutien, comme cardinal. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
Paolo

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Tiny
  CÉLÉBRITÉ : Luke Pasqualino
  PARCHEMINS : 417
  ARRIVÉ(E) À ROME : 18/03/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Confidences d'un cardinal » - Paolo   Mar 15 Mai - 17:10


Ah si seulement le monde pouvait changer ! Malheureusement, Paolo n'avait aucun impact sur lui. Il n'était qu'un paysan qui devait s'estimer heureux d'avoir un maître aussi bon et d'être aimé par l'une des plus belles femmes de Rome, même si cet amour le mettait dans une situation délicate. En entendant Cesare parler de départ, il avait baissé les yeux. Il se souvenait parfaitement de ce qu'il avait ressenti quand il avait appris que son aimée devait quitter Pesaro : Une horrible sensation de vide l'avait envahi au moment où il avait réalisé qu'elle avait disparu pour de bon. C'était comme si l'on avait envoyé une partie de son être à des centaines de kilomètres de là, le laissant malheureux et désorienté.

Danemark... Il avait déjà du entendre ce mot là, mais il avait oublié qui l'avait prononcé. Quant à savoir où ce pays se trouvait...

- Je n'en ai pas la moindre idée mon seigneur.

A supposer que quelqu'un ait daigné lui présenter une carte par le passé, il aurait été incapable de la lire. Il n'osait pas demander à quelle distance de l'Italie se situaient les contrées que venaient d'évoquer son employeur car il craignait que sa réponse ravive sa douleur. A en croire son expression désolée, il ne pourrait pas revoir sa princesse avant longtemps... si ce n'était pas pire encore...

En l'entendant la lui décrire, il s'était souvenu de cette femme brune qu'il avait " rencontré " alors qu'il revenait de la basilique Saint-Pierre.

- Je vois de qui vous me parlez. J'ai plié le genou de bon cœur pour la saluer lorsque nos chemins se sont croisés.

Il s'était interrompu le temps de laisser son interlocuteur se désaltérer avant de reprendre :

- Partage-t-elle vos sentiments ?

C'était peut-être naïf, mais il se plaisait à croire que l'amour véritable pouvait surmonter tous les obstacles.




On peut, à force de faire confiance, mettre quelqu'un dans l'impossibilité de nous tromper
Revenir en haut Aller en bas
avatar

«Dark Prince ▬ Trust me, my name is Borgia»
Cesare Borgia

  CRÉDITS : Mach
  CÉLÉBRITÉ : François Arnaud
  PARCHEMINS : 1453
  ARRIVÉ(E) À ROME : 18/02/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Confidences d'un cardinal » - Paolo   Ven 18 Mai - 12:46

    Cesare Borgia avait parlé de distance. Sa princesse partait chez elle, son séjour à Rome était terminé. De plus, elle était promise à un prince. Il était sans espoir. Le cardinal demanda à Paolo s’il savait où se trouvait le Danemark pour comprendre la distance à parcourir. Ce n’était pas une simple distance d’une ville italienne à une autre non mais d’un pays éloigné à un autre. Borgia attrapa la corbeille de fruits. Ça tombait bien les fruits étaient de tailles différentes, il allait montrer en même temps la taille du pays. Pour représenter le Danemark, Cesare prit un grain de raisin et le posa vers Paolo :

    « Vers toi c’est le nord, le Danemark est un pays petit comme ce grain de raisin. Il touche la mer. »

    Pour représenter l’Italie, le cardinal prit une banane provenant du Nouveau Monde. Elle représentait par sa forme l’Italie d’une certaine manière. Borgia la posa vers lui.

    « De mon coté c’est le sud. Vois-tu la distance à parcourir ? Et encore je ne t’ai pas mis les pays qui nous sépare. »


    Cesare attrapa un grain de raisin et le mangea. Paolo lui fit part de sa rencontrer avec Aliénor et lui avoua s’être agenouillé de bon cœur devant elle. Le jeune homme se mit à sourire, ravit de voir que la princesse avait plus à son serviteur. Son ami lui demanda si elle partageait ses sentiments. Il eut un sourire amusé. Bien évidemment qu’elle les partageait, si ce n’était pas le cas elle ne se serait jamais offerte à lui. Il dit alors sur le ton de la plaisanterie :

    « Oh oui, et elle est même plus expressive que moi. »

    Il faisait référence au fait qu’il n’était pas du genre à montrer ses sentiments. Il n’avait d’ailleurs, jamais dis « je t’aime » à l’ intéressé en question, il préférait garder le silence pour ne pas souffrir, cette relation était des plus bancales. Il regarda Paolo et repit :

    « Tu crois que je devrais l’oublier ? Elle est promise à un autre et à l’évidence mon père ne me retirera pas cette soutane de pourpre. »



Rodrigo: « Ne laisses pas l'envie diriger ton cœur. »
Cesare : « Donc je suis le gardien de mon frère ? »
Rodrigo : « Oui, il a besoin de toi. Comme conseiller, comme soutien, comme cardinal. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
Paolo

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Tiny
  CÉLÉBRITÉ : Luke Pasqualino
  PARCHEMINS : 417
  ARRIVÉ(E) À ROME : 18/03/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Confidences d'un cardinal » - Paolo   Ven 18 Mai - 20:04


Paolo s'était montré très attentif aux explications de son maître. Il lui était difficile d'imaginer un pays matérialisé par un grain de raisin ou par une banane mais le Danemark semblait se trouver loin, très loin de l'Italie... Le voyage pour s'y rendre devait prendre plusieurs semaines, voir plusieurs mois, même avec un cheval de course. En conséquence, si Cesare laissait sa princesse partir, à moins qu'elle décide de revenir à Rome, il risquait fort de ne plus jamais la revoir...

Puisque du sang royal coulait dans ses veines, la dame qui avait emprisonné son cœur devait avoir tout un tas d'obligations qui se dresseraient entre eux. Si le cardinal n'en avait pas été un, il aurait peut-être pu avoir l'audace d'oser demander sa main à son père, sans aucune garantie de succès. Malheureusement, pour l'heure, il semblait condamné à souffrir d'une séparation inévitable...

- Je vois...


Sur le moment, il n'avait pas su quoi dire d'autre. Un sourire était toutefois venu éclairer son visage quand son interlocuteur lui avait assuré qu'Aliénor était bien éprise de lui. Les femmes semblaient souvent prudes au premier abord mais dans l'intimité, elles se montraient parfois très entreprenantes...

***

- Vous le devriez peut-être, mais en êtes vous seulement capable ? Une femme n'est pas une chose à laquelle on renonce facilement...

Il était difficile d'oublier l'objet d'un amour véritable, lui l'avait appris quand Lucrézia avait quitté Pesaro. Penser à elle aurait sans doute fini par le rendre fou s'il n'avait pas décidé de la rejoindre, envers et contre tous, si bien qu'il ne pouvait décemment encourager son employeur à faire une croix sur l'élue de son cœur.

- Pourquoi votre père tient-il tant à vous voir consacrer votre vie à Dieu ?

En agissant de la sorte, il le privait de l'existence heureuse à laquelle il aspirait, ce qui était fort cruel...





On peut, à force de faire confiance, mettre quelqu'un dans l'impossibilité de nous tromper
Revenir en haut Aller en bas
avatar

«Dark Prince ▬ Trust me, my name is Borgia»
Cesare Borgia

  CRÉDITS : Mach
  CÉLÉBRITÉ : François Arnaud
  PARCHEMINS : 1453
  ARRIVÉ(E) À ROME : 18/02/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Confidences d'un cardinal » - Paolo   Sam 19 Mai - 19:59

    Cesare était mélancolique en montrant où se situait le Danemark par rapport à l’Italie. Il ressentait de la frustration, de l’injustice, de la tristesse et de la haine. Il gardait tout cela en lui. Il fallait qu’il garde tout ses sentiments et qu’il avance. Borgia posa la question à son ami : devait-il l’oublier ? Le cardinal en connaissait la réponse au fond. Paolo lui avoua qu’il devait le faire mais il lui demanda également s’il était capable.

    « Je pense oui…ce n’est malheureusement pas la première que cela m’arrive… »


    Oh oui, le cœur de Borgia allait être encore brisé. Il avait ressentit cela le jour où Ursula était venu le voir à l’Église pour lui dire qu’il était le disciple du Diable et qu’elle souhaitait rentrait au couvent pour se repentir de ce péché. La seconde question de son palefrenier, l’extirpa de ses pensées. Il eu un sourire amusé. Paolo était naïf, il ne comprenait rien de la politique. Le cardinal eu un sourire amusé face à cette innocence et répondit alors :

    « Tout n’est qu’une question de pouvoir Paolo. Quand un souverain pontife meurt, qui le remplace ? »


    Cesare avait posé cette question de façon mystérieuse. En posant cette question, il avait bien évidemment donné la réponse. C’était un des cardinaux qui devenaient pape. Rodrigo avait toujours dit : un fils dans l’Église et l’autre dans l’armée. Il ne voulait pas changer les choses et cela même si Cesare n’avait rien d’ecclésiastique et qu’il était apte à diriger une armée. Il soupira à cette triste pensée. Et observa son ami. Même si les conditions d’un palefrenier n’était pas super, il avait l’avantage de ne pas avoir cette pression sur ces épaules.



Rodrigo: « Ne laisses pas l'envie diriger ton cœur. »
Cesare : « Donc je suis le gardien de mon frère ? »
Rodrigo : « Oui, il a besoin de toi. Comme conseiller, comme soutien, comme cardinal. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
Paolo

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Tiny
  CÉLÉBRITÉ : Luke Pasqualino
  PARCHEMINS : 417
  ARRIVÉ(E) À ROME : 18/03/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Confidences d'un cardinal » - Paolo   Dim 20 Mai - 9:56


Paolo avait été étonné d'apprendre que le Cardinal avait déjà souffert d'un amour interdit par le passé. C'était peut-être pour cela qu'il avait décidé de l'épargner le jour où ils s'étaient rencontrés et qu'il lui permettait de fréquenter Lucrézia tout en lui offrant sa protection.

- J'en suis désolé. Personne ne devrait avoir à renoncer à l'amour...

Surtout pas les gens biens, dont Cesare faisait partie. Il ne méritait pas de souffrir autant, même s'il n'était pas toujours irréprochable. Pourquoi, dans ce cas, Dieu s'acharnait-il sur lui ? Était il réellement un être sans pitié qui se désintéressait de ses créations ?

Lorsqu'il avait demandé à son maître pourquoi son père se bornait à le laisser endurer une vie qui ne lui convenait pas, ce dernier lui avait posé une question, dont il pensait connaître la réponse.

- ... un cardinal... ?


Si ce cardinal pouvait être son fils et qu'honneur et pouvoir restaient dans la famille, Rodrigo Borgia ne se priverait pas. Ce qui était dommage, c'était que l’ecclésiastique était visiblement d'avantage considéré comme un pion sur son échiquier que comme un homme doté de désirs et de sentiments...

- Il n'y a vraiment rien à faire alors... ?

Si les amants trouvaient un moyen de correspondre ou de se voir en secret, le paysan ferait tout son possible pour les couvrir...




On peut, à force de faire confiance, mettre quelqu'un dans l'impossibilité de nous tromper
Revenir en haut Aller en bas
avatar

«Dark Prince ▬ Trust me, my name is Borgia»
Cesare Borgia

  CRÉDITS : Mach
  CÉLÉBRITÉ : François Arnaud
  PARCHEMINS : 1453
  ARRIVÉ(E) À ROME : 18/02/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Confidences d'un cardinal » - Paolo   Mar 22 Mai - 20:33

    Cesare Borgia en avait suffisamment dit de sa personne en disant qu’il avait aimé autrefois. Oui, il était tombé amoureux . Paolo s’excusa car il ne souhaitait à personne ce genre de chose. Il n’avait pas tort…Le cardinal ne souhaitait pas cela à Paolo….pourtant, il savait qu’il devrait le lui infliger. Le cardinal était remplit de tourments, il devait annoncer à sa sœur et Paolo le mariage avec le doge de Venise, sa princesse était partie, Il y avait également la pression avec la guerre qui approche. Cesare avait fait un sous entendu pour le fait que son père voulait le voir devenir Pape à son tour lorsqu’il ne sera plus de ce monde. Pour s’asseoir sur le trône de Saint Pierre, il fallait porter la soutane rouge. Il acquiesça d’un hochement de tête :

    « Oui, un cardinal. M’imagines-tu avec la tiare papale sur la tête ? »

    Il eut un léger sourire avant de soupirer. Sans se vanter, le jeune homme savait qu’il avait les compétences pour devenir le vicaire du Christ sur Terre. Néanmoins, Borgia se voyait mieux à la tête des armées, il pourrait mener à bien son intelligence et sa stratégie. Ensuite la conversation reprit de plus belle sur sa relation avec Aliénor. Non, il n’y avait plus rien à faire. Il était contraint de lui dire adieu. Il sentait sa gorge se resserrer.

    « Il n’y a rien à faire… »

    Le silence reprit dans la pièce. Cesare avait également une mauvaise nouvelle à lui annoncer. Il s’était sentit égoïste d’avoir montré ses plus beaux sourires en parlant d’amour. Dans un sens, il pourrait soutenir Paolo puisqu’il comprenait ce qu’il ressentait. Le cardinal baissa la tête. Il ne l’avait pas encore annoncé à Lucrezia, il préférait en parler à Paolo d’abord comme ça il n’y aurait pas de mauvaises surprises. Cependant, le cardinal avait le mauvais rôle, il devait annoncer des choses qu’il ne voulait pas. Son père ne se rendait pas compte du mal qui faisait à ses enfants. Cesare releva la tête et prit une grande inspiration :

    « Paolo, je ne suis pas venu uniquement pour parler de moi… »



Rodrigo: « Ne laisses pas l'envie diriger ton cœur. »
Cesare : « Donc je suis le gardien de mon frère ? »
Rodrigo : « Oui, il a besoin de toi. Comme conseiller, comme soutien, comme cardinal. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
Paolo

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Tiny
  CÉLÉBRITÉ : Luke Pasqualino
  PARCHEMINS : 417
  ARRIVÉ(E) À ROME : 18/03/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Confidences d'un cardinal » - Paolo   Mer 23 Mai - 22:12


- Vous êtes un homme intelligent, cela ne fait aucune doute, mais je ne peux me résoudre à vous imaginer assis sur le trône papal car vous aspirez à une autre vie.

Chaque homme devrait avoir la possibilité de choisir son métier, sa compagne et ce qu'il souhaitait faire de sa vie, quel que ce soit son rang. Malheureusement, ce n'était pas le cas. Les paysans étaient des esclaves pour les nobles et les nobles étaient contraints de se plier aux désirs de leurs pères, qui ne faisaient manifestement pas grand cas de leurs sentiments.

- Quel malheur...

Si Cesare était sincèrement épris d'Aliénor et qu'il était condamné à ne plus jamais la revoir, Paolo n'osait pas imaginer ce qu'il ressentait à cet instant précis. Pendant un instant, il avait été tenté de poser sa main sur la sienne pour lui montrer qu'il le soutenait et le réconforter un peu mais en réfléchissant, il s'était dit qu'un tel geste pourrait être mal interprété par son maître si bien qu'il s'était abstenu. Avec le temps, ils avaient appris à s'apprécier mais il n'oubliait pas qu'il n'était qu'un palefrenier, même s'il fréquentait sa sœur...

Quelques instants s'étaient écoulés dans le silence le plus complet avant que l'aîné des Borgias se décide à reprendre la parole. Le ton de sa voix et le regard qu'il avait posé sur lui avaient inquiété l'adolescent, qui s'était raidit sur sa chaise. Quelle sinistre nouvelle avait-il à lui annoncer ?

- ... Qui y-a-t-il mon seigneur ?

Pendant plusieurs semaines, rien n'était venu perturber son bonheur. Il s'entendait avec son employeur, n'avait pas à se plaindre de son travail et, plus important encore, il voyait très régulièrement Lucrézia et son fils. Cela lui avait presque fait oublier qu'il risquait de tout perdre d'un jour à l'autre, y compris la vie mais à présent, la réalité refaisait surface...

Nerveux, il avait attendu une réponse en s'efforçant de ne pas imaginer le pire. Toutefois, il avait la désagréable sensation d'être un condamné à mort qui attendait qu'une trappe se dérobe sous ses pieds...




On peut, à force de faire confiance, mettre quelqu'un dans l'impossibilité de nous tromper
Revenir en haut Aller en bas
avatar

«Dark Prince ▬ Trust me, my name is Borgia»
Cesare Borgia

  CRÉDITS : Mach
  CÉLÉBRITÉ : François Arnaud
  PARCHEMINS : 1453
  ARRIVÉ(E) À ROME : 18/02/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Confidences d'un cardinal » - Paolo   Ven 25 Mai - 0:34


    Cesare avait demandé à Paolo si ce dernier le voyait dans le rôle de Pape. Allait-il le flatter et lui dire que oui ? Ou au contraire le vexer en disant que non ? Finalement Paolo trouva exactement les mots juste, Borgia n’inspirait pas à être Souverain Pontife car il était destiné à un autre dessein. Le cardinal se voyait sur un champ de bataille, avoir peut-être un trône certes mais pas celui d’un homme pacifique. Il ne répondit rien, seulement un léger sourire amical avant de reprendre son sérieux sur la situation. Son palefrenier confirma ses dires en disant « quel malheur », il ne releva pas mais n’en pensait pas moins. Oui, c’était un malheur….c’était la vie. Outre son histoire d’amour impossible avec Aliénor, une histoire trottait dans sa tête. Il s’agissait de l’histoire d’amour entre Lucrezia et son serviteur. Il avait une mauvaise nouvelle à lui annoncer. Cesare avait longuement réfléchit sur le sujet. Il avait pendant quelques heures après la réunion avec son père penché la dessus. Devait-il s’abstenir encore un moment pour leur laisser un peu de bonheur supplémentaire ? Ou devait-il leur dire immédiatement ? Dans tout les cas, Cesare n’avait pas le bon rôle à jouer, il allait blesser deux personnes. Dire qu’il avait été positif et dit à Paolo de profiter de la vie, voilà qu’il allait tout lui gâcher. Le cardinal ne savait au fond pas comment s’y prendre. Devait-il ne pas y aller par quatre chemins ou prendre des pincettes pour annoncer la chose de façon douce ? Il allait le dire à la Cesare Borgia, il verrait au feeling surtout qu’il ne pouvait pas prévoir la réaction de son palefrenier. Le clerc observa Paolo, à en voir son regard il ne semblait pas à l’aise voire peut-être qu’il se doutait déjà de quelque chose. De plus, sa voix laissa montrer qu’il n’était pas rassuré. Cesare ne répondit pas immédiatement. Non pas qu’il voulait lui torturer l’esprit mais, il hésitait toujours à comment s’y prendre. Finalement il décida de se lancer. Il prit sa respiration et dit alors :

    « Sa Sainteté m’a convoqué avec mon frère. Il m’a confié la tache d’annoncer à ma sœur un nouveau mariage. Un mariage avec le Doge de Venise… » Il s’arrêta et reprit : « Je ne lui en ai pas encore parlé, je tenais à t’en informer le premier. »

    Cesare regarda dans les yeux Paolo. Il était silencieux et attentif à la moindre réaction. Il se doutait bien qu’elle ne serait pas joyeuse.



Rodrigo: « Ne laisses pas l'envie diriger ton cœur. »
Cesare : « Donc je suis le gardien de mon frère ? »
Rodrigo : « Oui, il a besoin de toi. Comme conseiller, comme soutien, comme cardinal. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
Paolo

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Tiny
  CÉLÉBRITÉ : Luke Pasqualino
  PARCHEMINS : 417
  ARRIVÉ(E) À ROME : 18/03/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Confidences d'un cardinal » - Paolo   Ven 25 Mai - 13:59


Paolo sentait que son maître avait quelque chose de grave à lui annoncer et, même s'il ne pouvait pas deviner avec exactitude de quoi il s'agissait, il se doutait que cela avait un rapport avec l'histoire d'amour contrariée qu'il vivait avec sa sœur, la belle Lucrézia. Il avait attendu qu'il prenne la parole avec une anxiété grandissante et, quand les mots avaient fini par tomber, sa mine s'était totalement obscurcie. Il avait le sentiment qu'on venait de lui plonger un poignard en plein cœur.

Il n'avait pu soutenir le regard de son interlocuteur que pendant quelques secondes avant de baisser les yeux vers la table. Il s'était attendu à ce que le Pape choisisse de remarier sa fille à un moment où à un autre mais il avait espéré que cela n'arriverait pas avant plusieurs longs mois, voir avant quelques années.

Quel genre d'homme était ce Doge de Venise ? Et s'il s'agissait d'un individu aussi cruel et égoïste que son ancien maître, Giovanni Sforza ? Le palefrenier savait qu'il ne pourrait pas supporter de le voir violenter sa bien aimée. D'ailleurs, l'idée qu'il puisse abuser d'elle, poser les mains sur son corps et les empêcher de se voir en les éloignant lui donnait déjà la nausée. Qu'avait-il fait au ciel pour qu'on lui inflige de telles souffrances ?!

Lucrézia n'était pas au courant qu'elle avait été promise, ce qui signifiait qu'elle n'avait pas eu son mot à dire et qu'elle risquait fort d'être abattue en apprenant la nouvelle. Sa famille la vendait comme une vulgaire marchandise, une fois encore, sans se soucier de ce qu'elle pourrait bien ressentir en se retrouvant à nouveau entre les mains d'un rustre.

Lorsqu'il avait senti qu'une boule de plus en plus volumineuse se formait dans sa gorge, l'adolescent s'était levé avant d'adresser quelques mots à l'intention de son employeur.

- ... Excusez moi...


C'était tout ce qu'il avait trouvé le courage de dire avant de quitter la pièce. Il n'en voulait pas au Cardinal en particulier, car il savait qu'il souhaitait voir sa sœur heureuse, mais il était en colère contre le monde entier et il se sentait prêt à laisser exploser son chagrin à tout moment...




On peut, à force de faire confiance, mettre quelqu'un dans l'impossibilité de nous tromper
Revenir en haut Aller en bas
avatar

«Dark Prince ▬ Trust me, my name is Borgia»
Cesare Borgia

  CRÉDITS : Mach
  CÉLÉBRITÉ : François Arnaud
  PARCHEMINS : 1453
  ARRIVÉ(E) À ROME : 18/02/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Confidences d'un cardinal » - Paolo   Sam 26 Mai - 17:20

    Cesare devait annoncer un éventuel mariage avec le Doge de Venise. Le cardinal ne voulait pas en parler à sa soeur ni même à Paolo. Mais, il n'avait pas le choix, il le devait. Son père avait tout pouvoir y comprit sur ses propres enfants, il n'avait pas choisit d'être un homme d'Eglise ni être annonciateur de mauvaises nouvelles. Tout comme Lucrezia de devoir se marier pour aider sa famille à prosperer. La vie était cruelle, le palefrenier et le clerc le savaient. Il fixa Paolo dans l'attente d'une réponse, d'un geste, d'un signe, peut importe. Il avait vu lors de sa dispute avec Juan la réaction de Paolo lorsqu'ils avaient parlés de Lucrezia. Il souffrait à l'idée de voir son amante marié. Cesare avait tenté d'être optimiste en lui disant de profiter de la vie et des instants avec elle alors il se doutait que la chute serait terrible lorsqu'il lui annonça cette nouvelle. Finalement, Borgia avait bien fait de garder le jeune homme sous son aile, il aimait sincèrement sa soeur, cela se voyait, Paolo était un homme bien ça ne faisait pas de doute. Le problème restait le fait qu'il n'était pas riche. Son ami se leva de table et lui pria de l'excuser. Cesare l'observa quitter la pièce. De nature froid et sans scrupule, le cardinal n'était pas du genre à tenir en compte des sentiments des personnes qui l'entourent. Sauf, bien évidemment quand il est proche de certaines personnes comme c'était le cas de Lucrezia, Micheletto, Aliénor ou encore Paolo. Il montrait sa vraie nature, il pouvait être un homme bon mais il fallait attraper ses faveurs. Cesare avait laissé à son palefrenier la chance de découvrir sa personnalité toute aussi complexe qu'elle soit, c'est donc qu'il lui faisait confiance. Borgia se leva donc à son tour et décida de le rattraper, il emboita le pas et lorsque se fut le cas, il passa devant Paolo pour lui barrer la route. Il le regarda et chercha ses mots mais les seuls mots qui lui vient à l'esprit car ce n'était généralement pas dans sa nature de consoler les gens :

    “Je suis désolé....”



Rodrigo: « Ne laisses pas l'envie diriger ton cœur. »
Cesare : « Donc je suis le gardien de mon frère ? »
Rodrigo : « Oui, il a besoin de toi. Comme conseiller, comme soutien, comme cardinal. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
Paolo

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Tiny
  CÉLÉBRITÉ : Luke Pasqualino
  PARCHEMINS : 417
  ARRIVÉ(E) À ROME : 18/03/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Confidences d'un cardinal » - Paolo   Dim 27 Mai - 21:19


Paolo ne s'était pas attendu à ce que Cesare le suive aussi, il s'était brusquement immobilisé en le voyant lui bloquer le passage. Dans d'autres circonstances, il aurait apprécié qu'il se soucie de ses états d'âmes mais en cet instant précis, il n'avait envie de parler à personne. Ses yeux brillaient quand il avait essayé de contourner son maître pour la première fois mais il parvenait encore à retenir les larmes qui menaçaient de s'en écouler.

- Laissez moi...

Comprenant qu'il ne pourrait pas quitter le palais sans bousculer le Cardinal, ce qu'il ne souhaitait pas faire, il avait cessé de " lutter ". La proximité entre eux était telle lorsque son employeur avait agrippé sa tunique que le paysan, qui avait coutume de s'isoler pour pleurer, avait pu se " cacher " en appuyant son visage contre son épaule. Un premier sanglot l'avait secoué, puis un second. Sans qu'il comprenne bien comment, il avait fini par se retrouver blottit contre lui. Il s'y accrochait comme on s'accroche à une bouée de sauvetage, comme s'il craignait de perdre pied s'il le lâchait.

Plus il s'efforçait d'occulter son chagrin et plus il avait le sentiment que l'on compressait sa cage thoracique. Finalement, à bout de souffle, il avait fini par le laisser éclater. Que diraient donc les gens s'ils les surprenaient ainsi enlacés ? Pour l'heure, c'était le dernier de ses soucis...

Tout ce qui l'avait contrarié au cours des derniers mois avait semblé refaire surface au même moment. Il savait qu'il était à deux doigts de perdre Lucrézia et cela le détruisait, littéralement. Que deviendrait il sans elle ? Parviendrait-il à abandonner les deux êtres qui comptaient le plus pour lui ? Que lui resterait-il une fois qu'on lui aurait retiré son amour ? Retourner à son ancienne vie alors qu'il avait goûté au Paradis équivaudrait pour lui à aller en Enfer, c'était une certitude...




On peut, à force de faire confiance, mettre quelqu'un dans l'impossibilité de nous tromper
Revenir en haut Aller en bas
avatar

«Dark Prince ▬ Trust me, my name is Borgia»
Cesare Borgia

  CRÉDITS : Mach
  CÉLÉBRITÉ : François Arnaud
  PARCHEMINS : 1453
  ARRIVÉ(E) À ROME : 18/02/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Confidences d'un cardinal » - Paolo   Lun 28 Mai - 13:42

    Cesare ne comptait pas laisser Paolo tranquille, il voyait bien que ce dernier n’était pas dans son assiette. Le palefrenier l’avait écouté tout à l’heure, c’était à son tour d’être là pour lui. Il décida donc de le suivre et le dépassa pour s’opposer à ce qu’il continue son chemin. Borgia l’observa, il pu constater que son ami avait envie de pleurer. Le cardial était désolé de lui annoncer une telle nouvelle, ce n’était pas flatteur pour lui de dire ce genre de chose, d’annoncer ce genre de nouvelle. Cesare ne voulait pas le laisser partir même si Paolo le lui demanda. Il n’allait pas le laisser se morfondre dans le foin au lieu de s’occuper de ses chevaux. C’est alors que Paolo se mit à pleurer, il posa sa tête contre son épaule avant d’enrouler ses mains autour de son corps. Borgia resta bête, il fronça les sourcils sur le coup. De quel droit se permettait-il une telle approche ? Il arrêta d’être réticent et décida de tenter de le consoler. Il soupira et lui fit lui aussi un câlin en silence. Cesare le laissa pleurer, il pouvait sentir les larmes venir lui mouiller sa chemise. Il irait sans doute se changer après mais, pour l’heure il s’agissait du cadet de ses soucis. Délicatement, il tapota d’une de ses mains le dos de Paolo de façon amical. Il était toujours silencieux cherchant ses mots.

    « Tu sais Paolo, il y a un long chemin entre les fiançailles et l’autel. J’entends par là que Lucrezia ne sera pas marié avant un moment. »

    Le mariage était un enjeu politique, Sa Sainteté pouvait changer d’alliance comme de paire de chaussette selon comment le vent tourne. Il tentait de montrer à Paolo qu’il pouvait encore profiter de sa belle encore un peu. Ce n’était certes pas tellement réconfortant mais, il ne pouvait pas lui dire que tout irait bien et qu’ils vivront leur amour convenablement. Il frotta à présent sa main contre le dos de son ami pour tenter tant bien que mal de le calmer.

    « Crois-moi, si ça ne tenait qu’à moi je ferais les choses autrement. »


    Mais Cesare n’était pas Pape. Il avait tenté tant bien que mal de s’opposer à cette initiative de mariage. Il n’avait pas fait le poids face au Saint Père et à Juan. Il était contraint d’accepter.



Rodrigo: « Ne laisses pas l'envie diriger ton cœur. »
Cesare : « Donc je suis le gardien de mon frère ? »
Rodrigo : « Oui, il a besoin de toi. Comme conseiller, comme soutien, comme cardinal. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
Paolo

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Tiny
  CÉLÉBRITÉ : Luke Pasqualino
  PARCHEMINS : 417
  ARRIVÉ(E) À ROME : 18/03/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Confidences d'un cardinal » - Paolo   Mar 5 Juin - 20:54


Paolo était resté blotti contre son maître pendant de longues minutes sans se soucier des conséquences que son geste pourrait avoir. Le couloir dans lequel ils se trouvaient était désert si bien que Cesare avait pu s'efforcer de le réconforter, sans grand succès. Ses paroles étaient douces et se voulaient rassurantes mais pour l'heure, son chagrin était trop fort pour qu'il en fasse abstraction. Lucrézia ne serait peut-être pas officiellement mariée avant plusieurs mois mais le simple fait qu'elle soit promise à un autre signifiait qu'il l'avait déjà perdu.

Quand le souffle avait commencé à lui manquer à cause des sanglots qui le secouaient toujours, il avait entrepris de se calmer. La main qui caressait son dos l'y avait aidé. Cela faisait des années que personne n'avait été aussi proche de lui, des années également qu'il ne s'était pas laissé aller de la sorte. A force de tout garder pour lui, il avait fini par exploser. L'annonce que lui avait faite son employeur avait été la goutte d'eau qui avait fait déborder le vase.

Lorsqu'il avait trouvé le courage de relever la tête, il avait essuyé ses yeux avec l'une de ses manches avant de soupirer. Dans d'autres circonstances, il aurait eu honte de s'être montré si faible mais cette fois là, il s'était contenté de murmurer d'une voix rauque :

- Merci...


Ses jambes vacillaient légèrement au moment où il avait repris ses distances avec l'ecclésiastique. Il était largement temps qu'il se remette au travail mais il n'avait aucun courage. Toute son énergie semblait avoir quitté son corps en même temps que ses larmes...




On peut, à force de faire confiance, mettre quelqu'un dans l'impossibilité de nous tromper
Revenir en haut Aller en bas
avatar

«Dark Prince ▬ Trust me, my name is Borgia»
Cesare Borgia

  CRÉDITS : Mach
  CÉLÉBRITÉ : François Arnaud
  PARCHEMINS : 1453
  ARRIVÉ(E) À ROME : 18/02/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: « Confidences d'un cardinal » - Paolo   Mer 13 Juin - 14:44

    Cesare tenait toujours dans ses bras Paolo. Ce dernier était toujours en train de sangloter. Il le laissa continuer, il voyait bien que le palefrenier avait besoin de se lâcher il avait trop de sentiments en lui. Le cardinal lui caressa le dos de sa main pour le calmer, il ne savait pas quoi faire d’autres. Il avait certes prit la parole pour le consoler et le faire réagir mais, il voyait bien que cela ne portait pas ses fruits. Paolo serait contraint un jour de laisser Lucrezia, ces échappatoires ne faisaient que de retarder cette séparation. Cesare le comprenait, le départ d’Aliénor était proche…Son palefrenier finit par se calmer ou du moins se dégager de son étreinte pour sécher ses larmes et le remercier. Le cardinal resta silencieux et fixait Paolo. Il voyait bien que son ami n’était pas dans un état pour travailler.

    « Je te dispense de travail pour aujourd’hui. Profites-en pour te changer les idées. »

    Borgia pouvait se dispenser de ses animaux le temps d’une journée. De toute façon il ne quittait pas Rome aujourd’hui. Il risquait de rester au Vatican pour des affaires religieuses. Rien de bien intéressant en ce moment. Toujours en regardant Paolo et se préoccupant de son état, il reprit alors la parole :

    « Tu sais quoi faire ? Il ne faut pas dans ce genre de circonstances s’apitoyer sur son sort. »

    Le cardinal en savait quelque chose surtout quand il était révolté des décisions de son père et même malheureux. Il gardait tout au fond de lui et tentait tant bien que mal d’avancer. Ce genre de sentiments à long terme chez Cesare se transformait en haine et en vengeance c’est pourquoi il continuait à vivre parce que la vengeance l’habitait. Hors, ce n’était pas lui qui avait besoin d’une aide mais Paolo. Son ami était beaucoup plus faible que le clerc. Il attendit patiemment la réponse du palefrenier.



Rodrigo: « Ne laisses pas l'envie diriger ton cœur. »
Cesare : « Donc je suis le gardien de mon frère ? »
Rodrigo : « Oui, il a besoin de toi. Comme conseiller, comme soutien, comme cardinal. »


Revenir en haut Aller en bas

«»
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: « Confidences d'un cardinal » - Paolo   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Confidences d'un cardinal » - Paolo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Arrivée de Lylla Cardinal d'Eirbal, Dame de Petit Mesnil
» [UPTOBOX] Les Charlots en folie : À nous quatre Cardinal! [DVDRiP]
» Combat de Paolo de Selena contre Cassios
» Tournoi des V1: Christophe du Lynx (xxx) // Paolo de la Charite Aglaïa (Selena)
» Haiti-église-dialogue : Le cardinal s'est posé sur un arbre ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Borgia ::  :: Rome :: Les cuisines-