† N'ayez pas foi en eux †
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand un masseur se fait frapper. [ PV ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Quand un masseur se fait frapper. [ PV ]   Mar 15 Mai - 23:52

Borgia regardait légèrement le lit puisqu'il avait la tête baissée, lâchant un léger soupir avant de la lever doucement vers son ami. Non, c'est vrai, il n'a pas besoin de s'excuser, ce n'est pas de sa faute s'il s'est épris de son soldat et qu'il a de l'affection pour son page. On ne choisit pas vraiment ses sentiments et la personne. Quoi qu'il en soit, il préférait ne rien dire pour l'instant, laissant parler son ami en le regardant un peu. Juan vient doucement mettre sa main sur la sienne, celle qui était en train de caresser sa joue, il joue légèrement et il aime savoir qu'il est là pour lui, malgré ce qui s'est passé. Il a vraiment une bonne âme pour vouloir encore lui parler et de ne pas lui crier dessus. Ça lui réchauffe le corps même. Il tient doucement sa main qu'il fait légèrement tombé sur le drap du lit en l'écoutant puis fronce un peu les sourcils. Il n'a pas envie d'aller le retrouver. Certes, il y a un problème, mais ce problème peut attendre, car de toute manière, il n'y a rien à dire. C'est à Luigi de présenter ses excuses et quant à Borgia, il n'a rien à se reprocher face à son soldat. Il préfère attendre de voir si celui-ci va venir présenter ses excuses, lui qui se croit si bon, ce n'est plus vraiment le cas. Il a changé de comportement depuis leurs relations, Luigi n'est plus le même. « Non, ça ira. Je préfère le laisser tranquille pour l'instant. » Il serre légèrement la main en le fixant dans les yeux. Pour l'instant, il préfère rester au côté de son ami. Oui, s'il tenait vraiment à lui, il n'aurait pas voulu tuer son page, sachant que c'est l'un de ses amis. D'un côté, ça prouve qu'il tient à lui, mais tout de même.

Il s'approche en souriant de manière légèrement vicieuse. « Je ne sais pas. » Borgia se place soudainement sur Diego se place sur lui un peu puis tire doucement la couverture et commence à détacher le pantalon de son page. « J'aimerais seulement qu'on oublie cette histoire. Ça va finir par me donner la migraine. J'aimerais aussi rester à tes côtés, tu ne veux pas ? » Il tire mieux la chemise en passant de façon délicate ses mains sur le corps de son amant. C'était plutôt étrange, il y allait de façon très douce, il en a pas vraiment l'habitude, cela fait changement, mais ça doit être sûrement plaisant pour la personne devant lui, changement des gestes sauvages. Il regarde vers le pantalon puis regarde ensuite vers Diego, peut-être qu'il en avait pas envie, c'est normal après tout ce qu'il a traversé aujourd'hui et qu'il se sent peut-être trop faible pour cela. En attendant, d'avoir un signe s'il veut ou non, Borgia détache son haut et vient se coller à son ami en l'embrassant dans le cou.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
Diego C. Colomb

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Fire&Blood, Aryak
  CÉLÉBRITÉ : Shiloh Fernandez
  PARCHEMINS : 151
  ARRIVÉ(E) À ROME : 29/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Quand un masseur se fait frapper. [ PV ]   Mer 16 Mai - 0:38

    Diego lui caressa la joue quand il sentit Juan poser la sienne dessus. Il le regarda et attendit une réponse de sa part. Son ami préférait le laisser tranquille, le jeune homme n’allait pas insister la dessus. Après tout cela ne le regardait pas. Il essaya de déculpabiliser ainsi. Il ne connaissait pas Luigi et donc il n’avait pas à se préoccuper de sa vie. Pour changer les idées et tenter de faire sourire Juan, il demanda si les infirmières allaient lui apporter de la pâte d’amande. Il avait dit ces paroles de façon angélique presque enfantine. Son ami semblait voir ce genre de friandises d’une autre façon. Ce dernier fit apparaître un sourire sur son visage ce qui lui fit plaisir à voir. Le gonfalonier répliqua qu’il ne savait pas et se mit à califourchon sur lui. Délicatement, il fit glisser la couverture pour défaire son pantalon. Diego le regarda dans les yeux, il sentait déjà l’envie lui venir.

    « Bien, comme tu voudras n’en parlons plus. Oui, bien sur que je le veux. »


    Colomb appréciait le gonfalonier, il était son ami et ne souhaitait pas se séparer d’une si bonne compagnie. Il se laissa caresser, des frissons lui parcourut le dos. Le jeune homme pu constater la douceur de ses gestes, cela changeait de la dernière fois. Bien que finalement, les différentes manières lui plaisaient, il appréciait cette douleur. Juan semblait vouloir prendre soin de lui et de se changer les idées alors autant le faire pour obtenir un peur de tendresse mutuelle. Borgia enleva son haut et se colla à lui pour l’embrasser dans le cou. Il se mordilla la lèvre inférieure. Au fond, Diego était rassuré que Juan le désire malgré qu’il était en mauvais état, il avait peur de ne plus être désirable. Le page se frotta légèrement au corps, torse de Juan du mieux qu’il pu afin de faire augmenter la tension entre eux. Il lui adressa un petit sourire en coin. Avec sa main encore disponible, il attrapa le pantalon de son ami pour le lui défaire lui aussi et passer sa main dedans. Il prit plaisir à réveiller l’envie sur son partenaire. Il regardait Juan avec toujours ce sourire en coin :

    « Finalement, je vais l’avoir ma sucrerie. »

    Il se dressa et s’empara de ses lèvres afin de caresser sa langue avec la sienne. Diego sentait l’envie lui monter, il aurait été beaucoup plus habile s’il n’était pas infirme. Il espérait d’ailleurs que Juan continue dans la douceur pour ne pas lui faire mal.


Revenir en haut Aller en bas

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Quand un masseur se fait frapper. [ PV ]   Mer 16 Mai - 1:52

C'était l'occasion pour Juan de penser à autre chose pour l'instant, il ne voulait pas continuer à désespérer pour l'instant, ce n'est pas lui et la situation est déjà assez démoralisante et donc, il profite donc de ce que Diego lui demande à propos de la pâte d'amande pour tourner cela en amusement. Pourquoi pas après tout. Ils sont seuls, personne alentour d'eux et ça permettra de sourire et non d'avoir un visage triste. Il commençait donc à retirer doucement la couverture en venant défaire le pantalon de son ami, se demandant si lui aussi il en avait envie ou non. Et il aurait très bien compris, si cela ne serait pas le cas, mais il semble qu'il se laisse faire, c'est bon signe puisque son but ce n'est pas de le rendre plus mal qu'il ne l'est déjà, sinon pourquoi l'aurait-il défendu. Il tient à lui, rare sentiment que Borgia éprouve envers les gens, les personnes sont assez rares aussi. Juan sourit donc à nouveau en venant se coller à lui, déposant quelques baisés dans le cou de Diego. Et même s'il est en mauvais état, il reste qu'il possède toujours ce petit charme. Il se mordille légèrement la lèvre en voyant que Diego se frotte doucement à lui ce qui lui permet de continuer dans ce qu'il va faire. Il se redresse légèrement et aide Diego à défaire son propre pantalon puis lui sourit un peu. Le regardant le toucher de la sorte et vient caresser légèrement son bras. « Je crois bien que oui, tu l'as mérité. » Dit-il en lâchant un léger sourire coquin.

Juan retire leurs vêtements comme il peut, n'étant blessé qu'à la main, il peut encore l'utiliser malgré la blessure dans la paume de sa main. Ils se retrouvent rapidement nu puis passés sous les couvertures en le regardant. Il se frotte mieux au corps de son partenaire, en essayant de ne pas lui faire mal davantage, s'il venait à lui faire mal, il suffirait qu'il lui fasse comprendre puisque ce n'est pas son intention. Borgia vient doucement vers son oreille. « Laisse-moi mener la danse. » Il lèche sa joue pour rire un peu puis descend entre les jambes de son ami pour faire ce qu'il a à faire. Il fit cela durant de longues minutes avant de remonter puis de recommencer à mieux se frotter en venant le préparer avec sa main non blessé. Borgia observe un peu les réactions de ce dernier, pour voir si cela lui fait mal ou non, s'il prend du plaisir aussi tout en se concentrant ce qu'il est en train de faire, venant se placer, entrant finalement en lui.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
Diego C. Colomb

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Fire&Blood, Aryak
  CÉLÉBRITÉ : Shiloh Fernandez
  PARCHEMINS : 151
  ARRIVÉ(E) À ROME : 29/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Quand un masseur se fait frapper. [ PV ]   Mer 16 Mai - 22:52

    Diego s’était frotté à Juan dans le but de l’excité, ce dernier finit par lui enlever son pantalon. Le jeune homme se laisse faire avec un petit sourire aux lèvres. Borgia lui caressa également le bras tout en lui disant qu’il avait mérité sa sucrerie. Il regarda ensuite son ami se déshabiller devant ses yeux, il le matait en silence. Juan était vraiment un bel homme, dommage que ses mains étaient dans un sale état il l’aurait sûrement caressé. Le fait que Juan aille sous la couverture et se frotte à lui ne faisait qu’accroître son envie de se faire posséder. Il avait envie que son maître prenne possession de son corps et lui fasse le plus grand bien. Le capitaine était déterminé à prendre les commandes. Diego n’était pas contre, surtout pas dans cet état. Il désirait voir Juan le dominer tout comme la première fois, il laissait voir l’homme viril qu’il était. Bien évidemment, aujourd’hui ils devraient y aller doucement. Colomb avait encore mal suite aux coups subit. Il hocha de la tête pour affirmer qu’il le laisser prendre les devants. Il avait hâte et brûlé d’impatience. Borgia lui lécha la joue avant de descendre en bas. Colomb fut surprit sur le coup, non pas qu’il ne s’y attendait pas mais parce qu’il passait de la douleur à une sensation de plaisir. Il frissonna et gémit au contacte de la lèvre de Juan. Diego passa quand à lui sa main valide dans les cheveux de son ami et appuya légèrement pour accentuer le geste. En effet, sa sucrerie était délicieuse et c’était bien loin d’être terminé. En effet, le capitaine finit par se redresser auprès quelques longues minutes de plaisir. Diego en redemandait. Il embrassa langoureusement Juan et de sa main lui caressa le bas tout en le regardant dans les yeux. Il savait qu’il devait laisser à son maître le soin de prendre les devants mais, il voulait lui faire un peu plaisir du mieux qu’il pouvait. Il accéléra son mouvement et sentit Juan prendre le dessus. Il le préparait. Son souffle se fit saccader. Ce fut cependant quand son ami passa véritablement à l’action qu’il apprécia davantage. Diego embrassa Juan dans le coup et sur les épaules avant de finalement lui embrasser le torse. Durant le moment intense, le jeune homme montra toute sa satisfaction par des gémissements et baisers. Cette journée était l’une des journées les plus bizarre qu’il avait vécu mais, la fin était des plus enviable.


Revenir en haut Aller en bas

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Quand un masseur se fait frapper. [ PV ]   Mer 16 Mai - 23:24

L'ambiance commençait à devenir de plus en plus chaude dans la pièce, leurs corps blessés physiquement et moralement commençaient à se transformer en excitation, voulant à tout prix oublier cette douleur intense qui parcourt le corps et l'esprit. Juan voulait penser à autre chose, donner du plaisir à son ami, le faire sentir vivant, car il l'était toujours et qu'il avait envie de lui faire comprendre que malgré tout cela, il était encore présent pour lui et qu'il sera toujours là. Ce n'était pas pour rien que Borgia l'avait sauvé, c'est son ami, il est un peu plus qu'un ami. Ils s'entendent très bien ensemble et il n'y avait aucune raison pour qu'il le laisse dans ce piteux état. Il s'était donc mis à le caresser, préparant son ami à ne pas trop souffrir durant l'acte, étant déjà blessé, ça lui aurait fait mal davantage. Cette fois-ci, il n'ira probablement pas de façon trop sauvage, sauf s'il lui demande. Il le caressa avant de descendre entre ses jambes pour lui faire la fameuse sucrerie puis sourit, en tout cas, essaya de sourire, quand il remarqua que son partenaire semblait apprécié ce qu'il était en train de faire. C'était donc bon signe, alors qu'il remonte en souriant pour venir le préparer. Il prolongea d'ailleurs les baiser de son tendre ami, poussant quelques gémissements au contact de sa main sur son intimité. Borgia sourit pour ensuite se placer et commencer des mouvements en lui, plutôt lent au début, accélérant au fur et à mesure pour donner tout de même du plaisir aux deux. Il se colle bien à Diego en lui caressant doucement les cheveux et l'embrassant par moments. L'acte était des plus sensuelles, de la passion et de la tendresse. C'était différent des autres moments et des deux premières fois avec lui, mais tout autant plaisant et fort agréable. Ses mouvements se faisaient parfois très rapides, quelques coups secs, parfois très lents, le temps de savourer l'ébat entre eux et les contacts de la peau, lui donne des frissons de plaisir. Le fils du pape attrape doucement ses jambes pour les levés un peu en continuant le tout. Borgia mélangea ses gémissements à ceux de son partenaire jusqu'au bout.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas

«»
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Quand un masseur se fait frapper. [ PV ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand un masseur se fait frapper. [ PV ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Quand le besoin se fait sentir [Syrius]
» Quand l'envie se fait urgente. ♠ Le 19-10 2010 à 3 heures 38
» Quand l'attente se fait longue [PV : Holly] [Clos]
» Quand l'ennui se fait ressentir...
» Quand l'espoir se fait rare, il y aura toujours une nouvelle qui la renforcera. {PVC le clan}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Borgia ::  :: Rome :: Les Appartements-