† N'ayez pas foi en eux †
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rencontre fortuite [ PV ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

«Invité»
Invité


MessageSujet: Rencontre fortuite [ PV ]   Mar 22 Mai - 19:00

Christophe Colomb était arrivé depuis deux jours à Rome. Il avait d’abord passé du temps avec son fils qu’il n’avait pas vu depuis un certain moment. Il logeaient dans une belle taverne du centre. Peut être qu’il chercherait un hôtel à louer plus tard, mais ce n’était pas priorité. Il voulait d’abord savoir s’il allait rester plus longtemps, sans doute. Il voulait voir un peu plus Diego, craignant de passer trop de temps loin de lui. Mais d’un autre côté, la mer c’est son élément, et il ne reste jamais très longtemps en place. D’ici peu, il voudra probablement repartir sur son navire, à l’aventure. Retourner au Nouveau Monde, cette terre qui n’a pas encore été corrompue par la civilisation occidentale. Il avait accompli quelque chose de très grand dans sa vie, et peu de gens pouvait en dire autant. Mais son problème, c’était qu’il n’était jamais satisfait, il en voulait toujours plus. Il ne cessait de se donner de nouveaux défis, de repousser les barrières et les limites. Il voulait avoir plus, voir plus loin, connaître davantage. Ce besoin incommensurable de toujours plus le tuera sûrement, mais comme on a qu’une seule vie, il faut vraiment la vivre pleinement. Et il comptait le faire chaque jour un peu plus.

Il avait prévu d’aller voir le souverain pontife pour lui présenter quelques unes de ses cartes. Il n’avait pas prévenu de son arrivée, et n’était même pas que le Pape était au courant. Il n’était pas du genre prévenant. Après tout, lorsqu’il prévoyait quelque chose, ça ne se passait jamais comme convenu. Et puis, si le Pape n’était pas apte à le recevoir aujourd’hui, il reviendrait demain. Il prit le chemin du Sacré Palais, plusieurs rouleaux sous le bras. Il n’en avait que quatre, gardant le reste pour une prochaine rencontre. Il ne fallait pas dévoiler toutes ces merveilles d’un coup, ce serait une grave erreur. Il entra dans le palais et remarqua quelques regards. Certaines personnes le reconnaissaient. Le peuple non, seul son nom était répandu. Mais certaines de ces personnes avaient du l’apercevoir à un moment. Quoiqu’il en soit, il les ignora. La vaste entrée était quelque peu impressionnante par son gabarit. Il s’avança doucement, tout en regardant tout autour de lui. Il était habillé en brun, des vêtements de bonne qualité certes, mais avec très peu de signe de richesse. Il préféra l’efficacité à la luxure. Il resta dans un endroit, ne sachant trop par où aller.
Revenir en haut Aller en bas

« LA BELLA FARNESE ❤  »
Giulia Farnese

  NOLI ME TANGERE : All things are permissible, in our dreams
  CRÉDITS : Anarya (avatar.)
  CÉLÉBRITÉ : Lotte Verbeek
  PARCHEMINS : 347
  ARRIVÉ(E) À ROME : 25/01/2012

MessageSujet: Re: Rencontre fortuite [ PV ]   Mar 22 Mai - 20:10

Giulia avait passé l'avant matin à être dans le bureau de Rodrigo Borgia. Il n'y avait que ces deux-là, où ils parlaient tout particulièrement de l'argent et la banque du Vatican où elle lui racontait que certains cardinaux abusent un peu sur leur excès. Ils étaient peut-être des hommes d'Église dans leur tenue rouge, mais en dehors de cela, on pouvait surtout les apercevoir dans les bordels les plus populaires de la ville, même dans certaines tavernes. Elle parlait que cet argent pouvait servir à bâtir un refuge pour faire un orphelinat, beaucoup d'enfants se retrouvent dans la rue et meurent de faim. Elle est très touché par cette cause, d'ailleurs, elle avait demandé de l'aide à Lucrezia et à Vanozza, mettant leur haine de côté pour venir en aide à ces enfants. Rodrigo trouvait cela une bonne idée puisqu'il lui a confié une partie des gestions de la banque à sa Bella. Il lui fait totalement confiance, Farnese ne peut pas non plus lui en vouloir, s'il avait refusé, mais étant donné qu'elle n'est pas une ennemie des Borgias, cela aurait été légèrement étrange. Cependant, il lui avait confié lui-même la gestion avec le cardinal qui s'en occupe déjà. Ainsi, elle pouvait savoir où allait l'argent et en reportait les faits au pape. Elle était ravie de pouvoir venir en aide à ses enfants qui en ont grandement besoin plus que les cardinaux qui se promènent de bordel en bordel.

Quoi qu'il en soit, elle termina finalement la réunion puisqu'il avait autre chose à faire durant la journée, sûrement avec ses fils ou encore les cardinaux. Un serviteur arrive soudainement pour avertir que Christophe Colomb est présent, à l'improvise, ce qui ne réjouit pas forcément Rodrigo, mais fait signe qu'il arrangera la rencontre dans les plus brefs délais. Giulia s'incline légèrement devant le pape avec un léger sourire et lui dit qu'elle s'en occupera. Elle finit par sortir de la pièce et commence à marcher, les mains sur son ventre, la tête légèrement haute et se met à marcher dans un couloir. La jeune femme approche d'une pièce où se trouve un homme qui semble plutôt perdu. Cela devait peut-être que c'était lui, le grand découvreur. Farnèse pénètre dans la pièce en souriant légèrement tout en approchant, laissant paraître qu'elle est présente dans la salle en faisant claquer légèrement la porte. « Êtes-vous perdu ? » Dit-elle d'une voix douce et agréable. La belle s'approche de quelques pas de l'individu.


« Beauty can be deadly, when well used »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

«Invité»
Invité


MessageSujet: Re: Rencontre fortuite [ PV ]   Mar 22 Mai - 20:45

Colomb observait les dorures bien visibles, et le marbre. Effectivement, ce qu’il avait entendu dire sur Rome était bien réel. Le luxe du Sacré Collège en était presque indécent quand on observait le nombre d’individus masser dans les rues à crever de faim et à subir la misère. Les rumeurs étaient nombreuses à courir sur les activités des hommes d’Eglise. Le précédent pape était un modèle de népotisme rare. Innocent VIII avait marqué les esprits par la corruption. Le successeur avait connu de nombreuses difficultés, cela va sans dire. Les espagnols ont toujours été mal perçus en Italie, d’autant plus quand ils convoitent le titre de souverain pontife. La réalité était pourtant toute autre. Les cardinaux étaient principalement issus des grandes familles italiennes et ne voulaient pas voir siéger d’étrangers sur le trône de Saint Pierre. Alexandre VI aurait pu venir de France, comme d’Angleterre ou du Portugal, les choses auraient été pareilles. Ce n’est pas tant le nom qui choque, ni même les enfants ou les mœurs légères, c’est la nationalité. Car des papes avec des maîtresses et des bâtards, il y en a eut et il y en aura toujours. Ca fait presque parti du rôle maintenant, et tout le monde s’y habitue. Pointer du doigt ces comportements, c’est juste une excuse d’une rare hypocrisie.

En parlant de maîtresse, alors que Christophe s’attardait sur les ornements de la salle qui n’était que l’entrée –alors imaginez la suite – une jolie rousse fit son apparition. Son visage angélique était d’une extrême douceur. Ses yeux bleus pouvaient en envouter plus d’un. D’ailleurs, son entrée ne passait pas inaperçue. De nombreux cardinaux se retournèrent vers elle. Nul n’ignorait désormais l’influence de cette femme qui avait tous les charmes nécessaires pour conserver sa place tant convoitée. Elle s’approcha de lui dans une silence désarmant. « Êtes-vous perdu ? ». Sa voix mélodieuse entraîna un sourire charmeur sur les lèvres du Colomb qui savait parfaitement bien à qui il avait à faire. La réputation de la jolie demoiselle dépassait très largement les frontières du Vatican, et nombreuses étaient les femmes qui la jalousaient. Quand aux hommes qui la désiraient, le nombre était bien trop difficile à calculer. L’explorateur s’inclina, saisissant doucement la main de la jeune femme pour venir y déposer un baiser. Il se redressa lentement, tout en posant son regard malin sur son interlocutrice. « En effet … Bella Farnese. ». Il ignorait si elle connaissait son nom, mais il préféra éviter de retourner les présentations. Peut être qu’une once de fierté viendrait réchauffer a poitrine si tel était le cas. Il avait répondu tout en terminant de se redresser, il effectua une légère caresse du dos de la main de la Bella à l’aide de son pouce, avant de la lâcher. Il jeta un regard autour de lui comme pour appuyer ses prochains propos : « J’aurais souhaité présenter quelques cartes au Souverain Pontife … Peut-être pourriez-vous m’aider ? ». Il n’avait toujours pas la certitude d’être reçu. Il serait même ravi de passer le reste dans la journée en compagnie de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas

« LA BELLA FARNESE ❤  »
Giulia Farnese

  NOLI ME TANGERE : All things are permissible, in our dreams
  CRÉDITS : Anarya (avatar.)
  CÉLÉBRITÉ : Lotte Verbeek
  PARCHEMINS : 347
  ARRIVÉ(E) À ROME : 25/01/2012

MessageSujet: Re: Rencontre fortuite [ PV ]   Mer 23 Mai - 1:53

La jeune femme vêtue d'une robe longue, elle était de couleur mauve foncé, sur les bras, les bandes étaient d'or avec quelques petits motifs. Il y avait aussi un peu de dentelle blanche sur le devant de sa poitrine et derrière le dos. Pour bijoux, elle avait des perles sur les oreilles, une serre alentour de son front avec de petites perles aussi et un magnifique collier qui glisse jusqu'à son décolleté avec un beau bijou. Elle était des plus ravissantes, elle n'était pas que la maitresse d'un pape et l'épouse d'un Orsini, c'était une femme avant tout, qui prend soin de son apparence, mais elle est aussi une femme très intelligente qui s'est se montrerdiplomate et ambitieuse. Elle sait comment parler aux gens, même s'il faut, elle les manipule comme il se doit, mais de façon plutôt discrète. Beaucoup peuvent la sous-estimé, mais c'est bien là le problème, ce n'est pas qu'une simple femme et elle cache très bien son jeu, fin, si seulement il y en avait un peu. Farnèse consacre beaucoup de son temps à satisfaire le pape et à le rendre davantage heureux, tout comme leur petite Laura dont sa belle-mère Adriana, s'occupe depuis quelques jours, car Giulia a pour projet de faire bâtir un orphelinat et aider les enfants qui sont dans la misère et dans la rue. C'est beaucoup de travail tout ça. Fort heureusement, qu'elle a l'ambition et l'aide pour cela.

Elle s'était donc dirigé vers la pièce où se trouva un individu, probablement, Christophe Colomb, dont elle a entendu parler plusieurs fois son nom, ce qu'il a accompli. C'est fort impressionnant d'ailleurs. Giulia ne remarqua guère les regards posés sur elle, c'était une habitude à la longue, les gens se tournaient vers la Bella, admirant son allure et sa grâce, d'autres auraient voulu la voir loin d'ici, car elle a tout de même plus de pouvoir que tous réunit. La jeune femme demanda s'il s'était perdu tout en s'approchant de lui avec un léger sourire. Il semblerait qu'il la connaît, sûrement de nom peut-être. Farnèse le regarde dans les yeux, elle admira cet homme courageux de parcourir le monde et de découvrir des îles. Elle l'observa, lorsqu'il vient déposer un baiser sur sa délicate main et elle eut un léger frisson de cette petite caresse, mais retira doucement sa main. « Je crains que sa Sainteté soit occupée pour la journée. Il prendra rendez-vous avec vous mon seigneur, le plus tôt possible, un message vous sera envoyé. » Giulia s'incline légèrement devant Colomb puis approche légèrement de la fenêtre avant de se tourner vers lui. « Il faut dire, que vous n'avez prévenu personne. » Elle l'observe doucement et les rouleaux l'intrigue beaucoup puis décide de s'approcher de nouveau de lui en tournant doucement le bout de l'un d'eux en le regardant, l'air curieuse.


« Beauty can be deadly, when well used »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

«Invité»
Invité


MessageSujet: Re: Rencontre fortuite [ PV ]   Mer 23 Mai - 10:22

Christophe sentit une petite pointe de fierté. Il était compétiteur, et attirer l’attention de la plus jolie femme de Rome l’espace de quelques instants gonflait évidemment son égo. Il fallait dire que la jeune femme devait drôlement s’ennuyer dans sa prison de barreaux d’or. Être la maîtresse d’un homme près de la mort devait être peu agréable, d’autant plus qu’il était pape et que son comportait déclenchait de nombreuses polémiques. Et puis avec qui pouvait-elle discuter en dehors des hommes en robes rouges ? Le Vatican devait être ennuyeux à mourir. Lui-même ne s’imaginait pas vivre ici, toujours au même endroit. La vue ne changeait jamais, les gens non plus. Que pouvait-elle envisage de faire ? Certes, elle était puissante et influente auprès du souverain pontife. Mais était-ce une position réellement enviable ? Des conflits à longueur des journée, des barrières et des limites constantes empêchant de pouvoir être visionnaire et d’imaginer toujours plus. Quelque part, il n’enviait pas du tout toutes ces personnes certes puissantes, mais cloitrées dans un monde qui ne bougeait plus et qui ne connaissait plus le mouvement.

La Bella retira doucement sa main de son étreinte, comme pour signaler que le geste était trop risqué. Mais il en fallait plus pour déstabiliser ou même décourager le Colomb. Cette attitude la rendait encore plus attirante à ses yeux. Il ne devrait sans doute pas avoir de telles pensées, mais c’était plus fort que lui. Il ne pouvait pas refuser un défi. « Je crains que sa Sainteté soit occupée pour la journée. Il prendra rendez-vous avec vous mon seigneur, le plus tôt possible, un message vous sera envoyé. ». Il s’y attendait quelque part. Il était parti sans d’espoir pour le rencontrer aujourd’hui, mais il n’était pas pressé, et encore moins découragé. Il préféra donc répondre simplement : « Ce doit être un homme très occupé. ». Trop occuper pour prendre soin d’une telle femme, mais il garda la pensée pour lui-même. Trop d’oreilles traînaient par ici, et puis elle ne tolérerait peut être pas ce genre de paroles. Du moins, pas encore. Alors que la jeune femme est près de la fenêtre, elle ajoute « Il faut dire, que vous n'avez prévenu personne. ». En effet, mais il n’était pas dans ses habitudes de prévenir voir-même de prévoir. Avait-il planifié sa découverte ? Certes non. La planification était la mort de la spontanéité, et il exécrait un tel mode de vie. Bien entendu, avec le souverain pontife il était nécessaire de s’annoncer précédemment, mais ce sera chose faite après cette rencontre. Il reviendra, voilà tout. Il esquissa un léger sourire tout en affirmant « Je préfère l’inattendu. ». Comme cette rencontre inattendue qui n’aurait sans doute pas eut lieu s’il s’était fait annoncer précédemment. Il laissa la Bella venir caresser l’une de ses cartes, lançant un appel de curiosité. Ses longs doigts fins firent tourner l’un des rouleaux sous le bras du Colomb qui observa la Farnese pendant quelques instants, histoire d’être sûr de bien saisir le message. Et puis, il demanda « Peut-être pourrai-je vous montrer ce que j’ai apporté ? ».
Revenir en haut Aller en bas

« LA BELLA FARNESE ❤  »
Giulia Farnese

  NOLI ME TANGERE : All things are permissible, in our dreams
  CRÉDITS : Anarya (avatar.)
  CÉLÉBRITÉ : Lotte Verbeek
  PARCHEMINS : 347
  ARRIVÉ(E) À ROME : 25/01/2012

MessageSujet: Re: Rencontre fortuite [ PV ]   Mer 23 Mai - 23:21

Lorsqu'elle avait aperçu l'une des domestiques du pape qui annonce les visites, Giulia se doutait bien que celui-ci allait se faire envoyer, étant donné la journée que son cher amant avait prévue. Il n'avait guère le temps, même si cela était pour le merveilleux navigateur Christophe Colomb. Cet homme n'a pas fait acte de présence, il n'a averti personne qu'il passerait au Vatican pour rencontrer le pape. Ne savait-il pas qu'il faut prendre rendez-vous avec Sa Sainteté? C'est quelqu'un de fort occupé, surtout lorsqu'on connaît ses activités. Quoi qu'il en soit, la jeune femme avait pris la décision d'aller annoncer elle-même au vice-roi qu'il ne sera pas disponible pour la journée. Elle lui avait donc annoncé que ce dernier n'était pas en mesure de recevoir ce genre visite en cette journée chargée et lui faisait remarquer qu'il ne s'était pas annoncé non plus. La Bella ne dit rien à sa phrase, oui, c'est un homme fort occupé. Il devait donc s'en douter déjà. Elle s'était ensuite rapproché de lui avec un léger sourire et l'air curieux. Giuliatoucha doucement le bout de l'un des quatre rouleaux. Elle était curieuse de savoir de ce dont il s'agissait, probablement des cartes, mais des cartes de quoi. Elle laissa glisser sa main tout le long du rouleau en l'observant dans le calme. « J'en serais fort ravi que vous pussiez me montrer ce que vous cachez à l'intérieur de cela. » Elle recule de quelques pas puis se dirige vers une table tout près d'eux.

Lorsqu'il déposa enfin les rouleaux sur la table. La Bella vient en tirer un doucement en le rouleau un peu sur le côté puis lève la tête vers le bel homme qui est en face d'elle. « De quoi s'agit-il ? » Giulia observa l'homme lorsqu'il commença enfin à dérouler l'un de ses rouleaux puis elle leva un peu la tête pour mieux voir quand il déroulait. C'était une carte, très belle carte. Farnèse passa doucement sa main sur le papier en regardant Colomb. Elle retire doucement sa main puis le regarde. Il allait sûrement lui expliquer pour avait-il ses cartes en sa possession. Elle était toute à l'écoute de ses moindres mots, elle voulait en savoir plus et espérait qu'il lui raconte ses aventures. Giulia en serait fasciné et elle l'est déjà par tout ce qu'il a accompli et le respecte pour son travail. Elle ne l'avait jamais rencontré, mais elle avait déjà rencontré une ou deux fois son fils, Diego, qui travaille pour l'un des fils du pape, Juan Borgia. Et qui d'ailleurs, il a une boutique au marché, vendant des choses qui proviennent d'un peu partout où il a visité avec son père ou seul.


« Beauty can be deadly, when well used »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

«Invité»
Invité


MessageSujet: Re: Rencontre fortuite [ PV ]   Jeu 24 Mai - 9:48

Il n’était pas venu ici pour présenter ces cartes à de simples cardinaux, mais bien au souverain pontife. Mais montrer ce qu’il avait apporté à la Bella ne le dérangeait pas le moins du monde. Il fallait bien l’avouer, l’explorateur avait découvert que son œuvre et que ses découvertes avaient tendance à attirer les femmes cultivées. Non pas qu’il s’en servait abusivement pour parvenir régulièrement à ses fins. Il l’avait fait, une fois ou deux. Mais la plupart du temps, il évitait de sortir ses cartes pour les montrer à tout le monde et n’importe qui. C’était le travail d’une vie, d’un hasard qui était tombé sur lui, et il ne voulait pas le partager avec des personnes qui n’étaient pas dignes de cela. Mais la Bella Farnese avait quelque chose de très captivant. Il ne s’agissait pas de n’importe qui, mais probablement de la plus belle femme de la péninsule italienne. Alors lorsqu’elle accepta de découvrir les documents apportés par le Colomb, « J'en serais fort ravi que vous pussiez me montrer ce que vous cachez à l'intérieur de cela. », il en fut évidemment très satisfait. Il fut en revanche très déçu de rester dans cette pièce où le public ecclésiastique restait très nombreux. Il n’en laissa rien paraître et s’approcha de la table où il déroula sur de ses cartes. On pouvait y voir l’Europe d’un côté, avec un trait extrêmement précis, et le Nouveau Monde de l’autre côté de l’océan. Le tracé était moins détaille. La nouvelle terre s’élargissait en triangle au fur et à mesure qu’elle s’éloignait de l’océan, et des petites îles par-ci par-là à l’extrémité est. On pouvait y voir un long trait dessiné, la séparation décidée par le traité de Tordesillas pour séparer les espagnols des portugais. Le regard du navigateur brillait à la vue de cette carte, il avait tellement hâte d’y retourner. « De quoi s'agit-il ? ». La jeune femme passa doucement sa main sur le papier que le Colomb enviait à ce moment prévis, il aurait bien aimé avec cette douce main sur sa peau lui aussi. Quoiqu’il en soit, il ne prit pas la peine de présenter l’Europe qu’elle devait d’ores et déjà connaître. Il se concentra sur la partie de l’autre côté de l’océan Atlantique. Il présenta un bout de terre où était noté San Salvador. « C’est ici que nous avons accosté lors du premier voyage. ». Il passa sa main le long de son menton comme s’il pensait déjà à son prochain voyage. Il avait beaucoup d’idée, mais il voulait surtout cartographier plus en détail.

Il passa son doigt le long du trait du traité pour le signaler et en rappela simplement les principaux faits. « Et la ligne de démarcation décidée par Sa Sainteté entre les Espagnols et les Portugais. ». On pouvait y voir que les espagnols y étaient avantagés dans un sens, puis qu’on avait pas trouvé l’autre extrémité des nouvelles terres et qu’ainsi, ils pouvaient avoir accès à un espace encore plus grand. Isabelle la Catholique avait eut raison de demander au Pape dans quelles mesures la colonisation pouvait avoir lieu. Il passa ensuite son doigt le long des cotes, puis se redressa, toujours les yeux posés sur le bout de papier. Il en était moyennement satisfait. Maintenant que cette incroyable événement était au bout de ses doigts, il se rendait compte qu’il y avait encore beaucoup à faire et qu’il avait hâte d’y retourner. E qu’il avait découvert le dépassait totalement, comme cela dépassait toute l’humanité. Mais il voulait que son œuvre soit plus grande, plus importante, plus remarquable encore. Il voulait que la postérité retienne son nom. Il regarda ensuite la Bella. « Veuillez excuser l’imprécision du tracé, il y a encore beaucoup à faire comme vous pouvez le constater. ». Il voulait embarquer bien plus de cartographes cette fois, et des érudits qui prendraient en note de nombreuses choses. Faire des herbiers, écrire les coutumes des populations locales … Il voulait ramener des traces écrites de ce qu’ils voyaient.
Revenir en haut Aller en bas

« LA BELLA FARNESE ❤  »
Giulia Farnese

  NOLI ME TANGERE : All things are permissible, in our dreams
  CRÉDITS : Anarya (avatar.)
  CÉLÉBRITÉ : Lotte Verbeek
  PARCHEMINS : 347
  ARRIVÉ(E) À ROME : 25/01/2012

MessageSujet: Re: Rencontre fortuite [ PV ]   Jeu 24 Mai - 13:10

La jeune femme était intriguée par ses rouleaux. Qu'est-ce qui pouvait bien s'y trouver. Elle était bien sûre ravie qu'il puisse lui montrer de quoi il s'agit, bien qu'elle ait déjà un léger doute. Farnèse observa la carte qu'il déroula sous ses yeux. Elle avait passé sa délicate main sur le bout de papier devant elle où elle aperçut plusieurs îles dont l'Italie et l'Europe même. Elle qui n'avait jamais vraiment été très loin, peut-être seulement en France, mais elle connaissait suffisamment l'Italie et les familles pour en détaillent un roi ou même le pape. Comme la fois où Rodrigo lui avait demandé, si Sancia de Naples serait assez bien pour Joffre, alors qu'elle lui avait répondu qu'elle serait parfaite pour Juan et non pour un enfant de dix ans. Hélas, ce choix ne lui revient pas du tout. Elle l'avait tout simplement informé de cela. Giulia aimerait davantage découvrir le monde, mais sa condition ne le permet pas et puis, qui s'occuperait de sa petite Laura? Adriana de Mila, peut-être, mais elle ne lui fait pas une totale confiance malgré tout. Elle reste la belle-mère de son époux Orsino Orsini, cet homme qu'elle n'a pas vu depuis fort longtemps. Quoi qu'il en soit, elle se concentra de nouveau sur le vice-roi face à elle en l'écoutant attentivement. Elle sourit légèrement en se penchant un peu vers la carte pour mieux voir le lieu où l'homme avait accosté lors de son premier voyage. Elle resta silencieuse avant de doucement de se reculer avant de s'apercevoir qu'il y avait plusieurs curieux près de la porte. La Bella approche de Christophe et pose sa main sur son bras doucement. « Veuillez m'excuser, je crois que nous ne sommes pas seuls, les murs ont des yeux. » Elle serre discrètement son bras, s'il pouvait sentir sa main sur lui. Elle le regarde dans les yeux un instant avant de se diriger vers les deux grandes portes dont une était à moitié ouverte. « Excusez-moi messieurs, mais je crois que vous vous êtes trompé d'endroit. » Elle affiche un léger sourire en coin avant de fermer la porte de la pièce sous le regard intrigué des cardinaux. Il est vrai qu'ils n'ont rien à cacher, mais c'est surtout pour être tranquille.

Elle baisse légèrement la tête en soupirant. Ils étaient toujours intrigués par le fait qu'elle soit avec un autre homme, tout aussi jeune et ravissant. De plus, c'était surtout le fait que le pape a une maitresse et des plus belles. Elle barra discrètement la porte pour ne pas se faire déranger avant de retourner auprès de Colomb. « J'en suis fort désolé, ces hommes.. Ils sont partout. » Giulia lui adresse un sourire en se plaçant à ses côtés et non face à lui. « Vos précisions sont très bien mon seigneur. » Elle sourit toujours en regardant de nouveau la carte, en le regardant lui montrer les îles et puis elle vient poser sa main sur la sienne, mais c'était qu'elle ne pensait pas qu'il allait lui aussi la mettre à cet endroit. Farnèse regarde les deux mains et tourne son regard vers celui-ci de Colomb en caressant doucement le dessus de la main de l'homme. Durant quelques secondes, elle la retire enfin. « Pardonnez-moi, je ne devrais pas.. » Elle tourne la tête un peu la baissant légèrement.


« Beauty can be deadly, when well used »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

«Invité»
Invité


MessageSujet: Re: Rencontre fortuite [ PV ]   Jeu 24 Mai - 13:41

La carte était déroulée sur la table. Les cardinaux se pressaient à la porte pour tenter d’en apercevoir le contenu. Évidemment, les cartes de l’explorateur qui a découvert le Nouveau Monde sont d’une valeur inestimables, et ses récits encore plus. Il aimait savoir que son œuvre était convoitée et intéressante, mais il ne voulait pas la partager avec n’importe qui. Et surtout pas avec des cardinaux ennuyants et sans but précis dans la vie, autre que de s’enrichir. Colomb ne faisait pas cela pour l’argent, il faisait ça pour la gloire peut être, mais surtout pour vivre plus fort. C’était difficile à expliquer, mais quand vous viviez ce genre d’aventure, tout était plus intense, vous étiez émerveillé, impatient, et vous vouliez plus. Il espérait avoir transmis cette volonté à son fils Diego en l’ayant emmené lors de son deuxième voyage. Il avait vu dans son regard cette petite étincelle devant ces nouvelles terres. Il fallait être curieux, ouvert et visionnaire pour les admirer telles qu’elles étaient. Et son fils lui ressemblait sur ce sujet, ce qui lui plaisait énormément. Quoiqu’il en soit, la maîtresse pontificale remarqua la présence des cardinaux, ce qui ne sembla pas lui plaire. Ou bien elle avait compris que Colomb n’appréciait pas d’être un spectacle. « Veuillez m'excuser, je crois que nous ne sommes pas seuls, les murs ont des yeux. ». Elle avait posé sa main sur son bras pour le presser légèrement, ce qui plut au navigateur. Cette femme était seule, enfermée dans ce palais doré avec ce vieux Pape. Elle aussi avait besoin de plus, sans aucun doute. Il lui adressa un petit sourire séducteur, puis elle s’en alla fermer la porte aux nez des intrus. « Excusez-moi messieurs, mais je crois que vous vous êtes trompé d'endroit. ». Quelle politesse, quelle patience. Christophe se demandait comment elle en était capable. Lui ne l’était pas. Il n’avait pas de temps pour ces sottises, seulement pour les choses qui en valaient la peine.

Une fois la porte fermée et même barrée, ce qui ne trompait personne, elle revint vers la carte. « J'en suis fort désolé, ces hommes.. Ils sont partout. ». Elle lui sourit et il lui rendit son sourire. Cette femme était décidemment captivante, et son regard avait du en rendre fou plus d’un. Il était légitime de se demander pourquoi elle restait avec un homme incapable de la satisfaire, mais la question était bien trop privée pour que la navigateur la pose. Il répliqua simplement. « Ils vous étouffent. ». L’espace était trop petit pour tant de personnes. Rome était une citée où s’agglutinaient les gens, comment vouliez-vous qu’elle respire ? Quoiqu’il en soit, elle vint se placer à ses côtés. L’explorateur pouvait entendre sa respiration, bien qu’elle fut à peine audible. « Vos précisions sont très bien mon seigneur. ». Déjà, elle se replongeait dans la carte. Il l’observa, alors qu’elle avait les yeux rivées sur les terres de convoitise. Il aimait ce regard, c’était de la curiosité et de l’envie d’ailleurs, et non de la cupidité et de la manipulation. C’était l’une de ses craintes, de voir tous ces hommes puissants venir ruiner sa découverte. Il allait lui montrer une nouvel élément, posant sa main sur la carte, quand elle fit de même. La main de la Bella se retrouva au dessus de la sienne, la caressant. Colomb plongea son regard dans le sien, et l’échange dura quelques secondes. Puis elle retira sa main, s’excusant et tournant la tête, visiblement gênée. « Pardonnez-moi, je ne devrais pas.. ». Elle en avait le droit. Qui l’en empêchait ? Le vieil homme avec lequel elle partageait son lit ? Colomb était capable de lui donner bien plus, et il le savait. Savoir une telle beauté emprisonnée dans ces lieux, c’était un crime. Il répondit : « Laissez-moi vous montrer … ». Il saisit doucement sa main dans la sienne et l’avança sur la carte. Il commença à la glisser de l’Espagne, à travers l’Atlantique, jusqu’aux cotes des terres découvertes qu’il lui fit tracer avec ses doigts. Sa main libre alla délicatement se poser sur la hanche de la Bella, alors qu’il se trouvait à moitié derrière elle. Il approcha sa tête de la sienne, et observa par-dessus l’épaule de la jeune femme ce qu’il faisait avec leurs mains. Alors qu’il longeait les cotes du Nouveau Monde, il murmura : « Lors du prochain voyage, nous irons ici … ». Le nous était très ambigu, il l’employait toujours puisqu’il n’était pas seul, mais bien avec un équipage. Mais qui sait s’il n’incluait pas la jeune femme dans ce nous.
Revenir en haut Aller en bas

« LA BELLA FARNESE ❤  »
Giulia Farnese

  NOLI ME TANGERE : All things are permissible, in our dreams
  CRÉDITS : Anarya (avatar.)
  CÉLÉBRITÉ : Lotte Verbeek
  PARCHEMINS : 347
  ARRIVÉ(E) À ROME : 25/01/2012

MessageSujet: Re: Rencontre fortuite [ PV ]   Jeu 24 Mai - 15:38

La jeune femme était agacée de voir ses cardinaux postés devant la porte comme s'ils avaient la mission de la surveiller, mais de plus, il y avait Christophe Colomb, ce qui ne doit pas aider. Ils devaient sûrement être autant intrigué qu'elle, par ses fameux rouleaux. Elle ne montrait pas vraiment son impatience envers cela, elle avait commencé à s'y habituer à ce genre de situation, mais cela devenait plutôt gênant et peut-être même pour le Colomb. Elle avait donc été fermée les portes et même les barrés, afin d'être sûr de ne pas être dérangé et si cela était important, ils n'auront qu'à frapper dans la porte. Giulia était revenu auprès de lui, se plaçant à ses côtés. « Et je ne peux rien y faire. » Ils l'étouffent, mais cela ne change rien même si elle venait à se plaindre, si ce n'est qu'ils l'étoufferaient de loin. Elle préfère ne rien dire, cela ne sert à rien. Farnèse se contenta de hausser légèrement les épaules en le regardant un peu. Elle continuait de nouveau à regarder la carte et les différentes îles qu'il lui montra. Giulia avait posé sa main sur celle de Colomb et elle avait commencé à la lui caresser de façon tendre. Cependant, elle la retira après quelques instants en tournant doucement la tête. Elle s'excusait de nouveau, car elle ne peut pas. Du moins, elle ne veut pas lui faire croire que c'est le genre de femme à sauter sur tout ce qui bouge et de plus, c'est la maîtresse du pape, pas de n'importe qui. Farnèse leva doucement la tête vers lui lorsqu'il vient lui saisir doucement la main et le laisse faire pour l'instant sans rien dire.

Elle serra légèrement sa main dans la sienne puis pose ses yeux vers la carte, alors qu'il fait glisser la main sur la carte. Elle frissonna un peu en sentant sa main sur sa hanche. Il prend des risques à faire cela, le sait-il qu'elle est inaccessible? Fort heureusement que personne n'était alentour d'eux. De toute manière, elle n'a rien à cacher à qui que ce soit. L'univers est grand, il y a tant de choses à découvrir et lui, c'est un peu ce qu'il fait. Il a découvert le monde et cela doit être fascinant, mais aussi fatigant de voyager d'un bout à l'autre. Et peut-être n'a-t-il apporté autre chose sur lui que des cartes, dans ses bagages. « Ici ? » Giulia se pencha doucement pour mieux voir l'endroit qu'il lui montra pour son prochain voyage. Elle sourit légèrement, elle était assez penchée pour qu'il puisse sentir le derrière de sa robe, ses fesses tout particulièrement sur lui. Elle appuya doucement son doigt sur l'endroit où il lui montra. « On? Vous voyagez avec beaucoup de personnes alors. J'imagine, qu'être seul, cela doit être ennuyant, non ? Sans confort, sans femme, sans affection. » La jeune noble bouge légèrement en souriant un peu lorsqu'elle tourne doucement la tête vers lui. Elle était curieuse de savoir avec qui ou combien de personnes voyage-t-il ?! Le ''on'' s'adressait peut-être à elle, mais elle ne pouvait pas dire grand-chose sur cela. Le pape ne l'autorisera jamais à quitter l'Italie pour aller vivre une telle aventure. Si cela était ennuyant d'être souvent seul. Pourtant, elle pouvait y répondre elle-même, se retrouvant souvent seul sans amant, sans personne.


« Beauty can be deadly, when well used »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

«Invité»
Invité


MessageSujet: Re: Rencontre fortuite [ PV ]   Jeu 24 Mai - 18:36

Une fois la porte fermée, ils se retrouvèrent (enfin) seuls. Sa patience et sa sagesse impressionnait le Colomb qui leur aurait claqué la porte au nez sans un mot supplémentaire. Il faut dire qu’il n’était pas un grand noble, et que ce statut il l’avait acquis depuis peu. Il n’avait pas grandi dans toutes ces manières qu’il trouvait parfois ridicules. Il lui arrivait de se montrer brute parfois, voir vulgaire, bien qu’il avait fait des efforts depuis quelques temps pour paraître plus … civilisé peut être. Alors que la Bella semblait être piégée dans un rôle plus épuisant qu’autre chose. Difficile de trouver de réels avantages à sa position, elle-même ne semblait pas les mettre en avant : « Et je ne peux rien y faire. ». Il n’en fallait pas plus au navigateur pour en déduire qu’elle n’était pas particulièrement heureuse.

Après lui avoir caresser la main, elle se retira rapidement, comme regrettant son geste. Lui ne regrettait pas. Un rapprochement aussi précoce en disant long sur la situation de la Bella. Elle devait se sentir bien seule, insatisfaite, laissée pour compte. Elle se laissa en revanche faire lorsque le Colomb s’approcha d’elle pour lui saisir la main et poser sa main libre sur sa hanche. Le tout se fit avec délicatesse. C’était un marin, fabriqué à la rudesse de l’océan, mais il savait se montrer doux avec les femmes, et non pas brute. Elle suivait du regard leurs mains, retraçant la route jusqu’au Nouveau Monde pour finalement venir s’arrêter sur l’endroit où voulait accoster Colomb lors de son prochain voyage. Elle semblait particulièrement intéressée par ce point précis, puisqu’elle demanda : « Ici ? ». Il acquiesça d’un léger signe de tête, gardant sa main dans la sienne. Elle se penchait pour voir davantage le lieu en question, juste devant lui. La position était évidemment très suggestive. Volontaire ou pas, le navigateur du fortement se concentrer sur la carte pour éviter d’être excité. Il feignait donc de s’intéresser à ses propres propos, essayant d’oublier. Mais une chose était sûr, elle ne se mettait pas ainsi innocemment, c’était un message, et il était bien reçu. Elle se redressa enfin pour se tourner vers lui. Les conditions de voyage semblaient l’intéresser. « On? Vous voyagez avec beaucoup de personnes alors. J'imagine, qu'être seul, cela doit être ennuyant, non ? Sans confort, sans femme, sans affection. ». Un léger sourire se dessina sur les lèvres de l’explorateur. Elle abordait des thèmes significatifs. Il décida de les ignorer dans un premier temps, justifiant l’utilisation du nous lorsqu’il abordait les voyages vers le Nouveau Monde. « J’ai un équipage, un navire n’avance pas seul. ». Et les marins n’étaient pas que des employés, mais certains étaient devenus ses amis. Nul ne pouvait imaginer l’ambiance sur un navire sans l’avoir vécu. Les hommes enduraient les épreuves tous ensemble, et ils avaient découvert tous ensemble également. Ils avaient forcement tissé des liens, et Christophe faisait confiance à certains d’entre eux. Mais il ne la donnait pas à n’importe qui, il fallait sérieusement faire ses preuves. De sa main posée sur la hanche de la jeune femme, il la tourna vers lui, pour se retrouver face à face. Il la dominait d’une bonne tête, et son regard se voulait séducteur. Il tenait toujours sa main. Il murmura : « Il pourrait y avoir une femme … si cela en valait la peine. ». Il s’approcha très doucement de son visage, observant ses lèvres qu’il mourait d’envie d’embrasser. Mais au dernier, il se recula légèrement pour finalement monter sa main vers ses lèvres et y déposer un léger baiser, sans la quitter du regard. Puis il la lâcha et s’éloigna vers la fenêtre pour venir y observer les mouvements sur la place en contrebas. « Pourquoi rester ici ? ». La question s’adressait à elle. Elle méritait bien mieux.
Revenir en haut Aller en bas

« LA BELLA FARNESE ❤  »
Giulia Farnese

  NOLI ME TANGERE : All things are permissible, in our dreams
  CRÉDITS : Anarya (avatar.)
  CÉLÉBRITÉ : Lotte Verbeek
  PARCHEMINS : 347
  ARRIVÉ(E) À ROME : 25/01/2012

MessageSujet: Re: Rencontre fortuite [ PV ]   Dim 27 Mai - 2:51

La Bella se mit à rire légèrement. En effet, un navire n'avance pas tout seul, car un bateau hanté, cela n'existe pas. La jeune femme se doutait bien qu'il devait y avoir un capitaine et peut-être quelques marins, mais elle voulait surtout savoir s'il était avec des amis ou même s'il avait une femme dans tout cela. Être accompagné d'hommes, cela devait être long et ennuyant, bien qu'il y a dû en rencontré plusieurs durant ses voyages. Elle ne posait pas cette question, car après tout, cela ne la regarde pas, mais elle eut une réponse plutôt rapidement. La jeune noble s'était penchée vers la carte, faisant un peu exprès de l'être devant lui, car il était tout juste derrière elle et ce qui peut porter légèrement la confusion ou même à un signe de provocation. Colomb la tourna finalement vers lui, elle était à présent face à cet homme. Elle scruta doucement le corps du navigateur, de façon plutôt subtile bien sûr. Il était plus grand que celle-ci, bel homme, avec tous ces voyages, ses bras semblaient plutôt musclés après avoir légèrement tâté tout à l'heure lorsqu'elle avait été fermée les deux portes devant les cardinaux. Et son sourire, un sourire qui ne semblait pas si innocent cela comme s'il avait des arrière-pensées. Et pourtant, il devait sûrement en avoir, comme tous ses hommes aimant les femmes. Finalement, la jolie rousse plongea son regard dans le sien. Elle serra légèrement sa main en souriant un peu. Une femme. Giulia était peut-être cette femme, mais chose impossible. Il devait fortement s'en douter. Entre Rodrigo Borgia et son mari, Orsino Orsini, tout cela était fort compliqué déjà. C'était peine perdue. La belle garda un silence sans prononcer un mot pour l'instant. Il observa ses lèvres à son tour sans bouger avant de froncer un peu les sourcils en le voyant reculer. Il s'éloigna pour aller près de la fenêtre. Elle se tourne en se décollant du bureau.

« Est-ce que cela est si important de le savoir ? » Giulia frotta légèrement ses mains en s'approchant vers la fenêtre, là où Colomb était placé. Pourquoi rester ici. Elle navigue entre deux parties, entre deux hommes. C'est l'un ou l'autre. Qu'est-ce que cela pouvait changer. Elle est prisonnière dans les deux cas. Elle vient se placer près de lui en plaçant une main dans son dos à lui et lève le regard vers lui. « Les temps sont durs. Nous devons nous allier avec ceux qui nous offrent le plus de protection.. et d'amour. » Elle vient se placer devant la fenêtre, entre celle-ci et Colomb puis elle plonge de nouveau son regard dans le sien. « Je suis une femme qui a besoin d'être aimé et de sentir que je suis vivante et importante à leur yeux. » Elle soupire légèrement en secouant un peu la tête. Il ne peut sûrement pas comprendre qu'elle veut qu'on lui montre qu'elle est là, mais elle ne veut pas n'importe qui. C'est une noble femme, pas une catin. Les hommes doit la mériter, pas la salir. Ces hommes se sont rare.


« Beauty can be deadly, when well used »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

«Invité»
Invité


MessageSujet: Re: Rencontre fortuite [ PV ]   Dim 27 Mai - 17:17

Elle rigola. Il est vrai que sa réponse était tellement logique qu’elle devait grandement s’en douter. Mais l’équipage englobait plus que les marins, puisqu’il s’agissait aussi de ses collaborateurs et amis pour certains. Il était donc loin de se sentir seul lorsqu’il était en mer. Elle le provoqua en ce penchant, ce à quoi il répondit par un baiser sur le dos de sa main avant se s’éloigner de la Bella pour venir jeter un coup d’œil à travers de le fenêtre. Il lui demanda pourquoi elle restait dans le Vatican, auprès du vieil homme. La question était légitime, il ne voyait que très peu davantage et le jeu n’en valait pas franchement la chandelle. Comment pouvait-elle se contenter de si peu. « Est-ce que cela est si important de le savoir ? ». Non, ça ne le regardait pas le moins du monde d’ailleurs. Mais il était curieux, car son cas était lui-même curieux. Elle était la plus belle femme d’Italie et se satisfaisait d’un vieil homme qui devait peiner à la réchauffer. Elle s’approchait de lui, se frottant les mains. Mais une chose l’intéressait. C’était de savoir s’il était le seul à se soucier de cela. Sûrement non, enfin il l’espérait vivement pour elle. « Suis-je le premier à vous le demander ? ». Il l’observait avancer vers lui pour le rejoindre près de la fenêtre. Il sentit une des mains de la jeune femme venir se loger dans son dos. Le contact était agréable, mais trop amical pour être satisfaisant. « Les temps sont durs. Nous devons nous allier avec ceux qui nous offrent le plus de protection.. et d'amour. ». Comme tout le monde. Mais elle ne choisissait pas la position la plus calme et la plus rassurante. Le nouveau Pape était loin d’être un homme qui faisait l’unanimité. Pour l’atteindre, il fallait s’attaquer à ses proches et elle en faisait parti désormais. Elle devait faire preuve de tellement de prudence que ça devait en être épuisant. Être toujours sur ses gardes, quelle vie frustrante. D’autant plus que ça lui fixait des limites qui semblaient insupportables au Colomb qui avait l’habitude de toujours dépasser ses propres barrières.

Elle se mit entre lui et la fenêtre, la proximité était troublante. Elle venait vers lui, et non l’inverse. « N’y a-t-il aucun autre homme qui puisse vous apporter cela ? ». Il se considérait lui-même comme un excellent candidat, bien qu’il avait conscience que la vie qu’il menait était loin d’être un cadeau pour ses proches. Il était souvent en mer, jamais sûr de revenir, et il savait qu’il manquait à ses fils et inversement. « Je suis une femme qui a besoin d'être aimé et de sentir que je suis vivante et importante à leur yeux. ». Encore une fois, c’était le choix de l’homme sélectionné qui le désorientait. L’association n’était toujours pas explicable selon lui. Parmi tous ses prétendants, elle avait choisi celui-là. Il délia sa langue mais avec subtilité, ne voulant ni la choquer ni la faire fuir. « Trouver la vie auprès d’un homme presque homme … Cela me semble peu réalisable. ». Un vieillard, il était juste un vieillard, bien qu’il ait un grand pouvoir spirituel. Il n’en restait pas moins un homme qui avait fait vœu de chasteté, et qui était plus près de la mort que de sa naissance. Voilà ce qu’il ne comprenait pas. Il leva doucement la main pour venir doucement caresser son visage, sur sa joue droite, prétextant de remettre une de ses mèches de cheveux derrière son oreille, ce qu’il fit au final. Il baissa lentement sa main, la frôlant tout le long de son bras. Il savait qu’il dépassait les limites, mais il était seul avec elle et elle ne l’approchait ni le toucherait pas ainsi si elle ne voulait pas un peu de son affection. Quand aux risques, il n’y avait aucun témoin. Elle n’allait donc pas se faire vilipender par son vieil amant.

Revenir en haut Aller en bas

« LA BELLA FARNESE ❤  »
Giulia Farnese

  NOLI ME TANGERE : All things are permissible, in our dreams
  CRÉDITS : Anarya (avatar.)
  CÉLÉBRITÉ : Lotte Verbeek
  PARCHEMINS : 347
  ARRIVÉ(E) À ROME : 25/01/2012

MessageSujet: Re: Rencontre fortuite [ PV ]   Dim 27 Mai - 21:14

Elle se demande en quoi cela le regarde, pourquoi s'intéresse-t-il à savoir ce qu'elle fait de sa vie privée et amoureuse? Il ne sait-il pas qu'elle est déjà mariée à un homme du nom d'Orsino Orsini et qu'elle est aussi la maitresse du pape, Alexandre VI . Et pourtant, cela ne semblait pas le dérangé autant que ça. Tous ses petits gestes d'attentions plus ou moins subtiles. Il joue dans un terrain dangereux. Il est vrai qu'elle n'a que dix-neuf ans et son époux en 20 ans, puis le pape, il fait le triple de son âge à elle. Giulia n'avait même pas quinze ans lorsqu'ils se sont rencontrés. Elle est devenue son obsession et allait se marier à cette époque. Les choses se sont passé très vite, quelques mois à peine après son mariage, elle fut la maitresse officielle de Borgia, cardinal à ce moment-là. Elle était effrayée au début de leurs relations, du moins, elle ne le montrait pas, mais au fil du temps, Farnèse s'est habitué à tout cela et de plus, elle est devenue très proche de sa fille, Lucrezia Borgia, avec qui elle devient amie. Elle n'a pas non plus vraiment à se plaindre de sa condition, tout le monde à son compte dans tout cela, son frère est devenu cardinal et sa mère, même sa belle-mère ont reçu de ce qu'elles voulaient. Giulia secoua légèrement la tête puis murmure. « Le premier a osé peut-être... » Elle s'était approchée de lui pour ensuite se mettre entre la fenêtre et Colomb le regardant.

« Vous voulez dire à part mon époux? Je doute. » Elle baissa la tête légèrement. Si le pape venait à découvrir quelconque aventure de la part de la belle, Dieu sait dans quel état il sera et ce qu'il fera subir à l'homme. Il a beau être vieux, mais il exerce un grand pouvoir et il reste en forme malgré tout. Elle l'observa légèrement en l'écoutant parler. La Bella fronce légèrement les sourcils sans rien dire puis lève le regard vers lui. Elle regarde son geste et suit du regard sa main qui lui procure quelques petits frissons au contact de la peau. Giulia saisit soudainement sa main en la serrant un peu avant de placer ses doigts dans les siens. « Et vous pensez être cet homme ? » Elle fait tomber doucement leur main en gardant sa main dans la sienne pour ensuite la lâcher soudainement. « En êtes-vous digne ? » Dit-elle en venant lui chuchoter près de son oreille, plaçant sa délicate main sur le torse du bel homme en serrant son haut. Giulia se recule légèrement son visage puis le regarde dans les yeux.


« Beauty can be deadly, when well used »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

«Invité»
Invité


MessageSujet: Re: Rencontre fortuite [ PV ]   Lun 28 Mai - 9:32

Il doutait d’être le seul à se poser la question qu’il avait posé. La situation de la jeune Bella devait piquer la curiosité de plus d’une personne, ce n’est pas comme si elle passait inaperçue. Quand les regards se posaient sur elle, des interrogations devaient forcement venir. Mais visiblement, personne n’avait jamais demander : « Le premier a osé peut-être... ». Il n’était probablement pas à sa place. Elle devait sans doute avoir des confidentes, et si même ces personnes-là n’avait jamais demandé, en quoi lui pouvait-il se permettre de le faire. Il préféra ne rien répondre, craignant d’avoir été trop loin. Il attendit de voir l’évolution de la situation. Si elle était insatisfaite de son comportement, elle le ferait savoir d’ici peu de toute façon.

Il s’interrogeait sur les pensées de la jeune femme. Pour se réduire à sa position, elle devait penser qu’aucune autre solution ne se proposait à elle, aucun autre homme. Il est vrai qu’il était nécessaire d’en trouver pour avoir une certaine protection. Les femmes nobles qui étaient seules n’étaient jamais réellement à l’aise, et bien trop en danger parfois. « Vous voulez dire à part mon époux? Je doute. ». Son époux … Les femmes nobles subissaient des mariages forcés à tour de bras, et c’était rarement de belles réussites. La gente féminine n’avait, pour ainsi dire, jamais l’autorisation de donner leur avis quand à leur avenir marital. Il s’agissait d’un destin peu supportable, et Christophe était très satisfait d’être né homme. « Vous aimez donc votre époux ? ». Il en doutait fortement, mais il préférait jouer l’ignorant. Il vint déposer un baiser sur sa main, et il pu ressentir les frissons que cela lui apporta. Elle entrelaça leurs doigts, elle était donc très loin de le repousser. « Et vous pensez être cet homme ? ». Il serait prétentieux d’affirmer qu’il l’était, bien qu’il pensait sérieusement en être capable. Evidemment, uniquement pour une femme qui cherchait autre chose qu’une maison sûre et des jardins ne changeaient jamais. Lui, ce qu’il promettait, c’était d’atteindre l’horizon pour découvrir un autre monde. Alors, sans être prétentieux et sans se fermer la porte, il répondit : « Cela dépend de vos attentes. ». Il pouvait lui apporter certains choses qu’aucun autre homme n’avait. Mais il fallait vouloir l’exotisme, la différence, l’ailleurs. Elle murmura à son oreille : « En êtes-vous digne ? ». Il n’avait certes que très peu de pouvoir ici, toutes ses prérogatives étaient du Nouveau Monde. Mais il était toujours prêt à en prouver davantage. Elle vint poser sa main sur son torse, s’agrippant à son doublet. Elle plongea son regard dans le sien, et l’espace d’un instant, il se sentit transporté. Il était plutôt du genre à écouter son instinct plutôt qu’à choisir sa raison. Alors, sans se soucier des éléments extérieurs, il vint délicatement poser ses deux mains sur le visage de la jeune femme. Il s’approcha doucement d’elle, échangeant leurs souffles l’espace d’un instant. L’intensité de son regard traduisait son envie. Et il céda finalement, venant presser ses lèvres contre les siennes avec douceur. Il ne craignait plus le rejet. Trop de signes avaient été là, elle se sentait seule. Il pouvait lui apporter l’affection, la réelle affection qu’elle n’avait pas.

Revenir en haut Aller en bas

« LA BELLA FARNESE ❤  »
Giulia Farnese

  NOLI ME TANGERE : All things are permissible, in our dreams
  CRÉDITS : Anarya (avatar.)
  CÉLÉBRITÉ : Lotte Verbeek
  PARCHEMINS : 347
  ARRIVÉ(E) À ROME : 25/01/2012

MessageSujet: Re: Rencontre fortuite [ PV ]   Mar 29 Mai - 14:49

Giulia ne savait pas si elle devait vraiment répondre à cette question. Elle ne voyait plus vraiment son époux, malgré le fait qu'il veut l'avoir de nouveau auprès de lui, cela ne fonctionne pas puisque Rodrigo ne lui en donne pas vraiment le droit. Elle le voit rarement que lorsqu'elle voit Adriana ou même encore. Farnèse l'avait aimé peut-être un peu, mais elle n'avait peut-être pas connu assez pour cela. Elle préférait ne pas répondre à cette question, laissant un blanc dans la conversation. La jeune femme avait commencé à lui faire un savoir qu'elle aimerait bien l'avoir un peu dans ses bras, histoire de se ressentir un peu de chaleur humaine et de l'affection. Pourtant, elle le pourrait avec à peu près n'importe quel homme, mais ce n'est pas une catin non plus et ce genre de pratique, ce n'est certainement pas pour elle. Giulia préfère se faire désirer et voir si les intentions sont bonnes ou non, si cela en vaut la peine et si bien sûr, elle en a envie. Pour l'instant, tout simplement marché dans la même direction, que du positif. Ils se flirtaient plus ou moins, avec quelques petits gestes et paroles plutôt subtiles. En grimpant le haut de Colomb, la Bella lui demanda s'il en était digne, s'il méritait d'être cet homme qui peut la réconforter à sa façon. Elle s'était reculée légèrement, mais ils restaient plutôt proches du visage de l'un et de l'autre, le regard plongé dans celui de Colomb. Elle l'observe et puis sent ses deux mains sur son visage, elle vient d'ailleurs en mettre une, sur l'une d'entre elles. Giulia posa à son tour ses lèvres contre les siennes pour commencer à prolonger le baiser, de façon un peu sensuelle, mais avec beaucoup d'envie. Giulia lui fait lâcher ses mains sur son visage pour passer ses bras à elle alentour du cou de Colomb en continuant de prolonger le baiser qu'il lui donna, auquel elle répondit volontiers. Après quelques instants, Farnèse recule un peu son visage puis le regarde avec un léger sourire en coin. Elle attrape une main de Colomb puis la place sous sa robe, la faisant glissée tout le long de sa peau qui était douce. Elle prenait des bains dans l'huile, c'était pour rendre davantage sa peau douce, claire et joyeuse. Giulia le regarde, continuant de faire glisser la main jusqu'à sa cuisse avant de la retirer avec un sourire. La jolie rousse passe ses mains à elle sur le haut du corps de Christophe en détachant un peu le haut. Elle ne savait pas si elle devait arrêter ou continuer. Tout se chamboulait dans la tête de la belle. Giulia retire laisse ses mains dessus le torse puis retourne l'embrasser.


« Beauty can be deadly, when well used »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

«Invité»
Invité


MessageSujet: Re: Rencontre fortuite [ PV ]   Mar 29 Mai - 17:16

La jeune femme prolongea le baiser sans aucune hésitation. Elle vint poser l’une de ses mains sur une main de l’explorateur. Pour se laisser tomber dans ses bras ainsi, elle devait vraiment se sentir très seule. D’autant plus que l’envie de la Bella se faisait ressentir dans la manière qu’elle avait de mélanger sa langue à celle du Colomb. Il ne s’y trompait pas. Elle poussa doucement ses mains et vint l’enlacer autour du cou pour se rapprocher de lui. Il la saisit à la taille pour la coller à lui. Et puis elle se détacha de lui, un sourire au visage qui en disait long sur ses intentions. Lui-même arbora un sourire charmeur alors qu’elle prenait l’une de ses mains pour la passer sous sa robe. Elle cachait bien son jeu, ou alors elle était vraiment frustrée et insatisfaite. Peut-être les deux. Ses doigts glissèrent sur la peau de la Bella qui était particulièrement douce. Elle remontait lentement vers sa cuisse, et le navigateur commençait à sentir la chaleur monter en lui. Plus de doute, il avait envie d’elle. Et puis elle retira vicieusement sa main, alors qu’il approchait de l’endroit qu’il convoitait. Elle voulait jouer, de toute évidence. Et puis elle vint délacer son doublet, afin de glisser sa main sur sa peau, ce qui fit frissonner le Colomb. Il posséda ses lèvres de nouveau, dans un baiser sensuel et langoureux, tandis qu’il la reculait pour la coller contre la fenêtre. Il remonta ses mains, tout en exerçant une pression sur la peau de la jeune femme alors qu’il effleurait sa poitrine. Il n’était pas bien sûr que faire ce genre de chose dans un lieu sacré allait améliorer son cas dans la cause divine, mais si le Pape avait une maîtresse dans ses appartements et que Dieu ne le punissait toujours pas, il pouvait bien passer l’éponge sur ce petit outrage de la part du Colomb.

Visiblement, il venait d’écouter ses pensées puisqu’on frappa à la porte. Christophe se détacha subitement des lèvres de la Bella pour tourner la tête vers l’endroit d’où venait le bruit. La porte était encore barrée heureusement. Il laissa retomber ses mains sur les hanches de la jeune femme et s’approcha de son oreille pour venir y murmurer quelques mots : « Venez ce soir, quand la lune brillera, aux écuries. ». Il sous entendait qu’elle soit discrète, et que personne ne devait la voir. Mais il avait envie d’elle, elle avait envie de lui. Alors il l’ emmènera autre part, juste l’espace d’une nuit. Il sourit malicieusement et s’éloigna d’elle tout en relaçant son haut pour ne pas que cela paraisse suspect. Il s’approcha de la table où était étalée l’une de ses cartes et la roula soigneusement, laissant la jeune femme s’occuper des intrus. Une fois la porte ouverte, encore des clercs et toujours des clercs. Il prit toutes ses cartes et les plaça de nouveau sous son bras tout en s’approchant des individus. « J’en ai fini vos Eminences. ». Il se tourna vers la Bella et ajouta : « Au plaisir. ». Il prit sa main pour y déposer un nouveau baiser avec politesse mais surtout pas envie, et il s’éloigna pour sortir du Palais.
Revenir en haut Aller en bas

«»
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Rencontre fortuite [ PV ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rencontre fortuite [ PV ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une avarie fortuite [Elanore]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Borgia ::  :: Rome :: L'Entrée-