† N'ayez pas foi en eux †
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une nuit de passion, d'amour et de noce ▲ pv

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Une nuit de passion, d'amour et de noce ▲ pv   Lun 25 Juin - 4:56

La fête battait à son plein, la musique était entrainante tout le temps de la soirée, il eut plusieurs danses, dont la première danse fut accordée pour les jeunes mariés, Juan Borgia et sa première et nouvelle épouse, Maria Enriquez de Luna. Cette ravissante espagnole qui allait posséder dès cette nuit, du moins officiellement, car ils étaient marié depuis le quinze septembre à Barcelone. Ils n'avaient pas eu le temps de consommer leur mariage puisqu'il fallait que le préfet de Rome devait revenir dans sa ville natale, une guerre approchait et il ne pouvait pas se permettre de prendre d'autres jours. Ce n'est pas grave, cela ne sera peut-être pas aussi romantique que s'ils l'avaient fait à Barcelone, mais ses appartements, son lit allait parfaitement convenir pour la nuit de noce. De plus, ce n'était pas le plus important, mais bien le fait qu'ils devaient consommer ce mariage. Juan pensait déjà à cela, il jeta un coup d'oeil à sa ravissante femme. Il ne pouvait pas trouver mieux, elle était des plus magnifiques et il espérait que celle-ci lui donne des fils et tout ce qu'il recherche en une femme, le rendre heureux et surtout, comblé. Quant à lui, il est évident qu'il ne sera pas de ses maris à négliger le lit de la mariée, lorsqu'on connaît Juan, cet homme qui couche plus souvent que n'importe qui, ou peut-être un peu moins que les filles de joie qu'il rencontre dans ces bordels. Juan avait trouvé mieux que cela, il avait trouvé une perle rare, reste à la découvrir de l'intérieur. Ils s'étaient parlé en Espagne, elle l'avait même giflé à leur deuxième rencontre, il faut dire que le taureau avait voulu faire une approche plus osée en lui caressant la poitrine, c'était raté. Cette nuit, elle n'aura pas intérêt à recommencer. Il a déjà quelques verres de vin dans le système et il continue de boire comme si cela était de l'eau. Quelques femmes s'étaient approchées du jeune marié pour danser près de lui, Borgia se laissa évidemment faire, il est habitué à ce genre d'attention durant les fêtes, mais là, il a une femme et évidemment, il avait reçu un avertissement de son père de se conduire correctement en public avec sa femme. Et de toute façon c'était sa fête aujourd'hui, autant en profiter comme il le veut.

La fête tire à sa fin, la nuit débute, sa femme est probablement déjà dans ses appartements. Alors, que lui, coupe à la main, se dirige vers ses appartements à lui. Le moment était venu. Juan était fin prête comme à chacun de ses coups, il était habitué à faire l'amour, tandis que son épouse qui s'était retrouvée veuve, ne l'était pas. Il s'approcha de plus en plus vite dans le long couloir après avoir monté les escaliers, il avait le pied lourd, sûrement à cause des quelques verres de vin. Il pénétra enfin dans ses appartements. Il claqua la porte pour montrer qu'il était là, présent dans les environs. Juan barre la porte de sa chambre puis fini la coupe qu'il avait en main avant de la balancer sur le bureau. Il retire ses bottes et son pourpoint, restant en chemise puis approche de la chambre. Il avait hâte de la voir, de la posséder et de la sentir contre lui, son parfum contre sa peau et laisser envahir son corps par une chaleur intense. Borgia entre dans sa chambre afin où se trouve le lit, l'endroit principal de ses appartements.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«Duchesse de Gandie ✿»
Maria Enriquez de Luna

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Mach, Tiny & Tumblr
  CÉLÉBRITÉ : Gemma Arterton
  PARCHEMINS : 100
  ARRIVÉ(E) À ROME : 17/03/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Une nuit de passion, d'amour et de noce ▲ pv   Lun 25 Juin - 12:53

    Dès leur arrivé en Italie, à Rome, Maria Enriquez de Luna et Juan Borgia avaient été parfaitement accueillit. La jeune femme était éblouit par la beauté de cette ville même si au fond d’elle, Maria avait peur de la suite des évènements. Jamais, elle n’avait été loin de son pays natal, ni loin de ses proches. Elle se retrouvait seule face à elle-même. Certes, il y avait sont mari, ce bel Apollon qui ne la rendait pas insensible mais, elle ne le connaissait à peine. La duchesse avait beau apprécier sa beauté, elle ne comprenait pas encore le caractère de Juan Borgia. Il suffit de voir comment il avait osé lui caresser la poitrine, pour qui se prenait-il ? Maria lui avait fait savoir à ce moment là qu’elle n’était pas encore sa propriété. Aujourd’hui, elle ne pouvait plus faire ce genre de chose, elle allait lui appartenir cette nuit. Durant le voyage, Maria avait été silencieuse. Elle était nostalgique de quitter ses parents, elle avait de l’appréhension. La jeune femme avait observé Juan, le fixant et analysant chaque trait physique de sa personne, son comportement. Lorsqu’il lui souriait, elle faisait de même. Idem lorsqu’il lui adressa la parole, elle était obéissante. Une fête fut organisée en leur honneur, il y avait trop de monde, elle ne connaissait personne si ce n’est son beau-père le Pape et le reste de la famille. Elle était déboussolée d’autant que la plupart ne parle que l’italien et non l’espagnol. Pour plaire à son époux, à l’aide de ses servantes la jeune femme arbora une robe rouge représentant les couleurs de l’Espagne et de son mari. La fête débuta, Juan vint vers elle pour l’inviter à danser, elle lui adressa un sourire timide et accepta sa main pour danser. Une fois la danse terminée, les deux époux vaquèrent à leurs occupations. Maria n’avait plus envie de danser et décida de retourner s’asseoir pour boire une coupe de vin. La place à côté d’elle était vide, Juan se déplaçait entre les invités. L’espagnole l’observa, à vrai dire elle le voulait à ses côtés pour qu’il la rassure et qu’il lui fasse partager son univers. A la place de cela, Borgia en profita pour être proche de certaines femmes. Maria fut blessé et tira une mine triste. Rodrigo du le remarquer puisqu’il sermonna son fils. Trop tard, le mal était fait. Maria ne voulait plus rester dans cette salle une minute de plus, elle ne voulait pas se voir humilier de la sorte. Elle s’approcha de Sa Sainteté et s’excusa de ne pas pouvoir rester jusqu’à la fin de cette somptueuse soirée en son honneur. Elle expliqua que le voyage l’avait fatigué et qu’elle avait besoin de repos pour la fin de la soirée. celui-ci accepta volontiers ses excuses. Bien évidemment, ce n’était pas la raison principale. Maria fit exprès de passer devant son époux avec une indifférence totale pour lui montrer qu’elle avait vu son petit jeu et pour lui montrer qu’elle quittait les lieux avec ses servantes. Ces dernières la préparèrent pour cette nuit. Elle prit un bain qu’on mélangea avec des parfums d’Espagne puis elle revêtit une longue chemise blanche pour dormir. Ses cheveux bruns étaient mis en valeur par des perles blanches, elle se voulait belle et se voulait à la hauteur de son époux pour ce soir. Elle rentra ensuite dans ses appartements et pria ses servantes de partir. La pièce où se trouvait le lit était déserte et silencieuse. Maria en profita pour connaître son époux à travers ses biens. Elle jeta des regards sur des objets et fut surprit de voir chez Juan des objets du Nouveau Monde. L’Espagnole connaissait ces objets car il s’agissait de la couronne espagnole qui avait engagé Christophe Colomb et qui avait donc découvert ces nouvelles terres, ils étaient les premiers à en profiter. Elle pourrait partager avec Borgia son engouement pour ces terres nouvelles. Elle avait de l’espoir sur le fait qu’elle pourrait peut-être s’entendre avec lui. Mais, elle repensa à la fête….Juan lui avait manqué de respect et il n’était pas encore là. Elle soupira et s’allongea sur le lit, pensive avant de finir par s’endormir. Une ou deux heures plus tard, une porte claqua dans l’autre pièce, Maria se réveilla en sursaut. Son mari…il était là…la jeune femme se redressa en vitesse et tapota sa chemise pour être le plus présentable possible. Elle s’installa sur le rebord du lit et aperçu son mari rentrer dans la chambre, se retrouvant nez à nez. Maria était silencieuse et sentait soudainement l’angoisse l’envahir, elle ne l’avait jamais fait, même pas avec Pedro Luis, elle espérait donc que son époux se comporte comme un gentilhomme et pense à son malheur d’être une femme. La jeune femme le laissa venir à elle.
Revenir en haut Aller en bas

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Une nuit de passion, d'amour et de noce ▲ pv   Lun 25 Juin - 19:08

Le voyage avait été plutôt long, ils n'avaient pas eu grande conversation, car il faut avouer que Juan était surtout à la tête de l'escorte avec plusieurs hommes dont ceux de la garde papale et ceux de l'Espagne qui accompagnait sa douce épouse qui avait évidemment ses jolies petites servantes avec elle. Non, il ne pouvait pas déjà lui faire cela, prendre ses servantes, en même temps, l'idée lui a effleuré souvent durant le voyage et à Barcelone. Et puis, sa femme est mille fois mieux que toutes ses domestiques et femmes qui a pu rencontrer. Il ne peut pas non plus lui être infidèle, du moins, pas pour l'instant, il ne peut pas contrôler ses envies, même si certains hommes pourraient dire qu'elles servent qu'à cela. Certes, c'est vrai en partie, mais il ne veut pas utiliser sa femme que pour ses besoins personnels. On verra bien comment cela va se dérouler à Rome, comment elle va se comporter et comment leur mariage va se passer. Borgia n'avait jamais été marié, c'était nouveau pour lui, il avait déjà été fiancé à quelques femmes, surtout dans son enfance, mais aucun mariage n'avait abouti jusqu'à aujourd'hui. Il venait d'être marié à Maria Enriquez de Luna, la cousine du roi Fernand. Au début, il en voulait à son père, car la plupart des portraits qui lui avaient été présentés pour un futur, aucune n'était convenable sauf Maria, mais était-elle aussi belle que son portrait ? Il avait été vérifié lui-même, un voyage de quelques jours et en effet, il eut raison de vouloir cette femme pour épouse. Il en était fier durant une lettre envoyée à son père et encore à son retour, il l'était toujours autant. Cela rendait son père heureux que son fils est enfin trouvé une épouse convenable, lui qui voulait le marier depuis un an, depuis qu'il est Pape. Il avait enfin une partie de son alliance avec l'Espagne. Bon, Juan n'allait pas traiter son épouse comme une alliance, mais elle en était sûrement une pour son père, bien qu'il l'ait déjà vu, car elle fut fiancée à son demi-frère, Pedro Luis. Pendant la fête, il avait invité sa femme pour la première danse, tel le veut la tradition. Il avait dansé avec elle avant que les autres nobles les rejoignent. Contrairement à son épouse, il n'avait pas envie de rester assis tout le long de la fête et donc, en profitait pour danser, même se faire un peu tripoté par quelques femmes présentes. Malgré tout, elles ne valaient pas sa douce épouse et la jolie robe qu'elle portait, était magnifique, mais n'allait pas rester longtemps sur son dos. En tout cas, son père l'avait remarqué et il lui disait d'être plus prudent et de ne pas trop se laisser aller, surtout que ce n'est que le début de leur mariage, mais c'était une habitude, pouvait-il effacer cette habitude? Borgia continuait tout de même de s'amuser, de boire, de rire sans s'occuper vraiment de son épouse assise à la table sans son époux. C'est à un moment où il reposait sa coupe sur la table pour remarquer qu'elle n'était plus présente dans la salle. Il soupira légèrement et puis, il n'allait pas tarder à la retrouver, pas tout de suite, il voulait fêter encore un moment. Chaque fête est une occasion pour lui de s'amuser à sa façon. Un coup la fête finie, il ne restait que lui et peut-être quelques personnes bien bourrés en train de s'endormir, le pape avait déjà quitté et la plupart des invités pour regagner leur appartement. C'est ce que le Borgia allait faire immédiatement. Il était monté à l'étage et retrouvait rapidement ses appartements et il entrait à l'intérieur, claquant la porte derrière lui en jetant sa coupe sur le bureau qui fit un bruit par la même occasion. Borgia avait retiré son pourpoint et ses bottes puis était enfin entré dans la chambre où se trouvait sa femme sur son lit. Il approcha d'elle en souriant légèrement en coin, c'était un peu un sourire vicieux. Il se place devant elle et trouvait ce bout de tissu de trop sur le corps de Maria.

« Souriez ma douce épouse, la nuit ne fait que commencer. » Juan se mit à sourire avant de retirer sa chemise qu'il lance au sol avant de commencer à détacher son pantalon. Il ne savait pas s'il allait se mettre à l'oeuvre, s'il devait la quitter. De plus, il était plutôt saoul et il n'avait pas envie de patienter. Il devait faire l'effort pour ce soir et il ne voulait pas détruire Maria non plus. Il se penche pour passer sa main sur la jambe de sa femme qu'il remonte doucement et faisant remonter par la même occasion la chemise blanche que portait Maria. Juan passe le bout de ses ongles sur sa douce peau en la regardant dans les yeux. Il grimpe sur le lit à genoux et puis commence à lui ouvrir sa chemise. Il passe ses mains sur le corps de sa femme en la regardant puis se penche pour l'embrasser soudainement. Il détache mieux son pantalon en continuant le baiser langoureux.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«Duchesse de Gandie ✿»
Maria Enriquez de Luna

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Mach, Tiny & Tumblr
  CÉLÉBRITÉ : Gemma Arterton
  PARCHEMINS : 100
  ARRIVÉ(E) À ROME : 17/03/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Une nuit de passion, d'amour et de noce ▲ pv   Mar 26 Juin - 3:26

    Maria s’était endormit sur le lit de son époux en attendant son arrivé. Les bruits qu’il faisait dans la pièce d’à côté la réveilla en sursaut. Elle s’était redressée et avait plissé sa chemise avant de se mettre sur le rebord du lit pour attendre son compagnon. Ce dernier entra enfin avec une telle assurance qui fit frissonner la jeune femme d’admiration et de peur à la fois. Elle pu constater qu’il avait déjà enlevé quelques vêtements. Elle constata aussi son sourire qui ne la rassurait pas, il montrait bien les attentions qu’il comptait lui faire. Borgia prit la parole en lui demandant de sourire car la nuit ne faisait que commencer. Maria aimait sourire mais, pas ici, pas maintenant. Elle était tellement terrifiée par sa première nuit qu’elle ne pensait pas à sourire. Peut-être que lorsqu’elle aurait goûté aux délices de l’amour, elle lui souriait. Pour le moment ce n’était pas le cas, elle resta devant lui statique tout en le regardant retirer sa chemise et déboutonner son pantalon. La belle espagnole était novice, elle n’avait jamais vu l’intimité d’un homme et n’y connaissait strictement rien. Elle n’avait jamais d’ailleurs embrassé de garçon avant Juan. Elle était pure, il n’y avait pas de doute dessus. Le gonfalonier commença à lui tâter sa jambe. La jeune femme resta silencieuse tout en regardant le regard de son mari posé sur elle. Ce dernier monta ensuite à genoux sur le lit pour commencer à délasser sa chemise et a lui caresser le corps. Maria commença a avoir des frissons cette fois ci positivement, elle n’était pas indifférente à ses gestes mais, elle n’arrivait pas complètement à se déconnecter de la réalité, à se laisser aller. Juan s’empara de ses lèvres pour l’embrasser langoureusement. L’espagnole prolongea le baiser même si elle avait le goût de l’alcool qui la dérangeait. Elle n’en fit pas la remarque pour le moment mais ça ne saurait tarder La jeune femme le laissa diriger, elle posa seulement une main sur son torse et encore c’était trop timide de sa part. Le baiser fut rompu pour reprendre sa respiration, Maria le regarda dans les yeux et je décala légèrement de lui, remettant en place sa chemise pour ne pas qu’il puisse voir ses formes généreuses. Elle le regarda alors et lui demanda :

    « Si vous souhaitez que je vous souris mon seigneur, je vous prie d’aller prendre un bain avant de consommer notre mariage. Vous empestez l’alcool et trop de femmes vous ont salit ce soir. Ne suis-je pas digne de vous pour que vous me négligez de la sorte comme l‘une de ses prostitutas ? »


    Maria passa ses mains sur le visage de Juan pour l’obliger à la regarder dans les yeux, elle était sérieuse. Elle murmura à son époux ses quelques mots :

    « Je vous promets que dès votre retour, je vous appartiendrais. Tout comme Cléopâtre a appartenu à Jules César. »
Revenir en haut Aller en bas

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Une nuit de passion, d'amour et de noce ▲ pv   Mar 26 Juin - 4:29

Le Borgia était enfin arrivé dans ses appartements, il avait hâte de voir sa femme et la sentir contre lui. Il voulait la découvrir au complet et cette fois-ci, il ne risquait pas de recevoir une gifle ou autre chose. Il s'était rappelé lors de son premier voyage qu'elle l'avait giflé, car il avait voulu aller plus loin, il avait effleuré sa jolie poitrine qui allait découvrir très vite ce soir. De plus, elle sait déjà à quoi s'attendre, du moins, en partie. Ce n'était pas bien grave, il allait prendre les commandes volontiers durant cette nuit de noce qui s'annonce déjà intense. Il la veut et il l'aura, pour toujours même. Il allait la voir jusqu'à sa mort, sauf si les choses se passent mal, par exemple, si elle meurt en couches ou s'il meurt en premier. Ce n'était que des détails de la vie, car il ne pense pas la répudier, du moins, de changer de femme, sauf si elle venait à le trahir ou quelque chose de bien grave. Juan était entré dans sa chambre, là où se trouvait sa femme allongée sur son lit. Une odeur agréable s'était dégagé en ouvrant la porte, une odeur d'huile, probablement qu'elle s'était peut-être parfumé ou peut-être durant un bain. Quoi qu'il en soit, elle avait une bonne odeur, c'était déjà ça pour l'approcher. Il avait retiré sa chemise et s'était doucement approché de son épouse en l'observant et avait commencé à détacher son pantalon tout en passant sa main sur la jambe de Maria en remontant par la même occasion la chemise blanche qu'elle portait et qui n'allait pas tarder à retirer bientôt. Il lui souriait et il lui demandait de sourire, la nuit ne faisait que commencer. C'était vraiment, il n'était même pas encore nu. Évidemment, il aurait espéré que sa femme s'approche du bord pour pouvoir gouter à un délice, mais il ne pouvait pas s'attendre à ça pour l'instant, elle ne semblait pas savoir comment s'y prendre sûrement. Borgia la caressait avec le bout de ses doigts sur sa peau tout en l'observant. Il s'était donc placé rapidement sur le lit en se mettant doucement à genoux puis il avait commencé à lui ouvrir la chemise. Il s'était penché pour l'embrasser et à ouvrir mieux son pantalon durant le baiser langoureux. Il l'observe de nouveau et puis se mit à froncer les sourcils en la voyant ce décaler un peu et surtout, de remettre as chemise en place. Elle faisait quoi ? Autant remettre sa robe tant qu'on y est. Il soupira légèrement en la fixant. Oh tient, elle avait une jolie langue, il en avait presque oublié. Elle commençait à lui parler. Il pensait que les femmes se taisaient, du moins, jusqu'à maintenant. Il secoue légèrement la tête. Ces Espagnoles. Bon, il était à demi-Espagnol aussi par son père, mais là, elle est pure. Il devait aller se laver pour que madame soit satisfaite. Ce n'est pas comme s'il était sale tout de même, il avait pris un bain avant la fête.

Juan la regarda soudainement puisqu'elle posa ses mains sur son visage. Elle lui appartient déjà. Il la regarde dans les yeux durant un instant avant d'ouvrir rapidement la chemise de sa femme, à la déchirer même. Il voulait la voir nue, pas vêtue. Il lui attrapa son doux visage soudainement en posant sa main sur son menton. « Vous insinuez que je pus ? Vous m'appartenez déjà ma très chère, que vous le voulez ou non, nous allons nous unir ce soir. Je vous en fais la promesse. » Certes, elle est digne de lui, mais il ne voulait pas se plier devant une femme, mais il allait tout de même faire l'effort d'aller prendre un bain. Il lâche son visage avant de se lever et sans gêne, il retire son pantalon devant elle. « Assurez-vous d'être prête à mon retour. » Borgia la regarde de haut en bas avant de sortir de la pièce pour rejoindre celle d'accoté. Juan entra dans l'eau au complet tout en prenant l'éponge posée sur la petite table près de lui et commence à se laver le corps entier, les bras, les jambes et l'entre-jambe évidemment puis le visage pour finir. Juan lâcha un léger soupir et il décida de sortir du bain avoir terminé, attrapa la serviette pour s'essuyer le corps et puis aller se rincer la bouche même, il sentait l'alcool et il le savait.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«Duchesse de Gandie ✿»
Maria Enriquez de Luna

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Mach, Tiny & Tumblr
  CÉLÉBRITÉ : Gemma Arterton
  PARCHEMINS : 100
  ARRIVÉ(E) À ROME : 17/03/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Une nuit de passion, d'amour et de noce ▲ pv   Mar 26 Juin - 22:23

    Maria s’était permit de se faire entendre. La jeune femme laissait entrevoir ses origines espagnoles. Les espagnols étaient connu pour avoir un sacré tempérament, un tempérament du sud. Certes, la demoiselle était timide mais, elle s’était permise de lui faire la remarque. Elle voulait que sa nuit de noces soit parfaite ou du moins le minimum possible. La demoiselle voulait que son époux ne sente pas l’alcool ou encore le parfum de d’autres dames qu’il avait approché. Maria passa ses mains sur son visage pour qu’elle le regarde dans les yeux. Pour éviter de briser son ego, elle décida de comparer leur amour à César et Cléopatre mettant dans son intonation un peu d’assurance afin de lui montrer sa bonne volonté de s’unir avec lui sans y être contrainte. Mais, voilà Borgia ne semblait pas apprécier sa prise de décision. Juan lui déchira sa chemise, la demoiselle sursauta ne s’y attendant pas. Elle se retrouva nu devant lui, elle n’osait pas bouger pour cacher sa pudeur. De plus, Maria ne pu baisser son regard car il lui tenait le menton. Le son de sa voix le fit tressaillir, le fils du Pape ne semblait pas avoir aimé sa remarque et le lui avait fait savoir. Il lui promit qu’ils allaient s’unir qu’elle le veut ou non, la jeune femme était apeuré. Et si sa nuit de noces était en fait un vrai calvaire ? Maria regarda Juan d’un regard suppliant pour qu’il comprenne de ne pas la bousculer, la tourmenter plus que cela. Elle avait peur de sa première fois, elle avait entendu que cette étape était douloureuse pour une demoiselle et qu’elle ne risquait pas de prendre plaisir rapidement. L’espagnole espérait que Juan serait complaisant et que l’alcool qu’il avait imbibé ne l’influencerait pas. Borgia finit par être coopératif en se redressant et se déshabillant complètement devant ses yeux. C’était la première fois pour Maria ce genre de vue. Elle détourna instinctivement la tête, elle avait des rougeurs sur ses joues. Quand il quitta la pièce après l’avoir avertit de ce qui l’attendait quand il reviendrait, Maria se leva du lit tremblante, laissant glisser sa belle chemise provenant d’Espagne et que ses parents lui avaient fait faire. La jeune femme en voulait à son époux d’avoir déchiré ce beau tissu, elle la referait recoudre. Elle n’aimait pas qu’on abîme des choses qui lui rappellent son Espagne natal. Maria s’approcha d’un miroir qui se trouvait dans la pièce, elle se regarda nue, elle avait le visage triste pleine d’inquiétude. Maria fit une prière rapide en faisant le signe de la croix puis s’approcha du lit pour s’installer sous les draps. Elle les remonta jusqu’à sa poitrine pour se cacher le corps et fixa la porte de la pièce qui mène à la salle de bain. Juan sortit enfin, il revint dans son plus simple appareil. Maria ravala sa salive et lui adressa un petit sourire timide puis d’un geste de la main, elle l’invita à le rejoindre même s’il n’avait pas besoin de son autorisation vu que c’était ce qu’il allait faire.
Revenir en haut Aller en bas

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Une nuit de passion, d'amour et de noce ▲ pv   Mer 27 Juin - 0:49

Juan a horreur qu'on lui donne des ordres, encore plus si cela est une fille, sa propre femme même. Il n'y a qu'à son père qu'il obéit, c'est simple. Il n'avait donc pas vraiment apprécié que sa tendre chérie puisse lui parler de cette façon. Ils venaient à peine de se marier, qu'elle ose se permettre de lui parler de la sorte. Il lui fit bien comprendre que peu importe qu'elle veuille ralentir la nuit, elle va quand même consommer ce mariage. Il ne va pas attendre encore plus longtemps qu'ils ont déjà attendu. Il lui lâcha le menton, juste avant, il lui avait ouvert la chemise afin de lui comprendre qu'ils n'allaient pas rester vêtu. Il lui jeta un regard sombre avant de sortir du lit, retirer son pantalon devant elle et d'aller finalement prendre un bain. C'était surtout pour lui faire plaisir, mais en même temps, l'eau sur sa peau. Il se lava le corps de la tête aux pieds avant de finalement sortir du bain. Il s'essuya le corps et enleva l'odeur d'alcool dans sa bouche. Il espérait qu'elle soit prête comme il lui avait fait savoir tout juste avant d'être entré dans la salle de bain. Il espérait évidemment qu'elle n'est pas remise un vêtement ou qu'elle soit partie. Il le prendrait vraiment mal, pour la deuxième option. Quoi qu'il en soit, en restant nu, le Borgia sort de la pièce et revient donc vers le lit où il était quelques minutes plus tôt et commença à s'approcher de son épouse tout en souriant légèrement à celle-ci et comme elle l'invita, bien qu'il n'allait pas rester dans le cadre de porte non plus. Il avait déjà des idées, des idées pour la combler évidemment. Il soulève la couverte pour pouvoir y entrer puis se place au-dessus d'elle. Juan la regarde dans les yeux puis commencer à l'embrasser en descendant doucement sa main vers l'entre-jambe de cette dernière et il commence à faire activer sa main sur sa fleur, avec ses doigts. Il descend ses lèvres dans son cou puis sur sa poitrine avec laquelle il se met à jouer un peu avec le bout de sa langue. Il allait commencer par lui donner du plaisir en premier, pour la mettre en appétit, lui faire découvrir les délices et puis, il n'est pas non plus le pire des maris, il sait très bien comment s'y prendre et il ne compte pas lui arracher sa virginité de façon brute. Borgia continue de faire bouger ses doigts tout en descendant de plus en plus, tirant légèrement la couverture puis arrive enfin à l'endroit précis. Il lui jeta un léger regard et un sourire. Il retire sa main puis attrape ses jambes qu'il pose sur chacune de ses épaules à lui et commence à jouer avec sa langue sur son intimité tout en tenant ses jambes. Il continuait de se trouver chanceux d'avoir une telle beauté lorsqu'il posa ses yeux sur elle.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«Duchesse de Gandie ✿»
Maria Enriquez de Luna

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Mach, Tiny & Tumblr
  CÉLÉBRITÉ : Gemma Arterton
  PARCHEMINS : 100
  ARRIVÉ(E) À ROME : 17/03/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Une nuit de passion, d'amour et de noce ▲ pv   Mer 27 Juin - 1:23

    La jeune femme était dans le lit à attendre son époux avec appréhension. Elle espérait qu’il la respecte et qu’il y aille en douceur. Autant que leur relation débute bien et qu’elle ne garde pas un mauvais souvenir de sa nuit de noces. Maria avait eu de la chance de tomber sur un homme au physique très beau et à son goût. En revanche, elle n’arrivait pas à cerner pour le moment le caractère de son époux si ce n’est qu’il était un bon vivant et qu’il obtenait toujours ce qu’il souhaite. Lorsqu’il fit son apparition, la belle espagnole l’invita à venir la rejoindre. Elle faisait elle aussi un effort puisqu’il était partit se laver pour faire disparaître l’odeur de la boisson et des femmes. Il vint alors la rejoindre sous les draps, se mettant sur elle. Maria plongea son regard dans le sien, elle savait qu’elle ne pouvait pas reculer et qu’ils allaient le faire. Tout n’était qu’une question de secondes à présent. Juan l’embrassa langoureusement, c’est à partir de cet instant que tout débuta. Maria prolongea ce baiser avec la même ardeur que son mari puis elle sentit une de ses mains baladeuses arriver au bon endroit pour lui procurer du bien. Jamais, un homme n’avait touché son jardin secret, elle n’en connaissait d’ailleurs, pas les effets qu’elle pourrait ressentir. La duchesse se mit à gémir tandis que ses mains se posèrent sur le corps de Borgia qu’elle caressa. Au début, elle le toucha de façon timide puis elle prit de plus en plus d’assurance, elle réalisait enfin que ce corps lui appartenait tout comme le sien appartenait à son époux. Plus, il descendait plus elle pouvait ressentir cette chaleur, cette envie. Juan semblait y aller avec douceur quoique quand même de façon pressée. Il faut dire qu’il avait attendu depuis leur rencontre et leur mariage. Aujourd’hui elle lui appartenait et ceux jusqu’à la fin de sa vie, elle lui serait dévouée. Maria se laissa faire, elle le laissa le contrôle de la situation et de son être. Juan déposa des baisers et des coups de langue sur sa peau qui la firent frissonner. Quand il se retrouva en bas, l’espagnole se mordilla la lèvre inférieure. Elle ne savait pas quoi penser à cet instant même. Elle en éprouvée l’envie de l’autre, elle était perturbée par ce qu’ils allaient faire, elle découvrait un univers bien nouveau. Juan lui jeta un dernier regard et un sourire. Pour l’encourager, elle lui sourit également c’est à ce moment là qu’il lui donna un avant goût du paradis. Maria passa ses mains sur les cheveux de son époux qu’elle caressa ou qu’elle tira selon la manière de faire du fils du Pape. Maria continua de gémir, des gémissements qui étaient bien plus fort qu’au début. Juan pouvait donc voir que sa femme prenait plaisir à ces marques d’attention de sa part. Elle commençait à prendre cette timidité en douceur, dans les jours qui suivent, elle se montrerait comme une vraie tigresse comprenant que la beauté d’une femme était une marque de domination pour la gente féminine envers son partenaire.
Revenir en haut Aller en bas

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Une nuit de passion, d'amour et de noce ▲ pv   Mer 27 Juin - 2:11

La nuit de noce débutait, enfin, Juan comptait évidemment prendre son pied, mais il veut aussi en même temps faire monter sa femme au septième ciel, pour l'instant, ils ne sont qu'aux portes du paradis. Il descendit tout le long du corps de sa femme en déposant des baisés un peu partout sur sa douce peau. Il allait s'unir à une femme en toute légalité par un mariage. Elle est à lui à la vie et à la mort, tout comme lui, il est à elle pour l'éternité. C'était vraiment étrange d'ailleurs de penser cela, à son nouveau statut d'homme marié. Il allait devoir s'habituer à cela à présent. Borgia ne pourra plus penser qu'à lui, il devra faire attention à sa délicate femme et penser à elle aussi, en espérant qu'il y arrive, car c'est tout nouveau et il risque d'avoir un peu de misère à s'habituer à ce qu'il n'est plus seul dans sa vie. Il aurait pu la laisser en Espagne, à Gandie et revenir seul, mais il préférait la ramener avec lui et l'avoir à ses côtés. En descendant, il avait déjà hâte à la suite, suite de la nuit et de leur mariage. Il avait retiré sa main pour commencer à lui mettre ses jambes sur ses épaules et puis commença enfin la gâterie avec ses lèvres et sa langue douce. Il s'appliqua comme il le fallait tout en l'observant par moments. Il lâcha quelques frissons en sentant ses mains dans ses cheveux et se mit à accélérer soudainement, surtout en l'entendant gémir. Ça ne faisait que l'excité davantage en l'entendant ainsi. Il lâcha l'une de ses jambes pour venir y mettre sa main afin de continuer à la faire entrer au paradis et évidemment, à lui donner du bon plaisir. Borgia continue encore plusieurs minutes puis il remonte doucement sur le corps de sa femme en se frottant contre elle. Il l'embrasse dans le cou avant de venir l'embrasser passionnément en y ajoutant sa langue tout en s'excitant. Il lui serre un peu la poitrine et attrape doucement la main de Maria pour venir la placer sur sa virilité et commence à lui faire faire des mouvements avec sa main à lui aussi. Il la regarde dans les yeux et penche légèrement la tête en regardant les deux mains dessus son entre-jambe. Il imagine qu'elle ne savait pas comment faire, bien qu'elle doit avoir une certaine idée de comment faire cela, mais elle allait apprendre rapidement avec un mari comme Borgia. Il se mit à lâcher de léger soupir, ce n'était pas désagréable, mais bon, il trouvait cela un peu trop lent à son gout. Après tout, il ne peut pas non plus lui crier dessus et la faire accélérer, tant pis, il passera bientôt aux choses sérieuses, un coup qu'il sera mieux excité pour pouvoir commencer la nuit de noce officiellement. Borgia passe sa main libre dans les cheveux de sa belle, regardant un peu les perles sur sa longue chevelure.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«Duchesse de Gandie ✿»
Maria Enriquez de Luna

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Mach, Tiny & Tumblr
  CÉLÉBRITÉ : Gemma Arterton
  PARCHEMINS : 100
  ARRIVÉ(E) À ROME : 17/03/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Une nuit de passion, d'amour et de noce ▲ pv   Mer 27 Juin - 3:36

    Son époux prenait le contrôle de la situation. Maria était novice dans le domaine, elle était bel et bien pure. Son père était un homme respecté et qui souhaitait protéger sa fille de tout danger. Beaucoup d’hommes avaient tenté de la courtiser, en vain. Son père était toujours dans les parages, il surveillait ses fréquentations, ses tenues qui ne devaient pas être provocantes et s’assurait aussi que Maria se dévoue à la religion comme tout les espagnols c’est pourquoi le roi et la reine avaient eu le titre de « rois très catholiques. ». Maria était allé dans un couvent pour s’instruire et n’y sortait que lorsque son paternel en jugeait bon. Il avait d’ailleurs fait sortir la jeune femme du couvent pour que Juan Borgia puisse la voir lors de son voyage en Espagne. Même s’il ne voyait pas le fils du Pape d’un très bon œil, il avait accepté pour de nombreux avantages. Aujourd’hui et tout les autres jours, Maria appartenait à Juan, ils s’étaient dis oui à Barcelone devant ses proches et quelques Borja d’Espagne. Ils n’avaient pas fait la nuit de noces auparavant mais, ce soir ils se rattrapaient. La belle espagnole laissa son époux faire, il lui avait embrassé son corps avant de se retrouver entre ses jambes pour la faire frémir. Elle n’était pas insensible à ses coups de langues et le fit ressentir en tenant ses cheveux fermement ou par ses gémissements qui se firent de plus en plus fort à mesure que Juan accentuait ses gestes en rajoutant l’une de ses mains. S’il continuait comme cela encore longtemps, la jeune femme risquait d’être comblé très rapidement, elle sentait la chaleur s’intensifiée. Si son mari lui plaisait, elle commençait à le désirer, à vouloir le toucher et l’aimer. Elle s’était déjà éprise de lui, elle avait des sentiments à son égard même si son comportement arrivait à la blesser, il suffisait de voir comment il s’était comporté à la soirée. Juan remonta ensuite pour l’embrasser dans le cou et se frotter à elle. Maria ferma les yeux pour ressentir cette béatitude. Elle les rouvrit lorsque son époux s’empara de ses lèvres. Ils s’embrassèrent passionnément. La duchesse de Gandie laissa le duc avoir des mains baladeuses sur son corps tandis qu’elle recommença à lui toucher le torse. Borgia continua à mener la danse en attrapant l’une des mains de sa belle pour la poser sur son intimité. Maria fut surprise et ne pu s’empêcher de ne pas cacher sa stupeur. Néanmoins, comme une épouse modèle, la demoiselle ne dit rien, elle suivi l’instruction de Juan. Maria lui procura quelques plaisir en bougeant sa main tout comme l’aidait celle de Borgia. La duchesse lui adressa un léger sourire lorsqu’il croisa son regard pour lui faire comprendre qu’elle était bien malgré la peur qu’elle avait eu et qu’elle avait toujours, le plus gros n’était pas encore arrivé. Elle appréhendait de souffrir. Voulant abréger ses souffrances et puis voyant d’après sa main en mouvement que Juan était prêt, elle approcha ses lèvres de son oreille pour lui souffler en espagnol deux mots :

    « Mi marido… »
Revenir en haut Aller en bas

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Une nuit de passion, d'amour et de noce ▲ pv   Mer 27 Juin - 4:24

Juan avait commencé à lui procurer du plaisir en se mettant entre ses jambes. Il devait la préparer avant de pouvoir poursuivre le reste. Certes, il ne s'est jamais marié, mais il sait tout de même ce que cela peut faire à une jeune vierge, leur première fois, toujours la plus importante. Et puis, comme c'était sa femme et qu'il va la revoir demain et les autres choses, il a intérêt à ne pas trop l'abimer, surtout s'il veut remettre l'acte plus tard ou durant la nuit même. Il ne veut pas non plus, coucher avec une fille qui va se mettre à pleurer. Le plaisir sera pour les deux et elle ne sera pas déçue sur cela. D'ailleurs, en Espagne, son père semblait vraiment lui faire comprendre qu'il devrait faire attention à sa fille et prendre soin d'elle. Cela ressemblait presque à des menaces, cela avait vraiment agacé Juan de l'entendre lui parler ainsi, d'autant plus qu'il ne pouvait pas l'insulté ou quelque chose qui pourrait le vexer puisque sinon, il risquait peut-être d'annuler le mariage. Bien que son père, le pape Alexandre VI ait contribué à cela, ainsi que le roi et la reine. N'empêche, il n'aime pas tellement cet homme, heureusement qu'il est loin de Rome. Il n'aurait pas supporté d'avoir son beau-père dans ses pattes, sans pouvoir mener sa vie comme il l'entend. Et donc, pour l'instant, ce soir, cette nuit, il ne comptait pas lui faire du mal, tant qu'elle est sagesse, il n'y a pas de quoi à s'énerver. Borgia continuait le plaisir qu'il donnait à sa femme. Ses soupirs de plaisirs ne faisaient qu'allumer la flamme dans son corps, il avait envie d'elle et de la sentir contre lui et en lui. Il avait ajouté sa main pour lui faire découvrir de nouveau la sensation de ses doigts. Finalement, le taureau décide de remonter doucement sur Maria et commencer à lui donner quelques baisés dans le cou et puis un baiser passionné. Il s'était mis à se frotter doucement sur elle, lui faisant sentir son envie. Le fils du pape s'empara doucement de la main de Maria qu'il fit descendre sur son intimité avec la sienne pour commencer à lui faire faire des mouvements. Il lâcha quelques petits soupirs tout en lui souriant un peu à son tour en caressant ses cheveux un instant. Juan la fit accélérer à un moment avant de l'arrêter en l'entendant. Pour lui, il était assez préparé pour la suite des événements. Il se mordilla légèrement la lèvre inférieure et puis se place doucement. « Mia moglie. » Il lui sourit puis commencé à l'embrasse tendrement puis soudainement, il commence à entrer en elle doucement, enchaîne des mouvements lents et doux pour l'instant pour qu'elle puisse s'y habituer. Il lâcha un léger soupir et lui caresse le visage. Il enfonce un peu plus à chacun de ses coups et place l'une de ses mains sur le matelas et l'autre caresse le corps de sa femme.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«Duchesse de Gandie ✿»
Maria Enriquez de Luna

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Mach, Tiny & Tumblr
  CÉLÉBRITÉ : Gemma Arterton
  PARCHEMINS : 100
  ARRIVÉ(E) À ROME : 17/03/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Une nuit de passion, d'amour et de noce ▲ pv   Mer 27 Juin - 21:44

    Maria essayait de prendre sur elle, d’oublier sa peur de la première fois et de se laisser aller. Ce n’était pas en se braquant qu’elle allait apprécier l’instant. D’autant que Juan semblait doux et lui procurait du plaisir. Un plaisir qui lui était inconnu et qu’elle découvrait avec lui. La belle espagnole savait qu’elle ne ressentirait pas cette émotion, cette sensation avec un autre que son époux. Il était son premier comme son dernier. C’est pourquoi il était important pour elle, que cette nuit se passe bien. La demoiselle se mit à gémir à ses coups de langue et ses doigts, il savait s’y prendre et elle n’avait rien à redire pour le moment. Son mari remonta vers elle pour se coller contre son corps et l’embrasser tendrement. Maria Enriquez avait chaud, elle sentait son corps vibrait à chacune de ses caresses. Borgia continua à prendre le contrôle, il lui prit sa main pour la poser sur son intimité. Ses joues s’empourprèrent de faire une telle chose, une chose coquine et devoir conjugal. Quand il dirigea sa main, les gestes à accomplir, elle le fit sans discuter voyant l’effet qu’elle lui faisait. L’italien la fit accélérer. Elle lui adressa un sourire pour lui faire comprendre son ressentit sur la situation. Maria était bien, elle était un peu plus rassuré qu’auparavant et souhaitait se donner à Juan. Certes, comme il l’avait dit quelques minutes auparavant il l’aurait possédé qu’elle le veuille ou non mais, là elle le voulait d’elle-même, c’était bien mieux que de lui voler sa virginité par la force. Ainsi, la jeune femme montrait son amour pour son mari comme toute épouse doit le faire. Elle accompagna ses gestes à la parole en lui disant en espagnol « mon mari ». C’était étrange de dire cela en sachant qu’elle n’avait jamais appartenu à quelque un et personne ne lui avait appartenu. Borgia répliqua lui aussi en italien tout en lui mordillant sa lèvre inférieure. Ils allaient s’unir, consommer ce mariage. Son homme s’empara une nouvelle fois de ses lèvres, elle prolongea passionnément. C’est alors qu’il se plaça et commença à débuter l’acte amoureux. Maria avait passé ses mains sur les épaules de son époux. Elle rompit le baiser et se mit à pousser un petit cris de douleur. La belle espagnole était en train de perdre sa virginité, si Juan avait des doutes dessus, il pouvait voir qu’on ne l’avait pas trompé sur la marchandise. La jeune femme s’ agrippa à ses épaules en y enfonçant ses ongles. Il fallait qu’elle se détend pour ne pas souffrir davantage, tout comme elle l’avait fait quelques minutes auparavant en acceptant que Juan s’occupe d’elle. Borgia lui caressa le visage, elle essaya de se concentrer à la douceur de ses gestes, à ses caresses sur sa joue et sur son corps, elle le regarda dans les yeux, il pouvait lire qu’elle avait mal. Mais au fur et à mesure des coups de plus en plus doux et nombreux, Maria commença à y prendre du plaisir, à y prendre goût. Elle laissa échapper des gémissements et des soupires. La duchesse de Gandie déposa des baisers dans son cou et sur le torse pour le satisfaire du mieux qu’elle pu tout en prenant plaisir et assurance. Elle ne faisait plus qu’un avec lui.
Revenir en haut Aller en bas

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Une nuit de passion, d'amour et de noce ▲ pv   Mer 27 Juin - 23:13

Après avoir fini de donner du plaisir à sa femme, Juan était remonté sur le corps de sa femme et avait commencé à se frotter doucement sur elle. Il voulait lui faire sentir qu'il avait envie d'elle et par la même occasion, il lui fit découvrir sa virilité en posant sa main à elle dessus afin de lui faire faire des mouvements tout en l'aidant. Il la caressa doucement avant de finalement commencer à l'embrasser, le mouvement était venu d'officialiser leur mariage, enfin. Il la pénétra donc doucement et fit quelques mouvements pour être mieux entré et commença donc l'acte qu'il était en train de faire. Il lui lança un léger regard suivi d'un mini-cri en sentant les ongles de sa femme dans sa peau. Il tassa rapidement ses doigts, il déteste qu'on lui fasse cela, ça fait vraiment mal, mais bon, c'est sûrement, car il venait de lui retirer sa pureté, son innocence. Il soupira légèrement avant de caresser un peu son visage et d'accélérer au fur et à mesure ses mouvements qu'il faisait en elle. Il se mit à embrasser sa poitrine en remontant vers son cou et vers ses lèvres pour lui voler un baiser passionné. Il sourit légèrement par la suite en l'entendant gémir de la sorte et lâcha quelques frissons en sentant ses lèvres sur sa peau. Borgia donna quelques coups un peu plus profonds pour bien s'unir à elle, mais surtout pour s'assurer qu'elle ne soit plus vierge. Il l'enlaça doucement en continuant et lâcha quelques soupirs. Il décide d'arrêter doucement et se placer à côté. Il ne comptait pas arrêter tout de suite, non loin de là. Juan l'invite à venir sur lui et lorsque cela est fait, il remet en elle puis recommence ses mouvements plus vite. Il lui caresse la poitrine au passage puis la fait coller contre son torse. Il lui caresse le dos avant de placer ses mains sur ses fesses et fait accélérer les mouvements. Juan la regarde un peu dans les yeux tout en gémissant. Il était enfin uni à son épouse, il l'avait et il était bien. Juan l'observa un peu et ses coups se font plus rapides et plus profonds. Il avait le désir et l'envie, cette chaleur qu'il a en lui. Il lui attrape la tête pour venir l'embrasser follement, mélangeant sa langue à la sienne. Borgia était heureux d'avoir pu se marier à cette belle espagnole. Pourtant, ce n'est que la première nuit, il espérait que les restes des jours cela soit ainsi, il ne sait pas encore comment cela va se passer. S'il perdra ses habitudes d'aller dans les bordels et de boire comme un trou puis de faire comme il le veut ou alors, prendra-t-il soin de Maria. Comme on dit, seul le temps nous le dira. « Aah... Mariaa.. » Il se mordille légèrement la lèvre en sentant son corps de plus en plus chaud. Il la fit ralentir, pour faire durer le plaisir. Borgia la caresse un peu partout tout en reprenant des mouvements plutôt secs.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«Duchesse de Gandie ✿»
Maria Enriquez de Luna

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Mach, Tiny & Tumblr
  CÉLÉBRITÉ : Gemma Arterton
  PARCHEMINS : 100
  ARRIVÉ(E) À ROME : 17/03/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Une nuit de passion, d'amour et de noce ▲ pv   Jeu 28 Juin - 0:14

    Juan avait prit possession d’elle avec douceur. Maria apprécia le geste en sachant qu’un grand nombre de maris ne prenaient pas en compte la pureté de leurs femmes. Borgia avait fait l’effort tout comme il avait fait l’effort de se nettoyer pour ne plus sentir les festivités de la soirée. Elle lui était reconnaissante. Néanmoins, elle pouvait sentir une douleur, elle avait mal sans doute en grande partie lié au stresse qui augmentait la douleur. Maria Enriquez venait de perdre son innocence, elle avait passée une étape de sa vie. A présent, elle était officiellement une dame, elle avait des devoirs envers son époux comme lui apporter un fils et être au petit soin pour lui. Juan pourrait montrer dès demain matin les traces de sang qui avaient imprégné les draps. La jeune femme avait eu la chance de ne pas le faire devant des témoins, elle aurait eu un blocage déjà qu’elle avait paniqué. Finalement, ce n’était pas si mal qu’elle le pensait, elle prenait goût à ce moment. Petit à petit, la douleur faisait place au plaisir et accentuait ce feu qui brûlait en elle. Elle désirait Juan plus que tout à cet instant, se laissant guider par ses caresses et ses coups de bassins. Maria poussa des gémissements de plus en plus prononcer au rythme de ses coups. La belle espagnole espérait qu’on ne l’entende pas des couloirs ou d’un appartement d’à côté. Quoique, cela prouverait encore une fois que le mariage était bel et bien consommé. Alors que tout les deux étaient en train de s’approcher du paradis, mélangeant leurs souffles et leurs baisers, Juan s’arrêta pour s’allonger à ses côtés. Maria Enriquez fut surprise et fronça les soucils. Elle ne comprenait pas, elle n’était pas si bien pour lui ? Fort heureusement, lorsqu’elle tourna la tête, il l’invita à venir s’approcher de lui où du moins sur lui. La demoiselle fut hésitante quelques secondes avant de finalement lui adresser un petit sourire et s’assit à califourchon sur lui. Les époux reprirent leur nuit de noces. Là encore, Maria eu mal au début mais, ce n’était pas aussi violent que toute à l’heure. Son corps ondula avec celui de Juan se laissant caresser tandis que ses mains se baladèrent sur le sien jusqu’à ce qu’elle soit collé à lui. Leurs lèvres se scellèrent comme une promesse. Maria n’arrivait pas à réaliser ce moment magique. Pour elle tout semblait finalement être parfait, elle en oubliait le comportement de Juan lors de cette soirée. Cette nuit, il lui appartenait. Elle espérait que les autres nuits soient ainsi. La belle espagnole savait qu’elle devrait redoubler d’efforts pour attirer l’attention de Borgia, surtout une fois qu’elle sera enceinte, elle ne voulait pas être délaissé et si seule surtout dans ce pays qui même s’il était le sien maintenant, ne remplacerait jamais sa belle Espagne. Maria continua les mouvements suivant ceux de Juan qui la faisait grimper aux rideaux. Elle mélangea son prénom au sien en hurlant, elle s’amusa même à dire le nom de « Borgia ». Sa respiration était saccadé et elle pouvait sentir des gouttelettes perlaient son front, son corps était en sueur ainsi que celui de Juan. Son mari mélangea les rythmes pour lui faire varier les plaisirs avant de reprendre. Ces cris reprirent de plus belles aux coups rapides, elle pouvait le sentir en elle et la faire arriver à son comble. Maria arriva au bout de son plaisir en lâchant un énième cris, elle venait d’atteindre le paradis, elle se sentait soudainement épanouie et en totale osmose avec son époux.
Revenir en haut Aller en bas

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Une nuit de passion, d'amour et de noce ▲ pv   Jeu 28 Juin - 0:56

Borgia continuait les mouvements toujours au-dessus de son épouse, il voulait l'habituer un peu au début avant de finalement changer position pour que Maria soit sur lui. Il avait arrêté les mouvements doucement avant de s'allonger à côté et de l'invité sur lui. Il la voulait toujours autant. Il la désirait plus que toute cette nuit. Il ne savait pas s'il allait se lasser d'elle vite, comme il a tendance à jeter rapidement ses conquêtes, du moins là, il ne pourra pas la jeter vraiment, seulement la renier puisqu'ils sont liés à la vie et à la mort. Il faudrait un vrai scandale ou qu'elle meurt pour qu'ils se séparent. De toute façon, il aimerait mieux la connaître, car elle n'est pas qu'une nuit, elle est toutes ses nuits à présent et sa deuxième vie. Borgia va devoir prendre soin d'elle à présent, il espérait que cette tâche en tant qu'époux ne soit pas trop lourd, qu'il ne soit pas étouffé par ce mariage, c'est tout nouveau. Juan avait repris ses mouvements de bassins après être entré de nouveau elle. Il lui caressait tendrement la peau tout en la collant à lui et en venant s'emparer de ses lèvres. Il s'était mis à jouer avec sa poitrine durant le baiser où ils mélangèrent leur langue tout. Il sentait que le septième ciel était bientôt proche, ses coups devenaient de plus en plus rapides et un peu profonds mêmes. Il serra ses hanches pour continuer tout en la regardant. Il mélangea le prénom de sa femme au sien puisqu'elle souffla à son tour son prénom et le Borgia aussi. La chaleur devenait de plus en plus intense, il sentait que c'était la fin et qu'il n'allait plus tenir pour longtemps. Borgia s'excita davantage en entendant Maria gémir et lâcher des cris, son tour arriva, il se lâcha complètement en elle, poussant de nombreux soupirs plutôt fort puisqu'il venait d'atteindre son plaisir maximum. Il continue de donner plusieurs coups avant de s'arrêter doucement de soupirer de nouveau. Juan tourne légèrement la tête puis aperçoit la tache de sang qu'elle avait faite, fort heureusement que la tâche était là, ce qui prouve qu'elle était bel et bien vierge et si cela n'aurait pas été le cas, forcément qu'il se serait plaît de sa femme auprès de son père, mais bon, cela n'est pas le cas. Quoi qu'il en soit, il la dépose à côté, là où il y avait pas de sang puis reprend doucement son souffle avant de finalement se lever du lit et se servir un verre avec la carafe de vin sur la table de chevet. Il boit sa coupe en regardant sa femme, son corps magnifique. Ils venaient de s'unir, ce n'était que le début d'une première. Juan dépose sa coupe vite puis revient sur le lit en s'approchant de sa femme pour la caresser tendrement.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«Duchesse de Gandie ✿»
Maria Enriquez de Luna

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Mach, Tiny & Tumblr
  CÉLÉBRITÉ : Gemma Arterton
  PARCHEMINS : 100
  ARRIVÉ(E) À ROME : 17/03/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Une nuit de passion, d'amour et de noce ▲ pv   Jeu 28 Juin - 1:37

    Leurs deux être s’unirent pour la vie pour la toute première fois. Ils s’étaient certes dis un « oui » solennel devant Dieu, l’alliance pouvait encore être défaite tant que le mariage n’était pas encore consommé. Ce soir, elle lui appartenait comme les jours et les soirs qui viennent, elle était à lui qu’il l’aime ou la déteste. Maria espérait qu’il ai de l’affection pour elle-même s’ils ne se connaissent à peine. Ils ne s’étaient pas échangés de grandes conversations jusqu’à présent, seulement quelques mots par-ci par là. En tout cas, Juan Borgia lui donnait l’impression de l’aimer le temps d’une nuit, il semblait avoir oublier ses femmes qui lui tournaient autour toute à l’heure. Il partageait un moment avec sa femme. La belle espagnole s’était donc retrouvé sur lui à reprendre des mouvements qui commençaient à devenir familiers, elle se les appropriait petit à petit, elle devrait les refaire bien plus tard pour satisfaire son époux. Elle continua ses mouvements tout en laissant échapper des cris de plaisir. Maria sentait cette chaleur qui se consumait et elle en cru devenir folle. Juan était la cause de tout cela, elle le désirait plus que tout et le fit comprendre en ondulant son corps, lui laissant caresser le sien tandis qu’elle déposait des baisers dans le cou et sur son torse. La duchesse de Gandie se donna corps et âme à son bien aimé. Les deux époux arrivèrent à l’extase, Maria se mordilla la lèvre inférieure en sentant les frissons parcourir sa beau de satin. L’épouse de Borgia pouvait sentir le fruit de leur passion en elle. La jeune femme avait de l’espoir pour qu’elle puisse tomber enceinte très rapidement. Qui sait, peut-être que leur enfant serait conçu à partir de cette nuit ? Ce serait tellement beau pour être vrai. Juan se retira d’elle, la déposant sur le côté. Maria se tenait la tête et était allongé sur le côté comme une statue grecque pour observer son mari se lever le temps que sa respiration reprenne une rythme normal. Son cœur eu du mal en revanche, son cœur battait pour le fils cadet de Sa Sainteté. Quand on dit que les femmes tombent sous le charme de leur partenaire après l’avoir fait, il est vrai, les demoiselles sont plus sentimentales. Maria lui adressa un sourire en coin tout en se mordillant la lèvre inférieure en admirant le corps de son homme. Ce dernier finit sa coupe et revint vers elle pour lui caresser sa peau. L’espagnole se colla contre lui pour être dans ses bras, elle déposa quelques baisers sur son torse. Maria Enriquez ne savait pas quoi dire, elle ne le connaissait pas suffisamment pour connaître ses goûts et ses couleurs ou encore ses tourments. Elle espérait qu’avec le temps, qu’il lui fasse confiance et l’écoute, elle savait être une oreille particulièrement attentive. Lui aussi ne la connaissait pas. Sous ses airs de petite femme timide, il se cache une femme au grand cœur et qui ne se laisse pas marcher sur les pieds, elle peut être une vrai tigresse, Borgia aurait la chance de le découvrir plus tard. Pour le moment, elle était à sa phase de découverte de son mariage. Le silence était de mise, elle leva la tête pour croiser le regard de son époux et lui murmura d’une voix innocente :

    « Dois-je vous laisser mon seigneur et retrouver mes appartements ? »

    Maria demandait cela naïvement, elle pensait qu’une fois qu’il avait eu ce qu’il voulait, il la laisserait aller se reposer. Cette journée avait été mouvementés pour le couple. De plus, elle ne savait pas si Juan était du genre à dormir seul ou à désirer la compagnie d’une femme jusqu’au petit matin.
Revenir en haut Aller en bas

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Une nuit de passion, d'amour et de noce ▲ pv   Jeu 28 Juin - 2:07

Le nouvel époux avait décidé de laisser faire son épouse, mais il l'aida tout de même par moments dans les mouvements, car si elle connaissait une partie de sa réputation, alors, elle devait se douter que Juan était du genre à aimer ce genre de plaisir, plusieurs fois par jour s'il le fallait, par semaine. Elle allait être épuisée, ça c'est évident. Tous deux avaient enfin atteint le plaisir maximum, il avait été jusqu'au bout, conscient que cela allait peut-être donner un enfant, c'est ce qu'il espérait d'ailleurs, un fils, ça serait le mieux, un héritier. Il espère qu'elle le sera très bientôt et puis, si ce n'est pas ce soir, alors, ça sera demain ainsi de suite. Ils recommenceront jusqu'à ce qu'elle soit enceinte et puis ce n'est pas comme si cela la pire chose à faire, probablement le meilleur dans un mariage, la consommation et les actes. Il l'avait doucement déposé à côté de lui pour pouvoir se retirer, mais aussi se lever, restant nu et en se servant un verre pour rafraîchir son intérieur. Il est revenu vers elle, allongé à ses côtés en se collant à sa belle épouse qui prenait déjà plaisir à admirer depuis leur toute première rencontre. Borgia savait déjà qu'il la voulait comme épouse, c'était elle, pas une autre. Il lui caressa le corps de nouveau en frissonnant à ses quelques baisés qu'elle lui offrait sur son torse. Juan s'allongea mieux en posant une main sur sa hanche tout en la regardant. Il était chanceux de l'avoir comme femme, qui depuis quelques jours, lui appartient, elle appartient à Juan Borgia, fils du pape et lui, il appartient à Maria Enriquez de Luna, fille d'Enrique Enriquez. Il lui déposa un baiser sur les lèvres avant de lui sourire. C'est vrai qu'il a tendance à ne pas dormir les femmes, c'est très rare qu'il fasse cela, mais à présent, il le fera quelques fois par soir et cette nuit, il avait envie qu'elle reste auprès de lui et de sentir sa chaleur sur lui durant le reste de la nuit. « Restez auprès de moi cette nuit. » Il sourit un peu avant de lui replacer ses cheveux pour mieux apercevoir ce doux visage. « Dites-moi ce dont vous avez besoin ? Pendant que vous prenez un bain, les draps seront changés et quelqu'un s'occupera de vous. » Il lui redonne un baiser sur les lèvres avant de sortir du lit puis passer une serviette alentour de sa taille. Les draps allaient être changés, pendant que ces draps soient apportés là où il le fallait pour dire que le mariage a bel et bien été consommé. Juan venait de visiter l'Espagne en profondeur. Il approche de la porte puis il fait entrer les servantes de son épouse pour qu'elles puissent s'occuper du bain de celle-ci. Il referme la porte et approche de sa femme en la regardant. Il voulait savoir si elle avait besoin de quelque chose. Pour une fois qu'il prenait soin de quelqu'un d'autre que de lui-même, il prenait soin d'elle, ce soir, elle a de toute façon, besoin de sentir chez elle. Elle vient de quitter son pays pour un autre, l'Italie, celui de son époux. Juan aussi se sentait bien là-bas, il s'était senti un peu comme chez lui, pourtant, l'Italie, Rome, reste son vrai chez lui et sa véritable vie est là, au côté de son père et dans l'armée. Il n'aurait pas aimé laisser sa femme là-bas, sans lui, il ne voulait pas la laisser seule sans époux et lui, il ne voulait pas être sans elle.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«Duchesse de Gandie ✿»
Maria Enriquez de Luna

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Mach, Tiny & Tumblr
  CÉLÉBRITÉ : Gemma Arterton
  PARCHEMINS : 100
  ARRIVÉ(E) À ROME : 17/03/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Une nuit de passion, d'amour et de noce ▲ pv   Jeu 28 Juin - 3:14

    Maria était toujours allongée sur le lit et observa son époux. Elle repensa à ce qu’il venait de se produire, elle se sentait comblée. La duchesse adressa un sourire à son duc qui revint à ses côtés et lui caressa sa peau. La belle espagnole en profita pour se coller contre lui. Elle était du genre câline lorsque l’on le méritait. Si Juan avait été aussi désagréable que lorsqu’il était rentré dans la pièce, elle aurait été distante et froide. Puis, elle n’aurait sans doute pris aucun plaisir à cette tâche conjugale. Heureusement que tout s’était passé à merveilles, elle appréhenderait moins la prochaine fois. Au fil des jours, elle prenait ses aises et ses repères. Pour le moment, elle était encore déboussolée. A cette heure-ci, la jeune fille serait en train de dormir dans son lit d’Espagne. A présent, ils étaient deux, il fallait qu’elle se soucis pour deux et pense pour deux. La belle espagnole se blottit dans ses bras déposant des baisers sur son torse. Ce dernier s’empara de ses lèvres pour l’embrasser tendrement, elle prolongea pour en lui caressant le bras. Le silence était présent mais, au fond il n’était pas dérangeant puisqu’ils savouraient cet instant de tendresse. Néanmoins, Maria prit la parole pour lui demander s’il souhaitait qu’elle parte vu qu’elle avait accomplit son devoir d’épouse et elle ne savait pas comment se comportait Juan, s’il préférait dormir seul ou être avec elle. Sa réponse fut positive et chaleureuse, Enriquez ne pu s’empêcher de lui offrir un nouveau sourire à son tour. Borgia était attentionné, il lui remit ses mèches en place, elle le regarda dans les yeux comme pour chercher à déceler l’homme énigmatique qu’est Juan Borgia. Il accompagna ses gestes à la parole en lui demandant ce qu’elle avait besoin et lui expliqua que les draps allaient être changé durant qu’elle prendrait son bain et qu’on s’occupe d’elle. Maria n’eu pas le temps de répondre que son amour lui vola un baiser et sortit du lit. Elle fit de même et le regarda ouvrir la porte et appeler ses servantes qui étaient restés dans les couloirs à attendre leur maîtresse. L’espagnole se mit à rougir en pensant au fait que ses servantes avaient du les entendre. Quoique vu qu’elles s’entendaient bien avec elles, il ne serait pas étonnant si la duchesse leur racontait ses impressions. Après tout, Maria était encore jeune, elle venait d’avoir dix huit ans dernièrement . Juan se rapprocha d’elle attendant sa réponse. Elle lui entrelaça leurs mains où se trouvaient leurs alliances, elle le regarda dans les yeux et lui adressa un sourire mi-gênait mi-amusé :

    « J’aurais besoin d’une de vos chemises mon époux….. »

    Maria se mit à rire légèrement en désignant de la main les restes de sa robe de chambre qu’il avait déchiré auparavant. Il valait mieux en rire qu’en pleurer. Elle reprit aussitôt la parole, collant son corps contre son mari et murmura pour ne pas que des oreilles indiscrètes entendent.

    « …et également de votre présence, cela me suffit amplement. »

    La duchesse lâcha sa main pur les poser sur ses joues et l’embrasser tendrement avant de reculer et de se diriger dans la salle de bain où ses servantes s’étaient attelés à lui préparer un bain. Elle rentra donc quelques minutes plus tard dans l’eau chaude et se fit laver par ses servantes
Revenir en haut Aller en bas

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Une nuit de passion, d'amour et de noce ▲ pv   Jeu 28 Juin - 3:52

Juan était bien sûr le lit, allongé aux côtés de sa femme, Maria Enriquez. Il n'avait plus envie de bouger et de rester dans cette position, mais les draps devaient être changés pour la nuit, car ils n'allaient pas dormir dans la sueur et surtout le sang. Il lui déposait quelques baisés sur ses lèvres tout en la caressant. Cette dernière lui avait demandé si elle devait retourner dans ses appartements, pas cette nuit, il la voulait auprès de lui et il lui fit d'ailleurs comprendre, qu'il veut qu'elle reste auprès de lui cette nuit. Il ne voulait pas la voir partir, de plus, la voir partir tout de suite comme ça, c'est comme s'il voulait déjà s'en débarrasser. Or, ce n'est pas le cas, pas ce soir. Il voulait dormir avec elle. Juan a pris soin de lui dire que quelqu'un, faisant référence à ses servantes d'Espagne allaient prendre soin d'elle et durant le bain. Il voulait savoir par la même occasion, si elle avait besoin de quelque chose en particulier. Il n'avait jamais été au soin de quelqu'un, pas de cette façon, c'était vraiment étrange pour lui, mais autant se montrer gentil et ce n'était pas comme s'il se forçait à dire ses choses-là. Les mots sortaient de sa bouche de façon naturelle, c'est qu'il le voulait, prendre soin de son épouse. Après l'avoir embrassé, le taureau sorti du lit pour aller placer une serviette alentour de sa taille. Il avait ensuite ouvert la porte aux servantes de son épouse pour que celle-ci s'occupe du bain et avait aussitôt refermé la porte, derrière se tenait quelques gardes, qui eux aussi avaient dû entendre leur ébat, mais cela, ne dérange point le duc de Gandie, il n'en était même habitué et probablement qu'eux aussi. Et puis, cela pouvait qu'ils avaient eu du plaisir et qu'il avait sûrement comblée son épouse. Il s'était approché d'elle par la suite en lui souriant et la faisant coller à lui. Il serrait légèrement leur main en embrassant l'alliance de Maria tout en la regardant. Il rit légèrement en l'entendant, en effet, il l'avait déchirée la sienne tout juste avant le bain qu'il avait dû prendre à la demande de cette dernière. Juan passe sa main sur le corps de sa femme et notamment sur sa jolie poitrine qu'il vient presser légèrement avec sa main libre. Borgia sourit légèrement en coin puis prolonge tendrement le baiser qu'elle lui donne. Il observe ses fesses un instant jusqu'à ce qu'elle disparaisse dans la pièce à côté puis fait entrer des personnes particulières pour les draps afin de les conserver et prouver que le mariage a bel et bien été consommé. Un coup cela fait, deux servantes changent les draps et puis il sort une chemise pour sa femme. Il décide finalement d'aller rejoindre Maria dans la pièce à côté en faisant sortir les servantes de la pièce soudainement et pose la chemise à côté de la serviette et approche d'elle. Il retire sa serviette puis décide d'entrer à l'intérieur du bain et s'y assied en attrapant l'éponge. Juan s'approche d'elle et la passe sur son corps en la caressant légèrement.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«Duchesse de Gandie ✿»
Maria Enriquez de Luna

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Mach, Tiny & Tumblr
  CÉLÉBRITÉ : Gemma Arterton
  PARCHEMINS : 100
  ARRIVÉ(E) À ROME : 17/03/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Une nuit de passion, d'amour et de noce ▲ pv   Jeu 28 Juin - 13:03

    Son époux tenait à son confort, elle en était touchée. Elle avait l’impression d’avoir devant ses yeux un autre Juan que celui de la soirée qui était plutôt bon vivant et coureur de jupons. Borgia semblait plus calme et plus tendre. Peut-être était-ce l’effet du mariage ou simplement une humeur passagère ? Maria espérait que cela continue dans cette voie car elle avait besoin d’être aimé à sa juste valeur. Après quelques baisers, les deux époux sortirent du lit afin que les draps puissent être changé. Le gonfalonier ouvrit la porte pour laisser entrer ses servantes ainsi que celles qui devaient se charger des draps. Maria s’était mise en retrait afin qu’on ne la voit pas de l’autre côté de la porte. Elle ne voulait pas que les hommes de son mari la voit dans son plus simple appareil, elle était pudique et puis ce privilège était réservé à Juan en personne. Quand il ferma la porte, elle s’approcha de lui et inversement. Ils se collèrent comme des aimants, elle en profita pour lui voler un baiser et déposer ses lèvres sur son torse. Les servantes qui s’occupaient des draps pouvaient elles aussi témoigner de ce mariage consommé puisqu’elles pouvaient voir le couple proche ce qui était d’ailleurs rare pour des mariages arrangés. Maria laissa son époux lui toucher la poitrine en silence, elle avait des frissons. La jeune femme lui expliqua de ce qu’elle avait besoin : une chemise car Juan lui avait déchirée la sienne et si elle voulait rentrer tôt ou tard dans ses appartements, elle n’allait pas traverser le couloir nue même si cette situation plairait sans doute aux soldats qui en profiteraient pour se rincer l’œil. Les deux époux rirent ensemble pour cette fameuse chemise, un petit moment de complicité. Elle espérait en avoir d’autres. Maria lui vola un énième baiser et se dirigea ensuite dans la salle de bain pour se laver. Elle rentra dans le bain chaud et ces trois servantes s’approchèrent d’elle pour la laver. Celle qui lui enleva son apparat de perles dans ses cheveux osa lui demander si la consommation de leur mariage s’était convenablement déroulé. Il faut dire qu’elle avait le même age que sa maîtresse, que Maria parlait beaucoup avec ses dames et que cette dernière avait eu vent du tempérament de Borgia. La duchesse de Gandie lui adressa un sourire rassurant et lui expliqua que tout s’était convenablement déroulé, qu’elle avait eu certes peur mais, que son époux avait été le plus tendre des amants. C’est alors que Juan rentra dans la pièce avec la chemise demandée. Ce n’était pas la sienne mais, celle de son mari, elle allait lui convenir et elle pourrait sentir son odeur, lui rappelant le doux souvenir de cette nuit. Le duc congédia ses servantes, Maria remarqua que la servante qui avait discutée avec elle s’en inquiéta de nouveau, l’espagnole lui adressa un autre sourire pour la rassurer, Juan n’allait rien lui faire, ce n’était pas un monstre. Une fois les dames partit, elle observa son époux enlever sa serviette et entrer dans le bain en silence. Il s’approcha d’elle et prit l’éponge pour poursuivre le travail de ses servantes mais surtout de lui caresser le corps. La belle eu de nouveaux frissons, elle le laissa faire tout en le regardant et en passant une de ses mains sur sa cuisse. Elle le regarda dans les yeux et rompit le silence :

    « J’écrirais dès demain matin à mi padre mon seigneur pour lui faire part de la nouvelle et y écrire mes louanges à votre sujet. Vous m’avez traité comme une princesse… » Elle s’interrompit quelques secondes pour laisser un petit suspense ou du moins pour être plus coquine : « …comme votre princesse de Tricarico. »

    Maria connaissait fort bien son père et savait qu’il attendait des répercutions de ce mariage. Elle ne voulait pas qu’une autre personne raconte sa nuit et déforme ce qui s’y est passé. Elle n’avait confiance qu’en elle et cela rassurerait de savoir que Juan avait tenue ses paroles. Peut-être que cette lettre apaiserait les tensions entre son époux et Enrique Enriquez.



Revenir en haut Aller en bas

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Une nuit de passion, d'amour et de noce ▲ pv   Jeu 28 Juin - 16:17

Les servantes étaient en train de s'activer pour changer les draps et conserver ceux où il y avait la tache de sang afin de prouver que Maria Enriquez était vierge et que le mariage fut donc consommé par la même occasion, ce qui est évident. Et probablement que les servantes et les gardes de l'autre côté de la porte, peuvent en être témoin, les cris et les gémissements se sont sûrement rendu jusqu'à l'autre côté de la porte. Cela prouve que ça s'est bien passé. Et c'était tant mieux, Juan avait pris soin de sa femme et il avait pris que celle-ci ne soit pas dans la douleur tout le long de la soirée et de la nuit. Il peut se montrer très bute dans certaines situations, mais il n'a aucune raison de faire du mal à sa belle épouse, surtout que cela risque de faire rage auprès de son beau-père qui méprise comme tout. Il ne l'aime pas trop, à cause de lui, il a failli, ne pas épouser sa fille, heureusement que cela ne dépendait pas que toi, mais de la couronne Espagnole aussi. Et puis, heureusement aussi qu'il n'est pas laissé sa pauvre épouse là-bas, même si Maria n'aurait pas vécu à la maison, chez son père, mais à Gandie. Juan avait pris soin d'elle et au final, il semblait le parfait époux. Ce n'est pas un jeu, mais évidemment que son véritable caractère peut sortir de ses gonds, seulement que là, il n'y a rien qui fait que cela peut arriver. Il pense qu'il pourra peut-être être en amour, pour l'instant, ce n'est que le début, il l'apprécie, il prend soin d'elle comme tout bon époux et lui montre de l'affection. Après que sa femme soit entrée dans la salle de bain. Il attrapa une chemise pour Maria puis décida d'aller la rejoindre dans la pièce d'accoté. Il avait envie de la voir encore nue avant qu'elle enfile ce vêtement et passé un peu de temps avec celle-ci. Borgia pénétra donc dans la pièce puis congédia les servantes qui étaient présentes et posa la chemise près de la serviette avant de retirer la sienne et d'approcher du bain en souriant. Le gonfalonier entre dans le bain et s'y assoit pour venir finir le travail sur le corps de son épouse en la lavant dans le calme et le silence. Il se mordilla légèrement la lèvre en sentant sa main sur sa cuisse. Il finit de la laver doucement et lâche l'éponge en l'écoutant. Il secoua légèrement la tête en entendant cela, son père allait apprendre que sa petite fille ne l'était plus, mais en même temps, il savait que maintenant, elle lui appartenait pour toujours. Juan se place entre ses jambes en se calant un peu et pose sa tête sur sa poitrine et puis attrape ses mains pour les caresser légèrement. « Vous êtes une princesse. » Juan lui embrasse les mains et descend ses mains pour caresser ses jambes. « Ma princesse. » Il lève un peu la tête pour lui sourire. Il était bien dans les bras de sa femme, aucune tension, le calme.

« J'espère que vous pourrez vous sentir comme chez vous ici, vous l'êtes dorénavant et n'hésitez pas à demander de l'aide à mes proches, si vous avez besoin de quelque chose et que je ne suis pas là. Vous êtes ma femme, vous avez droit à tout. » En effet, tout lui n'appartient à présent, du moins, presque que tout, lui, il a l'habitude de faire ce qu'il veut quand il le veut, mais il ne savait pas comment Maria était chez elle, comment elle se comportait et ce qu'elle faisait de ses journées en Espagne et il espérait le découvrir très bien vite. Il ne veut pas qu'elle soit une inconnue, mais son épouse et qu'elle soit à l'aise à Rome. Borgia se retire après un instant et puis se lave à son tour, de cette sueur qui avait eu durant l'acte. Il lui embrasse le front par la suite et sort du bain en attrapant une nouvelle serviette pour s'essuyer le corps et retourne dans la pièce à côté, laissant sa chérie seule dans le bain. Il va éteindre quelques bougies, seules quelques heures étaient encore allumées pour que sa femme puisse voir dans la chambre et ne pas se frapper le pied ou la tête sur un meuble. Pendant ce temps, Juan retourne dans les couvertures en s'allongeant, plaçant ses mains derrières la tête et en fermant les yeux pour penser un peu à tout cela. Il ne sait pas comment cela va se passer demain, probablement qu'il ira voir son père pour lui raconter comment ça s'est passé, bien.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«Duchesse de Gandie ✿»
Maria Enriquez de Luna

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : Mach, Tiny & Tumblr
  CÉLÉBRITÉ : Gemma Arterton
  PARCHEMINS : 100
  ARRIVÉ(E) À ROME : 17/03/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Une nuit de passion, d'amour et de noce ▲ pv   Jeu 28 Juin - 17:42

    Maria était allé dans la salle de bain pour se lave, sentir l’eau chaude sur son corps. Elle avait beau nettoyer les traces de cette nuit, elle aurait ce souvenir en tête jusqu’à la fin de sa vie. Alors qu’elle parlait avec ses servantes, Juan fit son apparition dans la pièce. Il était l’homme du foyer à présent et de sa vie. Les femmes l’écoutèrent et quittèrent les appartements de Borgia. Maria Enriquez se retrouva avec lui en tête à tête. La demoiselle lui adressa un sourire et le regarda rentrer dans le bain. Il prit l’éponge et l’aida à se laver, elle le laissa faire en silence appréciant ce geste. Elle déposa sa main sur sa cuisse qu’elle caressa tendrement. La jeune femme finit par prendre la parole pour lui parler de son père qu’elle chérissait. Elle savait les tensions qu’il y avait entre Borgia et son père, elle voulait le rassurer que Juan n’était pas un si mauvais mari qu’il le pensait. Il avait déjà entendu ses parents se disputaient au sujet de cette union jusqu’au jour où ils avaient reçu une lettre du roi Ferdinand dont elle est sa petite cousine et qui influença sur ce mariage. Elle fit remarquer à Juan que ces gestes l’avait touché et qu’il l’avait considéré comme une princesse avec ce traitement de faveur, elle s’amusa d’ailleurs de son titre pour affirmer ses dires. Juan s’arrêta de passer l’éponge sur sa peau pour s’asseoir entre ses jambes et coller son dos contre son ventre. Son mari posa sa tête sur sa poitrine et lui prit ses mains. Ils étaient bien. Maria se demandait si Borgia serait toujours comme ça ou s’il allait finir par la blesser en la délaissant. Elle essaya de ne pas penser à cette idée, elle ne voulait pas imaginer une telle solution. Elle profita donc du moment présent. Juan confirma ce qu’elle venait de dire, elle était une princesse, sa princesse. La duchesse ne pu s’empêcher de sourire tout en le laissant lui caresser ses cuisses. Borgia reprit la parole pour lui dire qu’elle vivait à présent ici à Rome et qu’il espérait qu’elle se sente comme chez elle. Par la même occasion si elle avait le moindre soucis, elle pouvait demander à ses proches de l’aide ou autre. Il rajouta pour finir qu’elle avait tout les droits puisqu’elle était sa femme. Il est vrai que son mari était l’un des hommes puissants de Rome et d’Italie puisqu’il était préfet et capitaine de l’armée pontificale.

    « Je n’y manquerais pas, je vous le promets. »

    Vu qu’il avait relevé la tête elle en profita pour l’embrasser. Ce dernier finit ensuite par se lever et se rincer sous ses yeux. Maria ne bougea pas et l’observa. Puis, il partit la laissant seule dans le bain après avoir déposé un baiser sur son front. Maria y resta encore quelques minutes, en pleine réflexion. Elle sortit enfin et elle s’essuya à l’aide de la serviette avant de revêtir une chemise à Juan qui lui allait trop grande ayant un corps de femme. Elle sortit de la pièce et revint dans la chambre, son époux était déjà allongé. Maria contourna le lit pour se mettre de l’autre côté et une fois à l’intérieur, elle se colla contre lui, posant sa tête sur son torse. Le silence était toujours de mise , c’était tranquille et reposant. D’ailleurs, la demoiselle finit par s’endormir, la journée avait été éprouvante pour elle.
Revenir en haut Aller en bas

«»
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Une nuit de passion, d'amour et de noce ▲ pv   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une nuit de passion, d'amour et de noce ▲ pv

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La nuit nous appartient mon amour /!\Hentaï/!\ [Solo]
» De L'amour ou Du Courage? { Braise de la Nuit & Amour Sourd }
» Un carosse dans la nuit [PV]
» la nuit est chaude, elle est sauvage ♫ 31.03.11 à 01h42
» L amour vient toujours au moment ou on ne l attend pas (PV Coeur de Nuit)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Borgia ::  :: Rome :: Les Appartements :: Appartements de Juan Borgia-