† N'ayez pas foi en eux †
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nouvelles règles [ PV ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

«
»
Luigi de Medicis

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : LilDay lord-harington meerareed
  CÉLÉBRITÉ : Kit Harington
  PARCHEMINS : 750
  ARRIVÉ(E) À ROME : 13/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Nouvelles règles [ PV ]   Dim 1 Juil - 12:01

Juan avait donné rendez-vous au Medicis près de la rivière, il y a deux jours de cela. Ils devaient se voir mais le Borgia avait instauré pour règle qu’ils ne devaient pas coucher ensemble, sans doute une sorte de test. Luigi se réjouissait quand même de ce nouveau concept, cela voulait dire que son capitaine voulait quand même apprendre à le connaître, et donc qu’il n’était pas juste un amant parmi d’autres. Evidemment, leur dernière soirée avait été plutôt désastreuse. Le soldat avait été incapable de satisfaire convenablement son amant, ne comprenant pas vraiment pourquoi son corps ne réagissait pas à l’excitation qu’il ressentait pourtant bel et bien. Il avait tout de même fini par le satisfaire, mais à moitié seulement. Il avait encore honte de cet épisode, ne comprenant pas comment les problèmes de la journée avaient pu le rendre autant défaillant. Lui et Agostino n’avaient pas reçu de nouvelles, donc c’était que tout allait bien. Jamais le reste de leur fratrie ne leur aurait caché si quelque chose de pire était arrivé par la suite. Mais son frère était plongé dans une morosité rare, ne pouvant se permettre de quitté Rome car il n’était pas dans la cité éternelle pour rien. Luigi avait bien du mal à le sortir de ses idées noires, lui-même n’étant pas particulièrement joyeux. Il le laissait le temps des journées, pour se rendre à ses entraînements qu’il ne pouvait louper. Quand il arrivait, il le retrouvait à déambuler dans les jardins, un livre à la main. Il espérait que cela allait passer, il le fallait. De toute façon il se doutait que d’ici peu il allait pouvoir partir, il se montrait à la hauteur des attentes selon lui.

Il était donc content de pouvoir sortir de cette ambiance pesante l’espace d’un moment, et d’aller rejoindre son amant. La journée était ensoleillée par chance. Il s’attarda au marché, ne voulant pas venir les mains vides. Il avait quitté l’entraînement plus tôt, prit un rapide bain dans sa villa avant de se changer, puis s’était rendu à l’endroit le plus fréquenté de la ville. Il se décida à acheter des framboises, des mûres et du raisin. Il n’avait pas pris le temps de manger, mais il ne mourait pas vraiment de faim. Il paya grassement le marchand de fruit, lui intimant de garder la monnaie. Sans doute était-il dans un bon jour pour laisser ce genre de pourboire. Il rangea le tout dans la sacoche de sa jument baie et prit place sur elle, la talonnant pour qu’elle démarre. Il eut du mal à sortir de la ville, avançant lentement en raison du flux de population qui s’activait dans les rues. Il parvint finalement à s’en extirper et à sortir de la cité éternelle. Il sortit des chemins sans trop tarder et accéléra l’allure de sa monture, prenant un petit galop pour parvenir jusqu’à la forêt. Il ralentit une fois dedans et longea la rivière pendant un petit moment avant de se décider sur un endroit. Il immobilisa sa jument et mit pied à terre. La fraîcheur de la rivière, transformée à cet endroit en un lac, était très agréable vu la chaleur. Le lac était sans doute profond en son milieu. Les arbres apportaient de l’ombre ci-et-là, mais les soleil illuminait également l’herbe par endroit. Le lieu était donc à son goût. Il attacha sa jument à un boulot, lui laissant la place de pouvoir bouger un peu, et aussi manger. Luigi sortit les fruits, emballés dans des tissus, et les posa au sol sans les sortir de leur paquetage. Puis il s’approcha de l'eau et s’appuya contre un arbre, attendant l’arrivée de son amant.


Revenir en haut Aller en bas

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Nouvelles règles [ PV ]   Dim 1 Juil - 15:52

La chaleur du soleil devenait de plus en plus intense, les gens espéraient que cela n'allait pas causer une sécheresse en ville de Rome. Évidemment, c'était au pape, mais aussi à Juan de rassurer le peuple en cas d'urgence. Il fallait plusieurs journées de suite pour cela se produit et ça ne faisait que deux jours que la température était ainsi. C'est vraiment insupportable comme situation, du moins, surtout pour les mères de bambin et les vieilles personnes, comme la plupart des cardinaux et les sans abri. Quoi qu'il en soit, Borgia ne s'était pas entraîné aujourd'hui, il avait pris plutôt soin de sa femme et de son père, qui elle, était encore un peu dans un état de faiblesse et que son père, disons-le, n'est pas dans ses plus jeunes années, malgré qu'il soit en forme et puis, beaucoup de personnes ne supportent pas cette chaleur, même Juan ou encore le reste de sa famille. Le mieux est de prendre plusieurs bains par jour ou même dans la forêt, l'air est déjà plus frais. C'était surtout que les médecins recommandent, du moins, peut-être pas trop s'aventurer dans la forêt, vu les sales bêtes tel les ours ou encore les sangliers. Juan décidait finalement de quitter le palais pour aller vers les écuries. Il avait déjà prévu quelque chose aujourd'hui, il allait se rendre au lac en dehors de Rome, mais tout près, pour rejoindre son amant, avec qui il avait rendez-vous. Il avait une bouteille de vin à la main, pas besoin de coupe, le nombre de fois qu'ils se sont embrassés et qu'ils ont fait plus que cela, ça ne va pas les tuer de boire de la même bouteille avec leur lèvre dessus le bord. Juan place la bouteille dans la sacoche de sa jument avant de grimper dessus et de sortir de l'écurie pour galoper jusqu'à l'extérieur de la cité éternelle. Il regardait les gens se réunir auprès d'un puits pour remonter de l'eau afin de ne pas mourir de soif, évidemment, ils devront se limiter, car les nobles, la famille du pape et lui-même, passent avant tous ses paysans. C'est pour cela, qu'il y a des gardes qui surveillent ces gens afin de ne pas trop donné d'eau. Quoi qu'il en soit, il arrive à quitter Rome pour emprunter un petit chemin et se rendre vers le lac, la rivière où il avait donné rendez-vous. Borgia descend de sa jument puis l'installe à côté de celui de Luigi qui était déjà arrivé avant lui. Il sort la bouteille après être descendue et fait quelques pas pour le retrouver. Juan pose la bouteille entre eux et s'installe à ses côtés en se mettant en indien tout le surprenant par un baiser. Il vient s'allonger sur lui, il savait qu'ils ne pouvaient rien faire de plus que des baisés ou quelques caresses, mais il en profitait. Il continue le baiser langoureusement en se frottant sur lui. Juan s'assoit sur son entre-jambe puis attrape un raisin qu'il place sur les lèvres de son partenaire et qu'il vient doucement chercher avec les siennes.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
Luigi de Medicis

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : LilDay lord-harington meerareed
  CÉLÉBRITÉ : Kit Harington
  PARCHEMINS : 750
  ARRIVÉ(E) À ROME : 13/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Nouvelles règles [ PV ]   Dim 1 Juil - 17:05

Luigi entendit un cheval approcher, et resta méfiant jusqu’à ce qu’il pu reconnaître Juan. On ne savait jamais, il pouvait s’agir de quelqu’un d’autres, et ils ne devaient surtout pas être vus. Il l’observa attacher sa monture à côté de la sienne et s’approcher de lui. Une bouteille ne tarda pas à atterrir sur l’herbe, le Borgia avait tenu sa promesse et apporté du vin. C’était surtout pour lui en fait, car Luigi ne buvait pas beaucoup. L’alcool ne lui réussissait pas. Son amant s’installa, puis s’empara de ses lèvres dans un baiser langoureux que le Medicis ne tarda pas à prolonger. Il se retrouva allongé, avec le gonfalonier sur lui. Il glissa l’une de ses mains dans les cheveux de Juan et lâcha un léger soupire dans leur baiser en le sentant se frotter à lui. Il devait se concentrer et pas s’exciter, sinon il ne pourrait jamais se retenir de sauter sur son amant, et ils s’étaient donné une semaine d’abstinence. Il voulait y arriver, d’une pour se donner l’occasion de discuter avec le Borgia, et de deux car il ne voulait pas perdre cette sorte de petite compétition. Le capitaine mit fin à leur échange en se redressant pour s’asseoir sur son entre-jambe. Plutôt content de ce début, le soldat esquissa un léger sourire. Au moins Juan ne semblait pas lui tenir rigueur de sa défaillance de l’autre fois. Il le regarda prendre un grain de raisin et le mettre sur ses lèvres. Il ouvrit la bouche pour laisser le fruit glisser et il le mordit un peu pour le tenir, mais pas trop fort non plus pour ne pas l’exploser. Il laissa son amant venir le chercher pour le manger, avec une sensualité qui arracha quelques frissons au soldat. « Si tu commences comme ça, je ne vais jamais pouvoir me tenir. » . Il eut un sourire amusé.

Il se redressa à l’aide de ses avant-bras et tendit la main pour attraper une framboise, qu’il mangea. Elle était sucrée et donc particulièrement délicieuse. Il demanda : « Tu n’étais pas à l’entraînement aujourd’hui ? » . La réponse était négative, Luigi avait remarqué que son amant n’était pas parmi ses soldats. Ce n’était pas du tout un reproche, juste de la curiosité. Après tout, le but de l’abstinence c’était qu’ils discutent, alors disons que c’était un début. Et puis, comme ils ne pouvaient pas se retrouver seuls tous les jours, le Medicis appréciait quand même de voir, juste voir, son capitaine lors des entraînements. Même s’ils n’échangeaient pas un mot, ou qu’ils étaient à plusieurs mètres l’un de l’autre. Et puis, il fallait bien l’avouer, il aimait bien le regarder se battre. Surtout le petit bonus, quand après il retirait sa chemise et qu’il se passait de l’eau sur le visage, des goûtes coulant sur sa peau et mourant dans son pantalon. Il faisait attention à ce que son regard ne trahisse pas son désir évidemment, même si ce n’était pas toujours évident. Il essayait de rester discret, par rapport aux autres, mais aussi par rapport au capitaine. Mais c’était quand même l’un des points positifs de le voir à l’entraînement. Il se redressa complètement, pour se retrouver assis et donc très proche de son amant. Il glissa une main sur la cuisse de Juan, sans trop serrer. Il se pencha sur le côté pour attraper une nouvelle framboise, qu’il ne pressa pas trop pour éviter de l’abîmer, et l’approcha de la bouche du gonfalonier avec un petit sourire aux lèvres. Ce n’était pas qu’il ne savait pas manger tout seul, mais il avait juste envie de jouer un petit peu lui aussi. Rien de bien méchant évidemment.


Revenir en haut Aller en bas

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Nouvelles règles [ PV ]   Dim 1 Juil - 17:53

Juan était arrivé enfin près d'une petite forêt où il y a un lac. L'endroit est plutôt tranquille, peu de gens se baladent dans ses environs, il n'allait pas prendre le risque de se dévoiler au grand jour avec un homme et se faire renier par son père bien-aimé ou être tout simplement humilié par Rome. Non, jamais de la vie. Il avait attaché sa jument près de l'autre avant de s'approcher, lança doucement la bouteille sur l'herbe près de Luigi avant de se mettre au sol. Il ne prit pas de temps avant de se mettre à l'embrasser et même de se poser sur lui en califourchon. Il se frottant doucement contre lui en prolongeant bien le baiser. Il lui sourit légèrement tout en attrapant un grain de raisin qu'il avait posé sur les lèvres de son amant pour venir le chercher doucement tout en le mangeant par la suite. Il affiche à son tour un sourire amusé en l'entendant. C'est vrai qu'il commençait déjà un peu à le sauver, en même temps, il veut se rassurer que son problème d'il y a deux jours soit réglé. Il ne tardera pas à bientôt le savoir, il suppose. Borgia se colla un peu à lui en posant sa main sur son torse tout. « Je m'occupais de mon père et de ma femme. Elle se rétablit peu à peu... Et mon père, dans ces journées de chaleur, vaut mieux qu'il ne fasse pas trop d'efforts. » Il savait sûrement pour sa femme, car cela a fait le tour de Rome, comme prévu, sauf pour la marque sur sa joue. Un sujet dont il ne veut plus parler. Juan passe sa main dans ses cheveux qu'il serre légèrement. Il doute d'avoir manqué grand-chose, s'entraîner dans une telle chaleur, cela épuise deux fois plus vite que la normale, car avoir toujours la gorge sèche et la chaleur qui envahit le corps sans même le vouloir, le front qui sut, ce n'est pas très agréable comme situation, surtout que certains de ses soldats, ont tendance à puer dans ce genre situation. Alors, il s'est évité une journée de puanteur. Heureusement que lui comme Torelli, ou encore Luigi, ou autres soldat font attention à leur hygiène. « Je ne dois pas avoir manqué grand-chose. La famille passe avant tout. » Juan l'observe calmement tout en restant sur lui, même lorsqu'il se redresse un peu pour se retrouver assis. Il lâche quelques frissons lorsqu'il passe sa main sur sa cuisse. Il tire un peu sur son haut tout en le laissant faire et passe légèrement le bout de sa langue sur la framboise puis l'attrape doucement avec ses lèvres, qu'il mange avant de lui mordiller le bout des doigts.

Il sourit légèrement en le regardant puis détache son propre haut qu'il retire au complet afin de se retrouver le haut nu. « J'ai chaud. » Il détache son pantalon tout en le regardant un peu en souriant. Juan se met à côté puis il retire son pantalon, il se met au complètement nu avant d'approcher l'eau. L'eau risque sûrement d'être froide au début, mais elle sera bonne par la suite et ça va le rafraîchir en cette journée chaude. Il se tourne vers son amant en souriant un peu et plonge dans le lac.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
Luigi de Medicis

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : LilDay lord-harington meerareed
  CÉLÉBRITÉ : Kit Harington
  PARCHEMINS : 750
  ARRIVÉ(E) À ROME : 13/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Nouvelles règles [ PV ]   Dim 1 Juil - 18:50

Luigi se redressa et Juan en profita pour se coller à lui et poser sa main sur le torse de son soldat. Il ne fallait pas que ses mains se fassent trop baladeuses, où ça allait vraiment finir par l’exciter. Il y a deux jours, il avait eut un problème, mais d’ordinaire, il lui en fallait peu venant du Borgia pour que cela se voit. Il n’avait pas été dans des bordels depuis, de peur que ça ne fonctionne pas. Mais, il avait vérifié hier soir, en pensant bien évidemment à son amant, et tout était en ordre. Donc ça remarchait. Pas de chance pour lui, car ce n’était pas aujourd’hui qu’il allait pouvoir le montrer au gonfalonier. Les règles instaurées pour la semaines étaient simples mais strictes, ils ne devaient pas coucher ensemble. Ca n’allait pas être facile pour le Medicis, parce qu’il avait un peu tendance à avoir toujours envie de son amant. Mais puisque c’était l’idée de ce dernier, il n’y avait pas de raison qu’il le provoque et qu’il le mette à rude épreuve. « Je m'occupais de mon père et de ma femme. Elle se rétablit peu à peu... Et mon père, dans ces journées de chaleur, vaut mieux qu'il ne fasse pas trop d'efforts. » . Il ne répondit rien, la nouvelle de la fausse couche de la femme de Juan avait terrorisé Luigi. Difficile de ne pas faire le lien avec le comté de Sienne, puisqu’elle en était la comtesse depuis peu. La malédiction était donc bel et bien attachée à ces terres, et maintenant elle allait s’abattre sur le capitaine. Il aurait pu se réjouir de se dire qu’il était désormais épargnée, mais en aucun cas il ne voulait qu’il arrive malheur à son amant. « Je ne dois pas avoir manqué grand-chose. La famille passe avant tout. » . Il haussa légèrement les épaules. Il ne s’était rien passé d’extraordinaire, les mêmes tentions entre lui et Torelli, entre les hommes de ce dernier et le reste des soldats. « Rien d’anormal ne s’est passé. » . Une journée des plus banales.

Il observa Juan jouer avec sa langue sur la framboise avant de finalement la manger, mordillant le doigt de Luigi au final. Il l’aurait bien embrassé mais ensuite il se serait frotté à lui, aurait laissé sa main descendre, et il ne fallait pas tenter le feu. Il garda donc ses mains là où elles étaient. Le gonfalonier se recula et commença à retirer son haut, se retrouvant torse-nu. « J'ai chaud. » . Oui, et Luigi allait avoir encore plus chaud s’il continuait. Le capitaine se leva et retira son pantalon, se mettant complètement nu. Le Medicis ne s’empêcha pas de laisser courir son regard sur le corps de son amant. Rien que ça … Non non, il fallait qu’il reste concentré. Pas de sexe. Le gonfalonier plongea dans l’eau après avoir jeté un regard à son soldat. Ce dernier se leva à son tour. Lui aussi avait envie de profiter de la fraîcheur du lac. Il délassa son doublet avant de le retirer, il enleva sa chemise puis défit son pantalon avant de s’en débarrasser. Il s’avança et entra dans l’eau. Le contraste avec la température ambiante lui déclencha quelques frissons. Il s’immergea jusqu’au cou, ça faisait du bien quand même. La chaleur écrasante était peu agréable. Luigi nagea un peu pour en profiter, mais aussi pour se rapprocher du Borgia. Il passa derrière lui en l’effleurant, avant de s’éloigner, et de se rapprocher de nouveau, mais face à lui cette fois. « J’me suis lavé à côté de Ferrarri … » . Il s’approcha encore plus de Juan, sans le toucher, l’effleurant juste. « Il a de très belles … jambes. » . Il sourit légèrement. Il avait juste envie de le taquiner un peu, ce n’était pas comme s’il s’était passé quelque chose. Il descendit sa main sur l’une des cuisses du capitaine pour la serrer. « Mais pas aussi musclées que les tiennes. » . Son sourire s’agrandit et sa main pressa un peu plus la peau de Juan.


Revenir en haut Aller en bas

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Nouvelles règles [ PV ]   Dim 1 Juil - 19:26

Juan se doutait bien qu'il n'avait pas manqué grand-chose durant l'entrainement. Il était occupé au palais avec son père et sa femme puis même à diriger quelques soldats pour garder l'eau aussi pour eux dans les puits pour que tous les paysans ne retirent pas l'eau de là. Il n'avait pas le temps de veiller sur cela, il avait déjà prévu autre chose durant la journée, retrouver son soldat pour passer une journée avec lui, sans sexe même, ce qui risque d'être dur, très dur. Il le savait déjà lorsqu'il a osé prononcer ces mots, mais c'était surtout un jeu, comment pourront-ils tenir durant la semaine sans le faire, ça risque d'être meilleur au bout du compte. Il faisait chaud, l'air commençait de nouveau à étouffer le Borgia, qui décida de se mettre nu tout en le disant bien qu'il avait chaud. Il voulait se tremper le corps nu dans l'eau tout juste devant eux. Juan s'était levé pour se retrouver nu face à lui puis dans la seconde suivante, il se jeta dans le lac pour y plonger. Brr. Quelques frissons lui ont parcouru le corps, l'eau était froide au contact, mais en remontant à la surface, c'est nettement mieux quand tu plonges dans l'eau. Et puis, cela rafraîchit vraiment son corps, lui qui a chaud depuis hier, enfin, depuis son dernier bain dans la matinée. Il regarda son soldat le rejoindre dans l'eau et commence à nager légèrement un peu plus loin sans trop s'éloigner l'observe légèrement. Il fronça légèrement les sourcils en sentant son effleurant, lui donnant quelques frissons. Il croise légèrement les bras en le regardant. Il le regarda étrangement soudainement en l'entendant, quoi, il jouait à quoi. Il n'avait qu'à dire qu'il s'était soulagé mutuellement tant qu'on y est. Il lui lança un regard légèrement noir, comme pour dire qu'il n'apprécia pas vraiment cela. Juan l'observe toujours en fronçant de plus en plus les sourcils et lui tasse la main soudainement. « Dans ce cas, c'est avec lui que tu aurais dû venir, non ? » Il s'éloigne légèrement en nageant un peu et plonge sous l'eau durant un instant avant de remonter à la surface en soupirant légèrement. Il le regarde à peine avant de s'approcher du bord et de s'asseoir sur le bord en faisant bougé ses jambes dans l'eau, un peu comme un gamin. « J'aurai dû rester au palais. » Juan lui lance de l'eau dessus avec ses pieds, faisant exprès.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
Luigi de Medicis

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : LilDay lord-harington meerareed
  CÉLÉBRITÉ : Kit Harington
  PARCHEMINS : 750
  ARRIVÉ(E) À ROME : 13/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Nouvelles règles [ PV ]   Dim 1 Juil - 20:04

Luigi était finalement d’humeur un peu taquine. C’est vrai, il avait envie de l’embêter un peu, mais pas méchamment. Ce n’était pas grand-chose. Ferrarri et lui s’étaient lavés l’un à côté de l’autre, mais ils n’avaient fait que discuter. Luigi n’était pas vraiment capable d’aller voir un autre homme, ça le faisait trop culpabiliser. La preuve en était avec le prostitué qu’il avait finalement renvoyé dans le bordel où la situation avait bien failli dégénérer avec Juan. Ce dernier pouvait faire confiance au Medicis sur ce point, mais visiblement il s’y refusait. Pourtant, le soldat n’avait jamais couché avec un autre homme. Le Borgia jeta un regard noir à son amant en réponse à ses affirmations. Il était visiblement agacé, ce qui amusa Luigi plus qu’autre chose. C’était son objectif, le taquiner. Il commença à ronchonner. « Dans ce cas, c'est avec lui que tu aurais dû venir, non ? » . Il poussa sa main, pour lui signifier son mécontentement. Le Medicis ne s’en offusqua pas, il s’attendait un peu à cette réaction. Il s’éloigna de lui. Etonnamment, Luigi le trouvait séduisant quand il faisait la tête. Allez savoir pourquoi. Du moment que c’était juste grogner un peu, et non pas de tentative de le blesser en retour. Il disparut quelques instants sous l’eau, avant de remonter à la surface et d’aller s’asseoir sur une sorte de ponton, avancé dans l’eau. Le Borgia remua ses jambes dans l’eau. « J'aurai dû rester au palais. » . Il arrosa ensuite le Medicis à l’aide ses pieds. Luigi tourna la tête et rigola un peu. Il lui jeta de l’eau à l’aide de sa main en retour. Il nagea jusqu’au ponton et sortit le haut du corps de l’eau en s’appuyant sur le rebord du ponton, pour être face à Juan, un sourire amusé toujours aux lèvres. « C’est avec toi que je veux être. » . Et sans lui laisser le choix, il lui attrapa les mains et le tira dans l’eau avec lui. Il l’attira sous, contre lui, et s’empara de ses lèvres dans un baiser fougueux et passionné. Il posa ses mains sur la taille de son amant pour le coller à lui.

Ils remontèrent à la surface après quelques instants, et le soldat se détacha de Juan mais resta proche de lui. Il espérait que son agacement était passé, si ce n’était pas le cas, il pouvait se montrer davantage câlin et gentil, sans pour autant dépasser les limites fixées pour la semaine. Mais bon, ce n’était pas simple. Rien que de l’avoir nu contre lui, il fallait qu’il se retienne de ne pas bouger légèrement pour que leurs intimités se touchent. Luigi glissa l’une de ses main dans le creux des reins de son amant et y caressa sa peau du bout des doigts, sous l’eau. Il s’était habitué à la température de l’eau, et sa partie du corps qui était émergée subissait la lourde chaleur. Tandis que la partie de son corps immergée était bercée de fraîcheur, ce qui était vraiment agréable. Le Borgia devait quand même être satisfait. Ils étaient nus, l’un contre l’autre, et pourtant ils se retenaient l’un et l’autre, comme deux personnes civilisées. Preuve qu’ils pouvaient quand même se supporter quand ils n’étaient pas en train de faire l’amour. Il ne perdit pas une seconde pour le faire remarquer, comme un bon élève réclame une bonne note à son professeur. « Tu vois, on peut se retenir. » . Il fallait certes se concentrer, faire attention à ses gestes, mais en tout cas jusqu’ici ça fonctionnait. Finalement, c’était une bonne idée cette semaine d’abstinence. Enfin, ce n’était que le début.


Revenir en haut Aller en bas

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Nouvelles règles [ PV ]   Dim 1 Juil - 22:12

Cette journée comme les autres qui devront suivre est censé les rapprocher et pas de façon physique, mais de façon à ce qu'ils puissent mieux se connaître. Il est vrai que Juan n'est pas du genre très bavard, car il préfère les gestes aux mots et cela vaut pour une bagarre tout simplement en rapport. Cependant, il devait avouer qu'au fond, ils ne se connaissaient pas aussi bien que cela. Et il espère qu'ils pourront se rapprocher un peu plus que d'habitude. C'était la raison pour laquelle que le Borgia avait organisé cette journée, qui semblait avoir bien débuté, mais Luigi devait absolument sortir ce genre de phrase à agacer le gonfalonier, c'est vrai, il trouvait cela agaçant, il ne sait pas ce qui se passe quand il n'est pas avec lui, peut-être qu'il va voir d'autres hommes dans son dos sans qu'il le sait. Juan lui répondit alors qu'il n'avait qu'à venir avec lui et qu'il aurait dû rester au palais au final, avec sa famille et sans prise de tête. Il n'avait pas envie de cela, pour une fois et avait reposé la main du soldat rapidement avant de se rendre au bord de la rivière puis de s'asseoir sur le genre de ponton. C'était avec lui qu'il voulait être, il pourrait le montrer un minimum alors. Borgia soupirait légèrement et l'envie de partir ne tardera pas à venir. Il baissa un instant la tête, mais l'instant suivant, il fit tirer pour se retrouver sous l'eau avec son amant. Il fronça légèrement les sourcils, mais prolongea malgré tout, le baiser passionné. Il se laissait coller un peu à lui sans rien dire avant de remonter à la surface pour y reprendre son air.

Borgia le regardait un peu et le laisse poser sa main sur lui en l'observant toujours dans le calme sans vraiment rien dire. Juan prend doucement sa main qu'il fait effleurer la peau de son intimité tout lui souriant légèrement. « Ce n'est que le début. » Il se colle à lui pour venir l'embrasser tout en lâchant sa main pour venir poser ses deux bras alentour de son cou et tout en mélangeant sa langue à la sienne et décide même de placer ses jambes alentour de lui, un peu pour se mettre dans ses bras, lui faisant sentir son entre-jambe contre sa peau au passage. Il rompt le baiser pour l'embrasser dans le cou en le caressant légèrement. Il faut dire que c'était dur de ne pas faire plus que cela, mais il voulait tout de même profiter de ses nombreux baisés et de passer un moment de passion, plutôt que sauvagerie.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
Luigi de Medicis

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : LilDay lord-harington meerareed
  CÉLÉBRITÉ : Kit Harington
  PARCHEMINS : 750
  ARRIVÉ(E) À ROME : 13/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Nouvelles règles [ PV ]   Dim 1 Juil - 23:11

Juan s’était vexé des mots du Medicis et s’était alors assis sur le rebord du ponton. Luigi l’avait rejoint, lui confirmant qu’il avait envie d’être avec lui, et seulement avec lui, et il l’attira sous l’eau pour l’embrasser. Il fut rassuré lorsque son amant prolongea son baiser et ne le repoussa pas, se laissant coller à lui. Ils remontèrent lorsqu’ils manquèrent inévitablement d’oxygène. Il le colla davantage à lui, ne voulant pas le laisser filer tout de suite. S’il ne faisait pas certains geste, il ne tenterait pas le diable et il respectera la règle d’abstinence. Mais ça, c’était sans compter sur Juan qui n’avait visiblement pas conscience que Luigi pouvait être facilement excité. Il lui saisit la main pour qu’elle vienne effleurer son entre-jambe. Il eut un petit sourire en coin, s’il était capable de se contenir. « Ce n'est que le début. ». C’était vrai, il n’était pas sûr d’avoir la même motivation d’ici la fin de la semaine. Surtout que ce n’était pas comme s’il pouvait aller se contenter ailleurs, avec d’autres amants, puisqu’il n’en avait pas. Tout ce qu’il espérait, c’était que Juan n’aille pas en voir d’autres, plus que d’habitude, à cause de leur abstinence. Le Borgia se colla davantage à lui encore et s’empara de ses lèvres de nouveau. Le soldat prolongea le baiser sans se faire désirer. Le gonfalonier passa ses bras autour du cou de son amant. Mais Juan eut la mauvaise, très agréable certes, mais très mauvaise idée de passer ses jambes autour de lui, collant son intimité contre le bas ventre du Medicis. Le capitaine stoppa leur baiser et descendit dans le cou de son soldat pour continuer ses baiser sur sa peau.

La motivation de Luigi venait d’en prendre un sérieux coup là. Il avait envie de remporter cette sorte de défi, mais il n’avait pas non plus prévu que Juan se collerait complètement à lui et l’exciterait ainsi. D’un autre côté, s’il fallait tenir une semaine sans sexe, il voulait au moins avoir un peu de son corps. Le problème c’était qu’il ne pouvait plus vraiment contrôler son excitation. Il posa ses deux mains sur les cuisses de Juan pour les coller contre ses hanches, pressant doucement sa peau et laissant ses pouces s’approcher dangereusement de son entre-jambe. Il se mordilla la lèvre inférieure alors qu’il commençait à légèrement bouger, de sorte de frotter son corps à celui de son amant. Et son excitation ne tarda pas à monter, et Juan pouvait probablement la sentir. Au moins il avait la preuve que son problème de défaillance était bien réglé. Il soupira au creux de l’oreille du capitaine, lui exprimant son désir. Il commença à bouger, de sorte qu’il s’approche de son amant, n’étant pas loin d’entrer en lui. Mais il se retint au dernier moment. Il souffla un « Stop. » , autant pour lui que pour Juan. Il ne pourrait bientôt plus répondre de rien et il voulait réussir à relever le défi. Il se décolla de lui assez doucement, avec le regret largement visible sur son visage. Il garda quand même la main de Juan dans la sienne et l’emmena avec lui vers le bord du lac, les faisant sortir de l’eau. Le soleil tapa directement sur sa peau, lui rappelant la chaleur de la journée. Il lui lâcha la main pour aller s’allonger sur l’herbe, la moitié supérieur du corps à l’ombre d’un arbre. Les goûtes d’eau parsemaient son corps encore visiblement excité. Mais bon, ça allait passer. Il profita d’être allongé pour mater un petit peu le corps de Juan, lui aussi mouillé. « Une semaine … ça va être long. » . Il réalisait enfin ce que ça représentait. Il était content que le Borgia s’intéresse à lui mais il fallait bien l’avouer, il était complètement accro au plaisir de son corps.


Revenir en haut Aller en bas

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Nouvelles règles [ PV ]   Dim 1 Juil - 23:42

Il faisait de plus en plus chaud et cette fois-ci, ce n'était pas à cause du soleil, mais bien à cause de leur corps qui semblait vouloir faire qu'un, ici, dans le lac. Juan s'était placé dans les bras de son amant en se frottant doucement contre lui tout en l'embrassant sur les lèvres puis dans le cou, il s'amusait à lui mordiller un peu la peau du cou. Il sentait son désir grimpé en lui tout en souriant lorsque ce dernier pose ses deux mains sur ses cuisses pour les coller contre ses hanches. Juan leva légèrement la tête vers lui tout en le regardant dans les yeux. Il ne voulait vraiment plus attendre déjà, ce n'était que le début tout comme il l'avait dit, mais au final, peut-être que cela était vraiment une mauvaise idée, l'envie de le sentir était présente, surtout lorsqu'il put sentir que l'intimité de son partenaire prenait du volume, enfin. Il se ferma les yeux durant un instant en sentant cela, il voulait plus que des frottements. Il lâcha un léger soupir à un moment, tellement qu'il en avait envie. Il ouvra soudainement les yeux en l'entendant dire stop, non, pas stop, continue, c'est ce qu'il se disait en tête, continue, craque, ça l'arrangerait d'ailleurs. Hélas, cela ne fut pas le cas, il peut tout même lire sur le visage du Borgia, une sorte de frustration et un désespoir de ne pas aller plus loin. Il se laissa tout de même mener jusqu'au bord du lac sans rien dire de plus. Il lâcha un léger soupir avant de remonter sur le bord et de le regarder s'allonger. En effet, une semaine, cela risque d'être vraiment long. Juan resta un peu sur le bord du lac, avec les pieds trempés dans l'eau.

Le gonfalonier retire ses pieds de l'eau tout en se levant légèrement et approche de Luigi en se mettant debout devant lui puis se penche pour venir se placer sur son amant en le caressant légèrement. Il l'embrasse dans le cou. « Je sais, très long même. » Il mordille sa peau tout en descend légèrement, le long de son corps, il pose quelques baisés sur sa peau puis s'arrête au ventre afin de ne pas descendre plus loin. Il jette un regard à son soldat en souriant légèrement et remonte sur lui. Tout en venant l'embrassé tendrement. Il décide même de se placer sans entrer puis commence à se frotter contre, il avait l'impression qu'il n'allait pas tenir bien longtemps, de plus, il ne l'avait pas fait, il y a deux jours, alors, disons, que cela faisait un petit bout qu'ils n'avaient pas couché ensemble. Borgia rompt le baiser le regardant dans les yeux tout en saisissant ses cheveux. Il le voulait plus que tout en ce moment même, c'était intense, plus que d'habitude, sachant qu'ils ne peuvent rien faire, mais Juan ne sait pas s'il va tenir bien longtemps, son excitation est bien visible.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
Luigi de Medicis

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : LilDay lord-harington meerareed
  CÉLÉBRITÉ : Kit Harington
  PARCHEMINS : 750
  ARRIVÉ(E) À ROME : 13/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Nouvelles règles [ PV ]   Lun 2 Juil - 12:15

Ils étaient tous les deux dans l’eau, collés l’un à l’autre, et l’excitation était rapidement montée. Il ne leur en fallait pas beaucoup, puisqu’ils se désiraient l’un et l’autre. Le Medicis était vraiment à deux doigts de craquer et de le prendre, ici. Surtout qu’avec l’eau, la chaleur et la fraîcheur mélangée, tout était réuni pour donner envie. Et l’envie ne lui manquait effectivement pas. Il sentait aussi celle du Borgia contre sa peau, ce qui ne le calmait vraiment pas. Ils avaient visiblement envie tous les deux, alors ou était le problème ? Il oublia la règle l’espace d’un instant, et bougea dans l’optique de le prendre. Mais il se rappela des paroles de Juan, et même si lui-même semblait les avoir oubliées, il arrêta le tout. Il n’avait aucune envie de rester en plan comme cela, c’était terriblement frustrant. Et la même expression pouvait se lire sur le visage de son amant. Luigi passait pour le bourreau, se plaçant en conscience pour les deux. Il était dépité. Il sortit de l’eau, embarquant le gonfalonier à sa suite. Il s’allongea sur l’herbe, blasé et toujours avec son excitation. Il prenait enfin conscience de la difficulté du défi, et de son durée surtout. Juan se mit sur lui et le caressa un peu, venant l’embrasser dans le cou. « Je sais, très long même. » . Comment Luigi était-il censé résister avec le capitaine de nouveau sur lui ? D’autant plus que son amant commençait à descendre ses lèvres sur le torse, puis sur le ventre du soldat. Ce dernier soupira, espérant qu’il allait descendre encore plus bas. Mais il s’arrêta et Luigi émit un gémissement de frustration qui se perdit dans un nouveau baiser tendre auquel il répondit avec ferveur. Une de ses mains se glissa dans les cheveux de son partenaire tandis que l’autre vint agripper ses fesses. Juan commença à frotter son entre-jambe contre lui, comme s’il allait entrer en lui mais sans le faire. C’était horrible, c’était de la torture. Luigi avait des frissons partout, il avait terriblement chaud. Il gémit « Juan … » à la limite entre la frustration et la supplication.

Il ne voulait pas craquer, par rapport à son orgueil, il voulait remporter le défi. Mais Juan lui donnait tellement envie. Il se perdait dans ses yeux et se mordilla la lèvre lorsque son amant lui attrapa les cheveux. Il souffla sur les lèvres du gonfalonier tout en remontant ses jambes pour les plaquer contre les hanches du Borgia. Un simple mouvement, et ce dernier pouvait prendre possession de son amant. Il ne savait pas si c’était le fait de ne pas avoir le droit, en quelque sorte, de se toucher qui leur donnait plus envie encore, ou alors le cadre et le climat, ou peut-être bien le fait qu’aucun des deux n’avaient été pleinement satisfaits la dernière fois qu’ils s’étaient vus, mais il avait envie de lui encore plus que d’habitude. Sans doute pour toutes ces raisons mélangées. C’était insoutenable. Il fallait qu’il fasse quelque chose au plus vite, ou sinon il ne pourrait plus se retenir de se jeter sur son amant. Il descendit sa main qui se trouvait dans les cheveux de Juan dans sa nuque, puis sur son torse, sur son ventre, et enfin sur son bas-ventre. Le tout assez sensuellement. Puis, une fois arrivé en bas, il déplaça la main pour la main sur son propre corps et commença à se caresser son intimité. Il n’avait pas le droit de prendre Juan, mais il avait le droit de se toucher lui-même. C’était soulageant quelque part, mais largement insuffisant en comparaison de son excitation. Il y allait doucement, soupirant de plaisir contre les lèvres du gonfalonier.


Revenir en haut Aller en bas

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Nouvelles règles [ PV ]   Lun 2 Juil - 16:17

Juan avait commencé à l'embrasser dans le cou tout en lui confirmant que cela était long, très long même. Ils seraient déjà passés à l'acte depuis un moment et pourtant, il avait l'impression que la provocation de leur corps excité était plutôt bonne, mais vraiment frustrante de ne pas pouvoir faire plus que cela. La résistance ne faisait qu'augmenter l'envie de l'avoir dans ses bras et de pouvoir le sentir en lui. C'était la première et probablement la dernière fois qu'il allait oser faire ce genre de choses, du moins, peut-être que de ne pas se voir durant une semaine aurait été moins intense. Maintenant, ils doivent encore plusieurs journées avant de pouvoir bien sentir leur corps se fusionner. Borgia n'avait pas du tout envie d'attendre et il lui faisait savoir en quelque sorte, descendait tout le long du corps de Luigi avec quelques baisés jusqu'au ventre, car il n'allait pas descendre plus bas, peut-être que cela aurait été un soulagement pour son amant, or, cela aurait conduit à l'acte au complet. Et le but était bel et bien de ne pas se toucher jusque là. Tout en remontant, Juan se mit à se frotter contre son partenaire, lui faisant sentir son désir d'aller plus loin. Il se collait bien à lui et son gémissement avec son nom, lui donnait l'envie de donner un coup, c'était tout ce qui prenait pour pouvoir être entre lui, un simple obstacle, un simple coup et ils étaient réunis ensemble. Borgia continuait de le caresser tout en attrapant ses cheveux en souriant puis il baissa soudainement la tête pour voir qu'il ne manquait pas grand-chose pour le faire, c'était plus que tentant, mais il ne pouvait pas, ils ne pouvaient pas.

Il lâcha quelques frissons en sentant sa main parcourir son corps, il le faisait exprès lui aussi et c'est vraiment difficile de ne pas faire plus que ça, vraiment. Juan n'a qu'une envie et c'est de succomber à la tentation. Il se mordilla légèrement la lèvre en le voyant puis se déplace pour se poser à côté de son amant, passant sa main doucement son torse en le regardant faire, ça l'excitait de le voir ainsi. Juan descendit sa main doucement vers son bas-ventre en souriant légèrement et il avait envie de toucher, de la caresser et de l'avoir comme à son habitude. D'ailleurs, il passa sa main sur celle de son amant sans pouvoir rien faire, si ce n'est que quelques petites caresses sur la peau de sa main pour l'encourager un peu. Tandis que ses lèvres se posent de nouveau dans son cou en mordillant tendrement la peau de son cou avec désir. Il pince un peu sa peau où sa main elle est placée avec le bout de ses doigts. Juan caresse tout le long de son bras en souriant. Il voulait le voir se faire du plaisir et l'aidait probablement à l'excité, surtout à passer à l'acte avec son partenaire, chose qui ne pouvait pas faire durant une semaine, tout comme Juan. Il s'amuse tout de même de pouvoir l'exciter de la sorte, sachant qu'ils ne peuvent pas vraiment le faire. Borgia retire sa main en caressant son torse avec le bout de ses doigts puis pose sa tête contre son cou en le regardant se faire du bien.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
Luigi de Medicis

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : LilDay lord-harington meerareed
  CÉLÉBRITÉ : Kit Harington
  PARCHEMINS : 750
  ARRIVÉ(E) À ROME : 13/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Nouvelles règles [ PV ]   Lun 2 Juil - 17:12

Juan n’avait pas grand-chose à faire de plus pour s’unir à lui. Un mouvement et c’était fait. Au fond, Luigi espérait qu’il cède, d’une parce qu’il avait vraiment trop envie de lui mais aussi parce que ce ne serait pas lui qu’il n’aurait pas tenu le défi. Ca l’arrangerait tellement qu’il craque et qu’il le prenne. Il n’y avait personne autour d’eux pour les épier, ils étaient seuls et excités. Le Borgia pouvait sans doute lire dans les yeux de son soldat qu’il voulait qu’il le fasse, mais il n’en fit rien, se contentant de se frotter à lui pour le torturer davantage. Il ne pouvait plus tenir, étant obligé de faire quelque chose pour s’empêcher de retourner Juan pour se retrouver au-dessus de lui, et de le posséder. Alors il laissa sa main parcourir le corps de son amant puis la déplaça sur son propre corps, pour commencer à se caresser tout seul. Ca ce n’était pas interdit par la règle d’abstinence, puisqu’il faisait cela seul. Le gonfalonier descendit de lui pour se mettre à côté de lui, sur l’herbe. Luigi ne le lâcha pas des yeux. Il avait tellement chaud avec le soleil et l’excitation que l’eau sur son corps avait déjà séché. Il observa la main du capitaine de l’armée pontificale venir caresser son torse, lui décrochant des frissons, puis elle descendit le long de son corps pour arriver vers son entre-jambe. Le Medicis se mordit la lèvre un peu plus fort, il voulait que ce soit la main de son amant qui le caresse et qui s’occupe de lui. Sa respiration se fit plus haletante, il avait vraiment du mal à se retenir de ne pas lui sauter dessus. La main du gonfalonier vint caresser la sienne, celle avec laquelle il se faisait du bien, l’encourageant à accélérer, ce qu’il fit. Il soupira de plaisir en sentant Juan lui mordiller et lui embrasser le cou, et se mit à gémir quand sa main passa sur son torse. C’était insoutenable de l’avoir juste à côté de lui et de ne pas pouvoir en profiter. Il en venait à détester ce foutu défi qui l’empêchait de faire ce qu’il voulait.

Le Borgia plaça sa tête dans le cou du Medicis qui accélérait toujours ses vas-et-viens sur son entre jambe. Le fait que son amant le regardait l’excitait plus. Mais il n’avait pas envie qu’il ne fasse qu’à regarder. Ils étaient deux à s’être excités dans le lac, il n’était pas le seul. De sa main libre, il remonta le visage du capitaine pour l’embrasser fougueusement, faisant danser leurs langues ensemble. Sa main se glissa dans la nuque de son partenaire pour y caresser sa peau, pressant ses doits contre celle-ci. Et puis il la descendit finalement le long de son bras pour lui saisir le poignet. Lui aussi voulait le voir se faire du bien. Il guida donc la main de son amant vers son bas ventre pour la poser sur son intimité, lui intimant de s’y mettre aussi. Il rompit leur baiser pour souffler sur ses lèvres un « Toi aussi. » à peine audible. Il lui mordilla la lèvre inférieure, sans trop lui faire mal. Il glissa un peu sa main sur celle de son amant pour que chacun de ses doigts se trouvent sur un doigt du Borgia. Ainsi, il ne brisait pas les règles puisqu’il ne touchait pas lui-même son partenaire, mais ça lui donnait quand même l’impression de participer à sa prise de plaisir. Ils se désiraient tellement qu’ils trouvaient des parades pour prendre du plaisir quand même.


Revenir en haut Aller en bas

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Nouvelles règles [ PV ]   Lun 2 Juil - 19:17

Le Borgia s'était posé à ses côtés tout en continuant ses nombreuses caresses sur le corps de Luigi sans pour autant y toucher le membre viril. Il appréciait de le voir dans cet état. Juan l'était aussi. Il posa sa tête contre le cou de son amant en le regardant faire, appréciant la vu qu'il avait devant lui. Il caressait son bras doucement avant de revenir caresser son torse avec le bout de ses doigts. Juan leva la tête tout en prolongea le baiser qui était en de lui offrir, il mélangea bien sa langue à la sienne toujours ayant cette envie de consommer leur relation comme chaque fois qu'ils se voient. Il se mit à légèrement serrer sa peau en frottant un peu sa main sur son torse. Il tourna doucement la tête après que le baiser soit rompu en le regardant faire. Il fronça légèrement les sourcils en voyant sa propre main se diriger vers son entre-jambe. Il le laissa faire, bougeant légèrement ses jambes avant de relever la tête vers lui en le fixant. « Tu n'as plutôt pas envie de le faire ? De la serrer contre ta main ? » Juan fait un léger mouvement sur son intimité en le regardant. Il préférait sentir la main de Luigi que la sienne, cela serait déjà mieux, plus excitant aussi. Et de plus, ce n'était pas comme s'ils passaient à l'acte, il ne faisait que toucher sa peau sans pouvoir être en lui. Juan lui souriait légèrement avant de finalement retire sa propre main puis de se décoller doucement et s'allonge mieux dans l'herbe en fermant les yeux, restant pensif, les mains derrières la tête. Son envie allait sûrement se calmer au fur et à mesure, il le fallait, avant de partir plus tard. Il n'allait pas rentrer chez lui toute excité et fiévreux de désir. Il voulait se calmer un peu puis un soudain vent chaud lui transperça le visage d'un coup, l'air était chaude, mais cela faisait plutôt du bien de ressentir un léger vent, avec toute cette chaleur, c'était très intense et le corps était devenu à nouveau sec comme tout départ.

« J'aimerais pouvoir prendre des vacances un jour. » Il soupira légèrement. Des vacances, il ne peut pas en prendre, il doit s’entraîner, conduire une armée vers une guerre inévitable ou presque. Il ne peut même pas partir de l'Italie, sauf si son père lui donne une mission. Or, cela n'est pas le cas. Il doit rester ici, à combattre. Certes, il aime sa condition, il a tout ce qu'un homme désire, mais il aimerait pouvoir faire comme à son enfance, s'allonger sur l'herbe pendant de longues minutes, respiré l'air frais.


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
Luigi de Medicis

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : LilDay lord-harington meerareed
  CÉLÉBRITÉ : Kit Harington
  PARCHEMINS : 750
  ARRIVÉ(E) À ROME : 13/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Nouvelles règles [ PV ]   Lun 2 Juil - 19:51

Luigi ne voulait pas être le seul. C’était déjà assez difficile comme ça de ne pas pouvoir le toucher plus, de ne pas pouvoir le sentir en lui ou inversement. Il guida son la main de son amant vers son entre-jambe pour que lui aussi se satisfasse seul. « Tu n'as plutôt pas envie de le faire ? De la serrer contre ta main ? » . Evidemment qu’il en avait envie, ça le démangeait même. Il voulait le faire lui-même, et faire plus encore. Le toucher partout, l’embrasser partout, et le faire sien. Mais ils s’étaient donné une règle et il essayait tant bien que mal de s’y tenir, même si c’était une torture. Il se lécha les lèvres en le voyant commencer un caresse sur son entre-jambe, pensant qu’il allait accéder à sa demande. Mais il finit par enlever sa main et s’éloigner un peu pour se rallonger dans l’herbe. La déception du Medicis pu se lire sur son visage. Il n’avait pas envie de faire ça tout seul alors que son amant, qu’il désirait plus que tout, était juste à côté de lui. Mais apparemment il n’avait pas le choix. Et maintenant qu’il avait commencé, il se devait de finir. D’autant plus qu’une fois son excitation comblée, il pourrait davantage se concentré et donc tenir le défi. A contrecœur, il remit sa main sur son entre-jambe et recommença ses mouvements. Il allait directement rapidement, ne voulant pas s’éterniser. Il ferma les yeux pour essayer de rendre la chose un peu plus agréable en imaginant que c’était la main de Juan, ou alors qu’il le prenait dans l’eau dans laquelle ils étaient quelques minutes plus tôt. Evidemment, c’était loin d’être aussi bon que si c’était réellement le cas. Et ces quelques soupires n’étaient rien comparés à ce que ça aurait pu être s’il n’y avait pas eut cette foutue règle. Il accéléra et finit par atteindre ce qu’il recherchait, mais son plaisir était quand même limité et une frustration s’empara de lui. Il rouvrit les yeux et s’essuya la main dans l’herbe. Bon au moins, ça c’était fait.

Il tendit le bras pour attraper ce qui lui tomba sous la main, à savoir une mûre qu’il croqua sans attendre. Il l’avala et se tourna vers Juan en l’entendant : « J'aimerais pouvoir prendre des vacances un jour. » . Il devait être soumis à beaucoup de pression. Il avait pas mal de responsabilité. Non pas qu’il le plaignait, c’était une grande chance pour lui d’avoir autant de titre et de pouvoirs. Luigi n’avait pas forcement d’ambition politique mais il ne pouvait qu’avouer que le parcours militaire du Borgia était enviable. Et puis, avec la guerre qui venait, celle contre les français. Il y avait de quoi s’inquiéter. Tous les soldats étaient inquiets d’ailleurs, aucun n’ignorait la puissance des français. Ils s’entraînaient plus dur pour cela d’ailleurs, pour se donner du courage, et se sentir capable. Luigi s’approcha de son amant. Il s’allongea contre lui et posa sa tête sur l’épaule du Borgia. Il passa son bras sur son ventre et se serra contre lui. « On pourrait partir. » . C’était sorti tout seul, sans trop avoir réfléchi. S’il avait réfléchi, il aurait pensé qu’il ne pouvait pas abandonner les siens, que sa famille avait besoin qu’il manœuvre pour eux, qu’il ne devait pas lâcher ses hommes, bref, qu’il ne pouvait pas. Mais c’était vrai que parfois, il y pensait. Toujours se cacher, ne pas pouvoir le voir quand il le voulait, c’était pas toujours simple. Il caressa la peau du capitaine du bout de ses doigts, ses yeux posés sur sa main, mais il ne regardait pas vraiment. Il réfléchissait.


Revenir en haut Aller en bas

«  Unholy Knight ϟ j u a n »
Juan Borgia

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : tiny. (avatar)
  CÉLÉBRITÉ : David Oakes
  PARCHEMINS : 1098
  ARRIVÉ(E) À ROME : 01/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Nouvelles règles [ PV ]   Lun 2 Juil - 23:16

Juan était finalement allongé sur l'herbe après avoir arrêté quelques petits mouvements sur son intimité. Il n'avait pas vraiment envie d'aller plus loin au final, il préférait calmer ses ardeurs et profiter du temps, au lieu de rester fiévreux de désir durant toute la journée, sinon, il allait bien finir par céder avant l'une semaine et ce n'était pas ce qu'il fallait. Il préférait se reposer un peu avant de partir de là avec le corps non excité. Il s'allongea bien dans l'herbe, laissant le vent chaud soufflé sur son visage puis il jeta un léger coup d'oeil au corps de son amant, le laissant se toucher, c'était toujours aussi excitant de le voir se toucher la sorte, mais tout ce qu'il pouvait faire, c'était de le regarder faire, rien de plus. Il profita donc de la vue un instant avant de se remettre la tête vers le ciel, les yeux fermés. Il souffla qu'il aimerait avoir des vacances, or, cela n'est pas du tout impossible. Ce n'est pas un simple paysan ou une simple personne sans métier. C'est le fils du pape, il a des titres, des terres et une armée. Il se doit d'être à la hauteur et d'être présent en tant que préfet de Rome. C'était épuisant par moments, heureusement qu'au final, il menait une vie de débauche, ce qui avait le don parfois de le calmer de ses pressions qu'on pouvait lui infliger. Il ne pouvait pas partir sans l'accord de son père et puis en même temps, où pouvait-il bien aller. Il y a des ennemis partout et il n'a pas envie de mourir non plus. Quoi qu'il en soit, il restait pensif à tout cela.

« Tu sais bien que cela est impossible. » Il ouvra doucement les yeux pour le regarder se poser près de lui. Il lui caressa doucement la joue en venant l'embrasser tendrement. En effet, cela l'était et il le savait. Juan lui caresse le torse de nouveau avant de rompre le baiser en soupirant légèrement. « Ce n'est pas grave, je n'échangerai jamais ma vie pour rien autre monde. N'est-elle pas magnifique ? » Elle l'est, elle l'est vraiment, car il n'a pas à se plaindre de ce qu'il est et de ce qu'il possède, surtout quand on sait comment son père aime son fils et combien il le gâte. Il ne veut pas du tout échangé sa condition et sa vie contre une autre. Il se décolle avant de finalement se lever et d'enfiler son pantalon ainsi que sa chemise. « Allez, je te propose une course jusqu'à Rome ! » Il remet son pourpoint puis le reste de ses vêtements avant d'aller vers les chevaux. Il grimpe sur sa jument puis l'attend un instant avant de galoper doucement vers la route. Les deux hommes galopent jusqu'à Rome


Juan « Do you love me, brother ? »
Cesare  « I would kill for you. »
Juan « But do you love me ? »
Cesare « As I love myself. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

«
»
Luigi de Medicis

  NOLI ME TANGERE :
  CRÉDITS : LilDay lord-harington meerareed
  CÉLÉBRITÉ : Kit Harington
  PARCHEMINS : 750
  ARRIVÉ(E) À ROME : 13/04/2012

Le miroir de l'âme
Titres/Métiers/ Situation Familiale:
Relations:

MessageSujet: Re: Nouvelles règles [ PV ]   Lun 2 Juil - 23:41

Luigi finit par se satisfaire tout seul, même s’il aurait aimé que les choses se passent autrement. Il n’était pas vraiment satisfait, mais il devait se contenter de cela. Après cela, il se rapprocha de son amant pour se coller à lui, posant sa tête sur son épaule et laissant sa main courir un peu sur son ventre. Juan voulait prendre des vacances, sans doute était-il fatigué d’avoir à remplir de nombreuses charges. Dans un moment d’inattention, Luigi laissa échapper qu’ils pourraient partir. Ce n’était pas vraiment réfléchi. Ils iraient ou ? Ils feraient quoi ? Ils avaient tous les deux des obligations, des familles, des choses qui les rattachaient à Rome et à leurs vies actuelles. Il fallait être un peu fou pour s’imaginer s’enfuir avec Juan Borgia. Mais évidemment, il fallait revenir sur terre. Le Borgia l’y ramena : « Tu sais bien que cela est impossible. » . Il aurait du garder sa pensée égarée, et arrêter d’imaginer des trucs comme ça. Il profita de la caresse sur son visage et prolongea tendrement le baiser qu’il lui donnait. Il frissonna un peu en sentant sa main sur son torse et le regarda lorsqu’il interrompit leur échange. « Ce n'est pas grave, je n'échangerai jamais ma vie pour rien autre monde. N'est-elle pas magnifique ? » . Ca dépendait ce qu’il entendait par magnifique. Luigi n’était pas sûr de vouloir de ce genre de vie, en même temps la seule chose qui l’intéressait vraiment c’était de s’élever et de glorifier son nom par des prouesses militaires. Quoiqu’il en soit, il ne pouvait pas dire grand-chose d’autres. Il n’avait pas les mêmes accroches que son amant, et il était tellement fréquent que sa vie soit chaotique qu’il avait pensé plus d’une fois à partir, et ce de différentes façons. Il murmura simplement : « Si, magnifique. » .

Le Borgia se releva et commença à se rhabiller. L’après-midi était apparemment terminée. Il eut un petit pincement au cœur, il aurait aimé que cela dure plus longtemps mais il ne pouvait pas le retenir davantage. Il se leva à son tour en cherchant ses affaires pour les ramasser. Il espérait que Juan n’allait pas se satisfaire avec un autre, vu qu’il n’avait pas forcement eut de quoi l’être. Il se chassa ces idées de la tête et enfila son pantalon, sa chemise puis son doublet. Même s’il faisait chaud et qu’il n’en avait pas forcement besoin. « Allez, je te propose une course jusqu'à Rome ! » . Il le laisserait filer devant une fois qu’ils s’approcheraient de trop près des chemins fréquentés, pour éviter d’être aperçus ensemble. Mais bon, d’ici là il pouvait quand même gagner cette petite compétition. Il monta en scelle et s’installa correctement. « Je vais gagner. » . Il esquissa un petit sourire. Il n’en savait rien, ne connaissant pas les capacités de la monture de Juan. Et il se doutait bien qu’un Borgia n’avait pas n’importe quel cheval. Ils talonnèrent donc leur monture et galopèrent, jusqu’à se séparer aux abords des chemins de Rome pour ne pas éveiller la suspicion.


Revenir en haut Aller en bas

«»
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Nouvelles règles [ PV ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nouvelles règles [ PV ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Campagne] Nouvelles règles de campagne ''maison''
» Utilité du bouclier lorsque l'on porte une armure légère
» [Nouvelles Règles] Archer Satyre
» ₮ De nouvelles règles, un nouveau jeu. Neele.
» Nouvelles règles v2.1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Borgia ::  :: Rome :: Le Lac-